Les discussions avec la Grèce, de plus en plus dramatiques sont de nouveau à la Une

Les tractations actuelles donnent lieu à quelques expressions locales retentissantes. L’Europe rejette les propositions grecques : « boccia la bozza » dans 24 ore en Italie.

Les négociations sur la dette ont échoué, c’est toujours plus dramatique en allemand : « Schuldengespräche gescheitert », dans le Süddeutsche Zeitung .

Puis cela relève du sadomasochisme en néerlandais avec les pauvres Grecs « au bout du rouleau ». La Une de Trouw est digne d’une traduction néerlandaise de 50 nuances de Grey : « de Grieken in dehoek ! »

Où en est-on exactement, de ces négociations?

J’ai lu toute la presse européenne ce matin et je ne suis pas forcément plus éclairé. La Grèce a quatre jours pour accepter les conditions de l’Eurogroupe si l’on en croit la une d’ABC en Espagne.

Le ministre grec des finances, Varoufakis, se dit confiant sur un accord dans les deux prochains jours selon celle du Soir sur place à Bruxelles. Le président de ce même Eurogroupe donne plutôt une semaine aux Grecs, à la une du Algemeen Dagblad .

À Hambourg,Die Welt finit par lâcher en titre le mot tant craint par les Allemands : « Weichwährung », l’euro est-il en train de devenir une monnaie molle ?

Sur place en Grèce, est-ce qu’on y voit plus clair ?

Kathimerin i n’a pas tort en tout cas en titrant son éditorial ce matin : « La Grèce est face à un sérieux dilemme ». «Irons-nous jusqu’au bout et si oui, le bout c’est quoi au juste ? C’est un coup de fil de Mario Draghi, président de la Banque européenne, qui anéantit la liquidité de nos banques ».

Ce serait bien en tout cas de ne pas trop montrer Kathimerini aux Allemands, car caché dans l’équivalent des pages saumon, j’ai trouvé un petit article de rien du tout, sur les retraites grecques et les « échappatoires légales » qui permettent à deux Grecs sur cinq de prendre leur retraite à 61 ans ou moins, certains à 51 ans. »

Images extraordinaires dans la presse

Deux choses. D’abord celles du Quirinale, la Résidence du Président italien à Rome. Pour la première fois, on peut faire sur le site de la présidence une visite en 3D, voire en quelque chose que La Repubblica qualifie de « altissima definizione », « hautissime définition » . Le journal nous invite à admirer salons, fresques et tableaux, comme celui de la Salle des vertus avec sa fameuse tapisserie du Christ bannissant les changeurs d'argent du Temple, allégorie, s’il en est, des drames ci-dessus cités.

Puis autres images superbes, celles de ces fermes solitaires et abandonnées depuis longtemps que l’on voit à l’ombre d’énormes montagnes menaçantes, perdues parmi les fjords dans les parties les plus inaccessibles de l’Islande. Morgunbladid publie ces photos superbes ce matin.

Après le char des djihadistes au carnaval hier, une autre provocation belge !

Les voyageurs d'un train reliant Ostende à Eupen ont découvert sur les panneaux d'affichage l'annonce suivante: « La SNCB vous emmerde ». Un porte-parole des chemins de fer belges explique dans Dernière heure : les panneaux à messages variables sont contrôlés via un boîtier fermé sous clé. « Selon toute vraisemblance, quelqu'un a eu accès à ce système et y a encodé ce message grossier ».

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.