Le référendum en Crimée partout à la Une

L’unité des cœurs, c’est la Une d’Izvestia à Moscou ce matin. Le journal fait part des « exit polls », le mot est en anglais, en alphabet latin même, donnant 93% de « Da » (là, c’est en cyrillique) pour l’adhésion à la Fédération Russe.

Les chiffres varient dans les journaux, mais frôlent en tout cas ce que de Telegraaf aux Pays-Bas appelle des « pourcentages nord-coréens ». Izvestia poursuit, affirmant que des « experts » estiment que la Russie a remporté encore une autre victoire sur la scène internationale, et que son image ne peut que s’agrandir.

Nezavissimaya Gazeta , toujours à Moscou, le dit plus clairement encore à sa Une : « Kiev a perdu la Crimée. » Dans le Kievpost justement, une journaliste raconte qu’elle est allée voter hier à Kertch. Les urnes étaient sous la photo impressionnante de soldats soviétiques et leur triomphe dans la Seconde Guerre Mondiale. Beaucoup de brouhaha quand un jeune a pris un selfie. Les observateurs russes ont fulminé contre le comité de surveillance, cinq babuschkas, et après l’incident des soldats ont investi le bureau pendant deux heures.

Evidemment, le ton est tout autre plus près de chez nous. Le Tageszeitung allemand voit les Russes « hypnotisés par Poutine » , mais lorsqu’ils vont déchanter un jour, ils diront tous « Niet » de façon aussi robotique.

Si Poutine défend à ce point le droit des peuples à l’auto-détermination, à quand, demande Die Welt , un référendum en Ingouchie ou au Daghestan ?

Trouw au Pays-Bas reprend la phrase célèbre de Bill Clinton : « it’s the economy stupid »,les gens en Crimée sont comme partout, ils votent pour plus de bien-être, ce que leur a promis Vladimir Poutine.

The Irish Independent à Dublin parle de cet incontestable leader, sans lequel la victoire absolue n’aurait pas été possible ce weekend, tant il a été fantastique, dans un papier… à la gloire de Brian O’Driscoll, l’entraîneur de leur équipe de rugby. Oups !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.