Le monde accueille avec enthousiasme le rapprochement historique entre les USA et Cuba.

Dans l’ensemble oui. Les Etats-Unis et cuba rompent la glace, El Mundo à Madrid n’est pas seul à utiliser cette métaphore à sa une. Pour El Pais l’embargo était une asphyxie codifiée dans l’ADN de Cuba, étranglant le citoyen et permettant au régime de justifier son contrôle politique. Tout comme La Repubblica à Rome, les journaux madrilènes insistent beaucoup sur la médiation décisive du pape et le journal italien reprend en espagnol la phrase de Barack Obama, "Todos somos americanos".

Dans les journaux non hispanophones

Le Süddeutsche Zeitung publie la photo d’une vieille voiture américaine près d’une plage cubaine - La guerre froide jouissait d’une retraite peinarde à La Havane, maintenant c’est fini – enfin! En Suisse Le Temps se félicite qu’avec Cuba, son décret sur l’immigration et peut-être demain un accord sur le nucléaire iranien, Barack Obama prouve qu’il pourrait bien être le président «transformationnel» dont on parlait en 2008. Puis à Londres The Independent pose tout haut la question que d’autres se posent tout bas - quid des cigares et du rhum ?

Quid du rouble ?

A MoscouIzvestia devient de plus en plus surréaliste, préférant titrer sur la demande d’un haut fonctionnaire de la région de Tver pour une enquête sur le financement d’ONG internationaux qui se battent contre le tabagisme en Russie. Il faut se tourner vers les premières pages de Nezavissimaia Gazeta pour apprendre l’ampleur politique que prend la chute du rouble, avec le parti communiste exigeant un vote de confiance et le limogeage de la présidente de la banque centrale pour enrayer le chaos.

Der Spiegel déconseille tout Schadenfreude, mot très expressif en allemand pour la joie devant le malheurs des autres, car la chute du rouble risque de déstabiliser tout l’est du continent. A Londres The Telegraph titre sur les riches russes qui se ruent sur l’immobilier londonien pour sauver leur fortunes. Et The Independent, après les cigares poursuit avec sa une conseillant aux britanniques de profiter de vols vraiment pas chers pour faire du tourisme à Moscou, 50 livres sterling aller-retour.

Une mouche pique Marine le Pen

Elle n’est pas contente, c’est la une du Matin en Suisse. Tout en regardant avec envie les succès de l’UDC en Suisse, elle revendique la paternité du Front National sur les idées du premier parti de Suisse. Nous avons la première femme évêque en Grande Bretagne, The Times s’en félicite avec une prose encore plus pompeuse que d’habitude affirmant que sur cette question l’église anglicane, ventripotente, s’est élancée avec une célérité, voire une grâce inespérées. Dans les questions inattendues, The Telegraph laissera ses lecteurs perplexes devant le rôle exact, plus qu’on ne le croyait, joué par les écureuils et les castors dans le réchauffement planétaire, tout comme le Algemeen Dagblad qui interpelle les amateurs de légumes au Pays-Bas avec cette interrogation : nous autres néerlandais, nous aimons les avocats, mais peut-être un peu trop, non ?

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.