La crise au sein de la coalition allemande s’approfondit

C’est le titre de l’éditorial du Tageszeitung qui résume le sentiment général dans les journaux allemands ce matin. Qui savait quoi et quand? dans l’affaire des images pédophiles qu’aurait téléchargées depuis son bureau au Bundestag un député de gauche ?

C’est ce que veut savoir le journal (de gauche aussi), et notamment à quel moment la chancelière était au courant de l’affaire. Est-ce possible, demande le journal, qu’elle ait pris connaissance de cette affaire mardi dernier seulement ?

Tant que Madame Merkel répond à tout à travers son porte-parole avec des formulations toutes faites, tant que son entourage s’astreint méticuleusement à éviter que l’ombre d’un soupçon ne plane sur elle, plus il y va de l’intégrité de toute la classe politique qui nous dirige.

Les citoyennes et les citoyens (le Tageszeitung le met toujours dans cet ordre) se posent de plus en plus de questions sur l’intégrité morale de nos dirigeants.

Autre ambiance en Italie avec l’arrivée au pouvoir du fringant maire de Florence

La presse italienne regorge de mots anglais pour raconter « il timing de son programme » (une réforme par jour) ou « Ecco la road map », « voici la feuille de route ».

Il Corriere della Sera spécule sur « il casting » des nouveaux ministres.

L’Unità raconte carrément la renzistory, avec 38 photos montrant le nouveau leader du gouvernement depuis ses années de boyscout, en passant par des couvertures en blouson de cuir façon Fonzy dans Happy days de la presse people, et même en tant que candidat visiblement enthousiaste à la version italienne du jeu télévise La Roue de la Fortune.

Autre scandale sur les premières pages italiennes ce matin:Vladimir Luxuria, ancienne députée communiste transgenre, qui a été arrêtée dimanche à Sotchi en marge des Jeux olympiques, alors qu'elle brandissait une banderole arc-en-ciel avec les mots « Être gay, c’est bien ». Elle protestait ainsi contre la loi russe pénalisant la «propagande homosexuelle».

Dans La Repubblicaelle se dit « terrorizzata » par son traitement aux mains de la police russe .

Les gays et le sport, grand thème également en Irlande ce matin dans un débat qui pose la question : jusqu’où va le politically correct ? Un ancien joueur de rugby irlandais se confond en excuses à la Une du Irish times et du Irish independent pour avoir dit que les gays n’aiment pas le sport. « Ce que j’ai dit était extrêmement maladroit, et je m’en excuse sans réserve, » dit Neil Francis.

L'Europe et ses immigrés

Deux angles complètement différents ce matin.

Prenez la Une du Soir de Bruxelles où nous avons le premier ministre belge, Elio di Rupo, qui a remis sa chemise pour le coup, et qui annonce : « Nous pouvons être fiers des immigrés marocains » à l’occasion hier de la soirée d’ouverture des festivités organisées dans le cadre des 50 ans de l’immigration marocaine en Belgique : « Nos immeubles, nos hôpitaux, nos écoles, nos aéroports, notre métro, nos voies ferrées, nos routes, tout cela s’est construit avec une importante main-d’œuvre marocaine ».

Contraste avec le principal éditorial dans El Paisà Madrid où un député de gauche s’inquiète de la xénophobie européenne, et les derniers morts d’Africains essayant de gagner les frontières européennes à Ceuta : « Pendant que l’Espagne dort, des centaines de personnes fuyant les guerres risquent leur vie pour une vie meilleure. Nul besoin d’un le Pen chez nous lorsque le Directeur de la Guardia civil menace toute personne qui veut établir la clarté sur les circonstances de ces pertes de vies. Que s’est-il vraiment passé le 6 février dernier à 5 heures du matin, pendant que le pays dormait, lorsque 200 personnes qui avaient traversé la moitié du continent africain, fuyant les guerres et cette pauvreté énorme que nous, Espagnols, voyons seulement à la télévision, après avoir traversé la mer dans des radeaux dignes du Titanic, lorsque ces deux cent jeunes africains se sont retrouvés face à nos agents de la Guardia Civil ? 15 morts et qui sait combien d’autres ensevelies dans la Méditerranée ? »

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.