Depuis lundi on ne parle que de la Grèce – il y a autre chose dans les journaux européens ?

Ce matin oui, quoique The Times détient un scoop sur sa première page qui jette un nouvel éclairage sur l’embrouille dans les tractations.La femme d’Alexis Tsipras, Betty Batziana, qui n’a pas l’air commode sur la première page du journal, menace de quitter son mari s’il cède sur quoi que ce soit dans les négociations.

De toutes façons, derrière les unes apocalyptiques sur le Grexit, on voit poindre une nouvelle aube hellénique, avec Kathimerini qui annonce la signature aujourd'hui d’un deal signé à Saint-Petersbourg entre le premier ministre grec et Vladimir Poutine sur un nouveau pipeline qui reliera les deux pays.

D’autres affaires dont on parle partout

Pas mal de journaux s’indignent du projet de la Hongrie de construire un mur anti migrants - surtout la presse italienne, emportée déjà contre la France pour Vintimille, contre la Grande-Bretagne qui refuse de prendre son quota de migrants. Corriere della Sera fait part de polémiques internes avec le dirigeant de la Ligue du Nord s’en prenant au Pape qui affirme qu’il demandera pardon pour ceux qui ferment leur porte aux réfugiés. Nous n’avons nullement besoin d’être pardonnés pour quoi que ce soit, affirme Matteo Salvini.

L’Europe est affolée pour ses tartines...

Peut-on manger du Nutella ou pas ? J’ai vu cela dans toutes les langues. Diario de Noticias à Lisbonne notamment est perplexe ce matin, après les déclarations de Ségolène Royal. Le revirement de la Ministre n’apparaît pour le moment que dans la presse limitrophe. De toutes façons, les Belges ont des soucis moins terre à terre. __

La Libre Belgique va désemparer ses lecteurs avec sa question : comment peser une planète ? Avant d’expliquer comment le petit Robot Philae est sensé le faire avec ses malheureuses piles à peine rechargées.

Toute la presse belge est médusée par la pieuvre la plus mignonne du monde . Il s’agit "d’une céphalopode toute rose" surgissant des fonds marins, qui a en effet des yeux de vraie biche subaquatique, passant ses journées assise et happant l’oxygène. Elle est si mignonne que les scientifiques envisagent de l’appeler "Opisthoteuthis Adorabilis". En scrutant les photos dans Dernière Heure , je proposerai plutôt "Betifienteuthis Meuritiensis".

Waterloo à nouveau !

Mais juste pour vous montrer le clivage dans la presse britannique. Si The Guardian regrette « cette victoire des forces réactionnaires et anti-démocratiques des têtes couronnées contre les idéaux nobles de la Révolution française » , __

The Times, lui, se félicite du siècle de stabilité qui s’ensuivit, permettant à la Grande Bretagne d’exporter ses valeurs dans le monde entier. Quoique The Times – et c’est rarissime, - s’excuse d’un éditorial paru en 1856 où « nous avons condamné la Traviata de Verdi, qualifiant l’œuvre d’insipide parodie de la hideuse turpitude morale de la gente humaine ». Le journal__ concède donc un siècle et demi plus tard avoir eu tort, et s’excuse sans réserve, « unreservedly apologizes and regrets the error ». Editorial, que dis-je, attitude que je conseille à mon confrère d’en face pour l’énième affront que je vais sans doute subir en direct dans quelques secondes.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.