Les Hongrois sont dans la rue

Nous sommes des gens horribles ! c’est le titre inattendu, repris par le journal Nepzapadzag sur l’une des banderoles brandies hier soir à Budapest par plus de 10 000 personnes réclamant la tête du chef de l’administration fiscale, «persona non grata» aux États-Unis déjà en raison d’allégations de corruption.

C’était la 4ème et de loin la plus grande «Journée de la clameur publique», à initiative de ce que le journal appelle «la nouvelle opposition dans notre pays» .

Google translator propose sa version toujours particulière des expressions du cru. Je vous donne juste celle qui semble résumer le sentiment général : « il y aura une merde de crêpes ».

Ailleurs, Der Spiegel , en Allemagne, capte le mieux le sentiment des manifestants, à l’égard du premier ministre hongrois qui refuse de licencier son collègue . La une du journal est simplement « Orban, hau ab ! » ce que je traduirais gentiment, si je faisais une revue de presse en anglais, par « Orban, fuck off ! »

Corruption aussi en France, c’est la une en Suisse

« Le comptable suisse de Dassault secoue la France », c’est celle de La Tribune de Genève ce matin. Les confessions d'un Suisse font trembler le «système Dassault ». Sur sa première page, le journal puise beaucoup dans les informations fournies hier par France Inter et Libération selon lesquelles Gérard Limat, comptable de Serge Dassault, aurait remis à l’ex-maire UMP près de 64 millions de francs suisses.

Puis l’équivalent de Benjamin Sportouch en Grande-Bretagne est en train en ce moment même de fignoler la chute de son papier sur cette affaire invraisemblable qui secoue les fondements de Westminster depuis deux ans déjà. Hier a débuté le procès où un ancien ministre de Cameron, viré pour avoir insulté des gardiens de la paix, et qui réclame des dommages intérêt aux journaux qui l’auraient calomnié . En gros, a-t-il, oui ou non, traité un policier devant le 10 Downing Street de « plouc » ? Certains témoins l’ont comparé hier à Dr Jekyll et Mr Hyde, et même Lord Coe, organisateur des Jeux Olympiques de Londres, appelé à la barre, a concédé que le langage de l’ex ministre, son ami, pouvait parfois être fruité, The Times , entre autres, se délecte de ce terme.

Le Berliner Zeitung est tout content….

...d’avoir été primé plusieurs fois à une cérémonie à Vienne qui récompensait le meilleur journal européen de l’année, notamment en raison de ces montages vidéographiques.

A ce titre, je propose de conclure sur quelques awards moi-même. Le meilleur titre d’un éditorial ce matin est décerné au Temps , en Suisse, qui évoque le lent et mortifère pourrissement Europe-Russie, « sans une stratégie européenne vis-à-vis de Moscou, le continent va continuer à s’enfoncer dans le marasme ».

L’award de la Une la plus optimiste, celle du Soir de Bruxelles sur ces chercheurs qui auraient pointé des zones de vulnérabilité dans le virus de l’Ebola.

La Une la plus bizarre est belge toujours, celle de La Dernière Heur e avec deux lapins qui remplacent les joueurs de foot traditionnellement à la une de ce journal, ceci en raison d’un scandale provoqué par un étudiant de la haute école de Gand qui aurait tué deux lapins lors d’une performance artistique.

Animaux toujours pour l’award du dossier le plus curieux : The Mail en Grande-Bretagne est inquiet, mais visiblement titillé d’apprendre que les phoques en Arctique font de plus en plus l’amour avec les pingouins.

Puis le titre le plus déprimant est sans conteste dans Politiken au Danemark qui nous annonce sombrement ce matin que le monde sera bientôt à court de chocolat.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.