La presse européenne s’intéresse au sort des petits partis politiques ce matin

A commencer par l’Allemagne avec cette caricature un peu facile, certes, sur la première page du Frankfurter Allgemeine Zeitung concernant le FDP, le petit parti centriste en coalition avec Angela Merkel : venu à Giglio en Italie, son dir’com’ demande à l’ingénieur responsable du sauvetage du Costa Concordia s’il ne pouvait pas faire quelque chose de semblable vite fait pour son parti voué à une défaite cuisante dimanche prochain, car, comme proclame la Une du journal francfortois, jamais réticent à répandre la morosité générale, « les choses ne peuvent pas être pires ! »

Sinon, dans beaucoup de journaux allemands ce matin, le sort des Verts allemands, résumé par l’image à la Une du Tageszeitung de leur dirigeant et candidat à la chancellerie Jürgen Trittin, la tête dans les mains. Le journal révèle qu'en 1981, alors qu'il était étudiant et candidat au poste de conseiller municipal à Göttingen, Jürgen Trittin avait donné son aval à la publication du programme d'une liste politique qui proposait de légaliser sous certaines conditions les relations sexuelles entre enfants et adultes.

En Grande Bretagne, c’est le congrès annuel, cette semaine, des Liberal Democrats, qui font partie de la coalition au pouvoir

Et on peut imaginer que le premier ministre David Cameron ne sera pas forcément « amused » de prendre connaissance de la Une de The Express où Nick Clegg, son député, annonce : « je ferais un meilleur boulot que lui ! ». Les carottes sont-elles cuites pour la coalition centre droite ?

The Independent pense que oui à sa Une, voyant Nick Clegg « faire la cour à droite et à gauche ».

Le sort de la Catalogne continue à préoccuper plus que jamais les journaux espagnols

Surtout ABC qui continue à fulminer contre les sécessionnistes catalans et leur « mouvement anti-espagnol ». « La gauche continue de confondre le fait d’être fier d’espagnol avec le franquisme – pourquoi est-elle si silencieuse, cette majorité catalane qui se sent espagnole et ne veut pas de cette indépendance ? » demande le journal.

Plus à gauche mais toujours à Madrid, même El Pais rappelle ce matin qu’en cas d’indépendance, la Catalogne ne ferait plus partie de l’Union européenne. Le commissaire européen à la Concurrence, Joaquín Almunia, l’a rappelé sur place à Barcelone hier.

Drôle d’hypothèse dansIl Corriere della Sera qui s’intéresse aux extraterrestres

Le journal de Milan se demande, on ne sait pas trop pourquoi, ce que penserait un martien débarqué dans la péninsule. Il conclurait – ah !

L’Italien est un type assez spécial de l’espèce humaine. Il a l'âge moyen élevé et, en moyenne, il est riche. Peut-être que c'est pour ça que son appétit pour le risque est faible. C'est un pays d'une grande beauté mais lorsque toutes ces belles choses italiennes seront vendues pour éponger les dettes, on pourra acheter, conclut l’extraterrestre, pour un prix d’ami notre prochain lieu de vacances dans quelques grands appartements spacieux autour du Colisée à Rome. Faudrait juste ne pas faire trop attention aux trous partout.

Un journal tchèque qui a la nostalgie du dirigisme.

Le Hospodarske Noviny à Prague a un éditorial intéressant pour conclure sur la politique de manière générale. « Devenus les hérauts du libéralisme en politique et en économie après la chute du communisme, les pays d’Europe centrale tournent à présent le dos à l’idéologie qui avait accompagné le retour de la démocratie ». La crise a très sérieusement nui à la démocratie libérale européenne, parce que les dirigeants politiques ont été incapables d’apporter des réponses appropriées.

Et les non-libéraux réussissent à occuper très largement l’espace abandonné par les libéraux. Comme si les électeurs, excédés par la politique politicienne et par la corruption, en avaient assez de ces 23 années d’expérimentation libérale et aspiraient au retour d’un Etat fort, prenant en charge quasiment tous les aspects de leur vie.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.