L’Ukraine est à nouveau ce matin partout à la une

Avec la perte de Debaltseve devant les pro-russes, ville que personne ne connaissait avant hier et qui se trouve projetée dans des variations phonétiques diverses et variées dans les unes.

Des soldats de l'Union Européenne envoyés bientôt en Ukraine ? Die Welt reproduit l’appel du président Porochenko à sa une.

A Varsovie, Gazeta Wyborscza est de plus en plus méfiant vis-à-vis de Moscou : « Quand un ours est blessé, il rugit plus fort, ses attaques deviennent plus furieuses ».

The Times , à Londres, demande sérieusement si Moscou lorgne maintenant les états baltes.

Bild pose la question à sa une : « Qui est le plus dangereux pour l’Europe ? Alexis Tsipras ou Vladimir Poutine ? »

Quelles réactions lit-on sur place en Ukraine ?

Le Kiev Post n’est pas tendre avec cette Europe qui s’en lave les mains : « Après leur séjour dans notre palais présidentiel, Merkel et Hollande s’en vont, la conscience tranquille, laissant derrière eux une Ukraine démembrée, affaiblie et seule contre une puissance vorace qui a déjà englouti la Crimée. Il aura fallu quelques heures avant que le Président Hollande ne se souvienne, de façon totalement irresponsable, de ses juteux contrats avec le kremlin. L'Union Européenne était bâtie pour empêcher la guerre en Europe, non ? Enrichir ses citoyens doit être en deuxième place, loin derrière ».

Quel est le point de vue de Moscou ?

« La Russie reste, bien sûr », comme dit Nezavissimaia Gazeta , «’officiellement’ hors de la mêlée ».

C’est intéressant, quand même, de voir entre les lignes de ce même journal qu’il commence à y avoir de plus en plus de divergences entre les pro-russes de Lougansk et ceux de Donetsk, les premiers voulant un statut autonome en Ukraine, les derniers une totale indépendance.

Nous lisons moins la presse

« Lire un journal ne fait plus partie du quotidien des Néerlandais », c’est le triste constat dans De Volkskrant ce matin. Sous quelque forme que ce soit, papier ou numérique, plus de la moitié des Néerlandais ne lisent même pas 10 minutes par jour, livres et journaux compris. En gros, il n’y a que les vieux qui lisent, les jeunes font du streaming et écoutent la musique. Puis scandale en Grande-Bretagne avec la démission de l’un des rédacteurs du Telegraph , outré que le journal conservateur n’ait pratiquement pas parlé de Swissleaks de peur d’offusquer HSBC, « un juteux annonceur ». L’une des grandes plumes de la presse anglaise, Simon Jenkins, écrivant dans The Guardian , évoque cet équilibre si fragile pour un journal entre maintenir la confiance de ses lecteurs et tout simplement survivre.

Un petit tour chez les mollusques

Chez les « mollusques gastéropodes prosobranches » pour être plus exact. Les patelles s’accrochent dans les colonnes des journaux ce matin, après que l’université de Portsmouth en Grande Bretagne a découvert que leurs dents sont la matière biologique la plus forte, plus tenace même que la soie des araignées. La matière s’appelle du goethite et pourrait révolutionner l’ingénierie industrielle, nous promet The Mail .

Vous vous attendiez à ce que je profite de mollusque et gastéropode pour insulter Guillaume Meurice, mais j’ai décidé que, au moins ce jeudi, la bave du crapaud dégoulinant autour des incisives des patelles n’atteindra pas la blanche colombe de la presse européenne, déjà mise à rude épreuve.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.