C’est le jour où les Allemands s’impatientent ...

.. ou, du moins, leurs journalistes, qui manifestent une certaine nervosité ce matin. Huit semaines déjà et pas de grande coalition en vue, c’est du jamais vu depuis 1945 : Süddeustche Zeitung parle de la coalition des petits esprits.La seule chose qui soit Grosse dans cetteKoalition, se plaint le journal munichois, c’est l’air chaud qu’elle génère au cours de tractations interminables.

Le Frankfurter Allgemeine Zeitung ajoute son grain de sel : "Les atermoiements sont en train de démolir notre puissance économique". Le journal décrit le pacte qui semble se dessiner comme "wirtschaftsfeindlich"- « économico-antipathiques ».

Le Frankfurter Rundschaucraint le pire pour l’Europe . Les discussions tournent autour de choses purement nationales, faisant fi de solutions courageuses nécessaires pour l’avenir continental. __

Die Weltregarde le continent, certes, mais pour s’en prendre à la France. Sa Une ce matin est un peu décalée car illustrée par une photo des manifestations de la semaine dernière : « la France se lève contre des impôts qui dépassent les bornes » . A l’intérieur du journal, une carte de l’Europe avec ses pays diversement colorés, le tout parcouru par des flèches menaçantes. Le message semble claire : L’Espagne et l’Irlande ont désormais le plus gros derrière eux, au tour des autres de trinquer, et en première ligne – la France !

Il y en a qui rêvent de l’Europe : ce sont les banquiers suisses

Le Temps consacre son éditorial ce matin à la fin du secret bancaire, un virage impensable il y a quelques années. « La conversion aux vertus européennes de la part des banquiers helvètes impressionne, et le sujet tabou d’une adhésion à l’Union Européenne ne provoque plus des réactions de panique comme le feraient quelques gouttes d’eau bénite sur le diable.

Pour cela, il suffit d’aller du côté de la presse d’outre-Manche. Voilà que The Express est allé chercher, Dieu sait pourquoi, Roger Daltrey des Who qui a le mérite, aux yeux de ce journal europhobe en tout cas, de ne pas piffrer l’Europe !

Ce genre de titre ne risque pas de disparaître car [The Times](The Times) titre sur le fait qu’un milliardaire anglais a décidé de verser des milliards de livres dans les coffres de l’UKIP, le parti qui plaide pour que la Grande Bretagne quitte l’Union Européenne .

Pendant ce temps, l’archevêque de Cantorbéry prévient, lui, dans The Telegraph, que le christianisme britannique risque de disparaître en une seule génération.

Ayant vu le vent tourner peut-être,le pape fait appel à Ernst&Young pour examiner la compatibilité du Vatican , fait relevé par peu de journaux à part Diario de Noticias à Lisbonne puis l’Osservatore Romano, qui annonce bien sobrement que la Lettre apostolique sous forme de Motu Proprio en date du 15 novembre 2013, par laquelle le Souverain Pontife approuve le nouveau Statut de l'Autorité d'information financière a été publiée.

Pendant ce temps on peut compter sur les rois pour régner, plus ou moins. Regardez juste à Madrid : deux attitudes on ne peut plus contrastées ce matin vis-à-vis de la monarchie. El Mundo met à sa Une l’époux de l’une des filles du roi qui négocie avec la justice pour éviter d’aller en prison pour des affaires de corruption , tandis que ABC devient plus royaliste que le roi dans un éditorial étonnant, apostrophant carrément le Roi Juan Carlos de Borbon y Borbon : « Majesté, continuez à travailler pour l’Espagne, conservez intactes vos capacités et maintenez votre présence dans les forums internationaux et surtout, conservez la Catalunya comme partie intégrante de notre pays. Nous avons besoin de vous, Majesté ! »

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.