Un bond dans le temps et presque déjà la revue de presse de mardi prochain ?

Scrutant ma boule de cristal, je prédis que dans une semaine pile, je serai en train de vous décortiquer d’innombrables éditoriaux alarmés, incrédules devant le nombre inattendu d’extrémistes élus au Parlement européen.

En attendant, cette semaine, drôle d’ambiance dans une presse somnambule où il faut vraiment chercher dans les pages intérieures la moindre référence à des élections européennes qui décidément ne sont pas sexy du tout.

Surtout que depuis quelques jours, le mot « Ukraine » semble avoir subi le même sort que la Syrie il y a quelques mois . Les rédactions ont apparemment appuyé sur la touche « Delete » « supprimer ». Seule référence un peu bizarre à l’Ukraine que j’ai trouvée ce matin, la une du Helsingin Sanomat : Helsinki aura moins de touristes de croisière. Les vastes paquebots et cruiseliners boudent la capitale finlandaise car les touristes ne veulent plus partir à la découverte de St. Pétersbourg.

Même The Daily Express britannique abandonne ses unes europhobes ?

Le journal revient sur ses deux dadas.

D’abord en effrayant son lectorat plutôt âgé avec les méfaits de la météo. « Les PIRES orages de tonnerre depuis 50 ans déchireront la Grande Bretagne à la fin de la semaine ».

Deuxième dada, la Reine qui, sur la première page, en attendant la tempête, était hier au Chelsea Flower Show, l’exposition florale annuelle à Chelsea. Sa majesté aurait trouvé les platebandes « rathjer lovely » plutôt éblouissantes, connaissant même, selon le responsable, les noms en latin de plusieurs plantes. Les polémiques étranges ne manquent pas.

D'autres brèves amusantes dans la presse européenne

A Berlin, de plus en plus de pression pour que l’on mette des figurines de femmes sur les feux des passages piétons. Pourquoi ce serait toujours des hommes rouge ou verts après tout ? La Belgique en a déjà. La polémique dans la capitale amuse ce matin les journalistes résolument bavarois du Süddeutsche Zeitung.

Abc à Madrid consacre un dossier intéressant à Catalina de Erauso, la moine espagnole qui s’est déguisée en homme pour conquérir le nouveau monde.

Je pourrais continuer avec les bizarreries comme cet article dans le Morgunbladid sur le musée du pénis à Reykjavik avec 215 modèles appartenant à la flore et faune locale , mais je préfère revenir sur l’Europe, car j’ai trouvé un article qui sort du lot. __

Trouw, aux Pays-Bas, consacre sa Une ce matin aux europhiles . Ils existent, selon un sondage néerlandais, ils sont plutôt jeunes et citadins, sauf en Hongrie où les jeunes sont les plus anti-européens.

Ce qui est décevant, en revanche, c’est que le journal refuse de donner le moindre chiffre pour appuyer sa une.

Les raisons d’aller voter sont pourtant dans les journaux, comme dans Eleftherotypia

Le journal évoque l’essor spectaculaire de l’aube Dorée, avec ses drapeaux d’inspiration nazie, dans les élections municipales de dimanche, atteignant 16% dans la banlieue d’Athènes.

Comme dit The Guardian britannique, les élections européennes vont sans doute apporter la victoire à des « tub-thumping mavericks », des francs-tireurs qui frappent sur des tambours divers et variés.

Mais la une qui devrait inciter les électeurs hésitants à aller voter ce weekend pour la cause européenne, est celle que très peu de gens verront, celle de Nezavissimaia Gazeta à Moscou, sur une information que je n’ai vue dans aucun journal occidental : « Moscou et Pékin signent un ensemble de documents. Le président Vladimir Poutine entame aujourd'hui une visite en Chine, avec un nombre record de documents de coopération bilatérale ».

Avec le président Xi Jinping, le leader russe ouvrira des exercices conjoints des navires de la Marine des deux pays. Selon les experts, je cite le journal moscovite, « Moscou et Pékin ont décidé de renforcer la communication sur un fond de la situation internationale intensifiée ».

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.