Accord de paix signépuis bafouéen Ukraine

Les rédactions le constatent, du moins celles qui ne sont pas trop vidées par les journalistes en congés, mais il y a un nouvel élément dans la presse russe ce matin qui risque à long terme de peser bien plus lourd dans la balance. La Une de NezavissimaiaGazeta annonce que la Russie est au bord de la crise financière. Le pays risque de connaître "un cycle de dévaluations à l’espagnole", brisant la trajectoire de la croissance. Les recettes de l'Etat sont clairement en retard par rapport aux promesses du gouvernement. Même si le journal ne mentionne pas directement la crise ukrainienne, cette tournure risque d’entamer assez rapidement la popularité actuelle du dirigeant du Kremlin.

Pâques et le pape

La presse italienne titre sur l’appel du pape François pour que cesse la faim dans le monde, devant 150 mille fidèles rassemblés hier dans la place Saint Pierre à Rome. Signe de l’évolution de l’histoire récente de notre continent, c’est l’ancien organe du parti communiste italien, L’Unità qui insiste pour évaluer ce chiffre à la hausse par rapport à celui cité dans La Repubblica ou Corriere della Sera . Ils étaient plutôt 200 mille si l’on compte les rues adjacentes, souligne le journal. La religion fait la une ailleurs, car elle divise plus que jamais les allemands, selon celle de Die Welt . Beaucoup d’allemands ne comprennent plus rien à la religion, je cite, d’autres veulent bien de l’église certes, mais une église dans laquelle ils se reconnaissent. Die Zeit et Der Spiegel s’indignent plutôt au sujet du cardinal de luxe, Tarcisio Bertone qui compte bien emménager dans un énorme appartement de 600 m2 au Vatican. Les journaux d’outre-Rhin reprennent un reportage paru hier dans La Repubblica et évoquent l’émoi que ce déménagement suscite. Le cardinal, lui, se dit victime de taupes et de serpents au sein du Vatican même.

Les hommes politiques font appel à Dieu

A la Une de Ta nea en Grèce, le Premier ministre Antonis Samaras s’est rendu hier à l'église St. George à Nauplie et parle de résurrection, celle du Christ dans la religion orthodoxe, exploit qu’il n’hésite pas a assimiler à celle, moins bien documentée peut-être pour le moment du peuple grec inspiré par la lumière, l'optimisme et la force du Seigneur dans la crise de l’euro. Polémique en Grande Bretagne avec une lettre publiée par The Telegraph où 50 écrivains, journalistes et universitaires protestent contre l’intention déclarée la semaine dernière par David Cameron de remettre Dieu au centre du débat politique. Certains éditorialistes ce weekend y ont vu non pas une profession de foi mais plutôt une tentative de ramener au bercail l’électorat tenté par le parti indépendantiste Ukip . The Economist s’intéresse de son côté au nombre, en hausse légèrement, de jeunes britanniques qui veulent devenir prêtres. Cité comme source d’inspiration, une sitcom à la télévision anglaise mettant en scène la vie rocambolesque d’un jeune curé des quartiers défavorisés de Londres. Polémique en Belgique sur la gestion des ressources divines. Le Soi r de Bruxelles ne voit pas d’un bon œil le fait que Daniel Alliët, le curé des sans-papiers soit prié de déménager. Monseigneur Léonard veut le remplacer pour un jeune curé français. "Vers une nouvelle politique de recrutement dans l’église?" demande le quotidien pas très convaincu. Puis chacun ses rituels festifs, on apprend dans Politiken à Copenhague que les danois se sont délectés hier de harengs, d’agneaux et de bière, le tout faisant « tourner ventre » si l’on en croit google translator qui ne permet pas de savoir si l’expression traduit une sensation agréable ou son contraire.

Intervention divine à la une du Jornal de Noticias à Lisbonne

Le journal lisboète pointe les signes en provenance de l’au-delà dans la victoire de la Benfica hier. Il y a 33 ans en effet que l’équipe n'avait pas joué un dimanche de Pâques. Du coup hier, elle a remporté son 33ème titre de champion avec Luis Filipe Vieira, le 33ème Président du club. 33 ans, l’âge donc de la mort puis de la résurrection du Christ, signe comme quoi lui et son père font parfois la une, à défaut hélas de faire l’unanimité de la presse européenne paru ce matin.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.