Dans votre revue de presse européenne, le destin de la Grèce qui se joue ce lundi

C'est la une du Soir de Bruxelles. Après des semaines de surenchère, les journaux sont visiblement à court de métaphores suffisamment apocalyptiques pour décrire l’urgence de la situation, « tant nous en sommes à la 25ième heure », comme dit Jornal de Noticias au Portugal, pour « un accord tiré au forceps », comme dit Der Spiegel , sinon la Grèce « plonge dans l’abîme » – dixit ABC à Madrid.

Les Allemands n’en peuvent plus, une fois de plus

« Pardon M. Tsipras, notre problème, nous Européens ? » demande le Frankfurter Allgemeine Zeitung : « c’est votre problème, à vous, les Grecs », le journal emploie le tutoiement au pluriel que permet la langue allemande. Bild publie un éditorial, un énième, pour ces lecteurs totalement distraits qui n’auraient pas compris déjà que le journal pense que le Grexit est la seule issue possible.

Ce qui semble certain, en tout cas, pourDie Welt , selon les présidents de la Commission, du Parlement européen, de la Banque Centrale und Co – et cie – c’est que « l’euro ne peut plus survivre sans davantage de contrôle central et moins de souveraineté fiscale dans les différents états ».

A Athènes, le ton est on ne peut plus grave. « Non, M.Tsipras », prévient To Vima , « vous n’avez ni le mandat ni le droit de balayer 40 ans de stratégie pro européenne de notre pays, vous n’avez qu’un choix possible, éviter la catastrophe ».

Quelques papiers de fond sur l’avenir de l’Europe, aussi, dans la presse de nos voisins.

Le fondateur de La Repubblica Eugenio Scalfari signe un éditorial sur « les contradictions du rêve des Etats-Unis de l’Europe au pays des aveugles » . __

The Independent met à sa une la question de leur correspondant le plus connu, Robert Fisk, qui depuis 30 ans décrit la situation au proche Orient et qui pose la question : « L'Union Européenne emprunte-t-elle le même chemin illusoire que celui de l’unité arabe ? »

Puis sur l’avenir de notre continent, Diario de Noticias fait un papier intéressant où Guo Guangchang, le fondateur de Fosun, énormissime groupe chinois, se délecte des entreprises portugaises qu’il va pouvoir avaler, dans les branches tourisme, mode et alimentation. Miam.

La visite de Hollande à Expo à Turin

C’est un dégel à moitié selon La Stampa , quoique, en lisant le papier où François Holland dit non aux demandes italiennes sur les migrants, et Matteo Renzi se dit prêt à poursuivre quand même son plan B, on peut se demander où est exactement la moitié du disgelo en question. Une chose est sûre en tout cas, après ses phrases anti Nutella « et le polemiche annesse, non c’e Ségolène ! »

Une exportation française qui marche !

La fête de la Musique, autrement dit, comment dit-on Jack dans toutes les Lang ? De Berlin où même s’il ne faisait pas particulièrement chaud, comme dit le Berliner Zeitung, les gens ont spontanément « musiziert », ils ont « musiqué » si vous voulez.

A Genève avec, selon Le Matin , quelques 650 concerts allant de musique helvétique traditionnelle au hardcore genevois. Pendant ce temps, les Islandais ont proposé la première journée internationale du yoga pour fêter le solstice d’été. Verdict succinct du Times à propos de cette initiative : « What’s not to like ? » « Qu’y a-t-il à ne pas aimer ? »

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.