La presse britannique est désespérante

Chaque jour apporte son lot d’articles europhobes qui glissent de nouveau vers les unes, provisoirement dépourvues d’Ebola et des différents états islamico-terroristes. Du coup, voici le drapeau européen en miettes dans The Telegraph et tout un article sous le titre :l'Union Européenne est en train de mourir, pourquoi lui venir en aide ? Le continent est dans un trou perdu, « a terrible hole », et le journal en veut pour preuve le caramel mou, « fudge », de ces derniers jours autour du budget français.

Et ce n'est même pas dit avec humour. Cela n’est pas drôle quand on voit un journal comme The Express,tel une moissonneuse-batteuse europhobe, voler au secours ce matin du parti indépendantiste, UKIP , qui hier, afin de s’assurer les 2 millions d’euros de subvention consentie par le parlement européens aux blocs politiques, a été obligé de s’associer in extremis avec un parti politique polonais, le congrès polonais de la nouvelle droite, dont le dirigeant nie l’Holocauste. Le journal se limite à citer son dirigeant Nigel Farage qui explique qu’il faut parfois faire des compromis.

Un article dans Le Temps va dans l’autre sens

Certaines plumes britanniques feraient bien de lire l’appel publié ce matin par le journal genevois . Inquiètes de voir la Suisse s’isoler toujours davantage, une centaine de personnalités s’exprime ainsi :

Nous les Suissesses et Suisses sous­signés, profondément préoccupés par la confusion qui caractérise aujour­d’hui la politique de la Suisse vis-à-vis de ses partenaires européens, sachant que l’isolement de la Suisse ne renforcerait pas sa souveraineté, mais au contraire l’affaiblirait, invitent tous leurs compatriotes et particulièrement les plus jeunes à participer à un large débat sur l’Europe, débat serein et factuel, afin d’offrir à la Suisse une politique cohérente et axée sur le long terme, une politique qui permettra au pays de faire valoir ses intérêts dans le contexte européen !

Le décalage entre la presse française et allemande hier continue__

Le Frankfurter Allgemeine Zeitung a attendu une journée pour pondre son éditorial, il n’en est que plus mortifère. Entre autre, le journal conservateur n’a pas apprécié du tout la couverture récente du Nouvel Observateur montrant notre chancelière grognonne et renfrognée avec le mot « Achtung ! » en VO, avec les relents militaires que l’on sait.

Personne n’ose dire aux Français que dans le monde moderne, la France ne peut rester comme avant. C’est en vain que notre gouvernement indique à Paris que les pays qui ont adopté un autre comportement commencent doucement à aller mieux. Tant que la France est malade, l’Europe ne pourra pas être en bonne santé. Que faire ? demande le journal, visiblement consterné.

Davantage de clarté ce matin sur ce qui se passe, dans le Kanholmsfjärden

Depuis quelques jours les médias diffusent les images pour le moins anxiogènes d’un homme étrange, vêtu de noir, repéré au large des eaux où est sensé rôder le sous-marin russe. Le Svenska Dagbladet révèle ce matin qu’il s’agit en fait d’un retraité de Stockholm, un dénommé Ové, qui pêche la truite. Ové rassurera les lecteurs menés à rude épreuve ces derniers jours avec son défi vibrant à l’égard de Poutine : « La guerre anti sous-marine ou pas, j’y serai demain avec ma canne à pêche ! »

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.