Comme dans la presse française, on parle beaucoup de la mort de Joe Cocker

Les variantes locales pour le mot « rauque » se trouvent partout à la une :« cette voix qui cesse de rugir », pour ne citer que celle du Temps à Genève.

De Standaard bénéficie de toute la force de la langue néerlandaise pour rendre un hommage onomatopéique à cette voix nue d’une âme sans repos, « de rauwe stem met onrustige ziel ».

Der Spiegel est d’accord : « il gargouillait avec du verre cassé » . On n’imaginait pas forcément les journalistes du Frankfurter Allgemeine Zeitung grands fans, pourtant, leur une : « Sa vie était un cri » témoigne d’une grande affection. Il était en tout cas le ventre et la main tremblante du rythm'n'blues européen pour Die Zeit .

Joe Cocker était Britannique. Que dit-on sur place ?

Je désespère de la presse de mon pays.Pas grand-chose si ce n’est cette nécro dans The Telegraph pour lequel Joe Cocker était « une éruption volcanique dans la pop ».

La presse britannique est comme d’habitude accaparée par l’Europe. Une énième une de The Express sur les migrants , accompagnée d’une carte du continent, un porte-monnaie d’où filtrent des livres sterlings et le regard courroucé de David Cameron.

Puis, nous avons cette nouvelle application smartphone qui parodie le parti indépendantiste UKIP dont parle The Guardian , avec son dirigeant Nigel Farage, transformé en Nicolas Fromage, envoyant les migrants dans la mer depuis les falaises de Douvres.

Hier, à Dresde, nouvelle manifestation de Pegida, le mouvement « anti-islamisation » en Allemagne __

Le nombre des opposants s’accroit : le Frankfurter Allgemeine Zeitung n’est pas le seul à axer son reportage là-dessus. A Berlin le « Bergida » sensé soutenir les manifestants à Dresde a fait un flop, le Berliner Zeitung n’a compté que 3 manifestants devant la porte de Brandebourg.

A Munich, « ils étaient 12 000 contre Pegida, un signe clair s’il en est », annonce le Süddeutsche Zeitung qui signale qu’à Dresde même, l’opéra Semper a éteint ses lumières au passage des manifestants qui passaient en chantant des chants de Noël résolument chrétiens.

« Jésus aurait vomi » enchaîne, plus viscéralement, le Tageszeitung .

Sur le même thème, Eric Zemmour divise la Belgique. Annoncée à Bruxelles début janvier, sa venue provoque des crispations, si l’on en croit Le Soir de Bruxelles .

La joie dans la presse madrilène ...

...avec la loterie de Noël, le plus gros lot, « el gordo » de l’année. ABC entend bien « émotionner » ses lecteurs avec de nombreuses images de « la alegria general », et son analyse de « las curiosidades estadisticas », comme la prépondérance inhabituelle du numéro 7.

Puis, pour finir, France Inter n’est pas seul à organiser son palmarès des sportifs. A Stockholm, Dagens Nyheter va plus loin, annonce le meilleur sportif suédois de tous les temps qui est ?

Zlatan Ibrahimovic n’est pas heureux, en revanche, de son placement, même si la star du tennis essaie de l’amadouer en disant dans le Parisien que le footballer est « la plus grande suédoise du monde, plus connue même qu’Ikea ». Réponse un peu laconique du footballeur : « Bjorn Borg er en cool person ».

Foot toujours et rien de tout ce qui précède ne saura éjecter le foot de la une de Dernière Heure en Belgique qui titre sur Eden Hazard et ses passes décisives. L’attaquant belge « ne laisse rien au hasard », contrairement donc à « el gordo » en Espagne.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.