Le foot inlassablement à la Une des journaux européens

La presse néerlandaise a fait des économies dans les cartouches noires d’imprimerie ce matin, tant leurs premières pages sont totalement oranges (de la couleur de la Hollande!).

Sinon, nous avons des Unes un peu impénétrables pour les non-initiés, surtout quand c’est en danois, comme avec Politiken à Copenhague que je vous sous-mets : « Neymar a donné du chocolat à une foule affamée », apparemment sur la victoire des Brésiliens hier – comme les Danois ne jouent pas, ils s’excitent comme ils peuvent !

Les Allemands ne sont jamais contents – ils n’ont pas encore perdu de match, mais ce sont les commentaires nuls à la télévision publique qui énervent leurs journaux ce matin, leTageszeitung les situant entre enthousiasme béat et pure incompétence. Die Zeits’inquiète de la frontière très ténue entre patriotisme et nationalisme, persuadé que pendant le match contre le Ghana, on a clairement basculé de l’un à l’autre.

Puis, dans l’incontournable conquête de notre monde par le foot, l’un des derniers bastions tombe.The Financial times fait tout un papier sur le foot qui passionne les Américains, records d’audience pour leur match contre le Portugal.

Quelqu’un remarque ce qui se passe en Irak ?

Si on slalome entre les titres sur le Mondial, quelques Unes en parlent, sans doute pas les plus vendeuses, comme celle du Neue Zürcher Zeitung à Zurich, qui annonce de façon très sobre : « L’Irak perd sa partie nord aux mains de l’Armée de l’Etat islamique en Irak et en Syrie ».

Le Süddeutsche Zeitung, à Munich, est plus dramatique, parlant à sa Une de «cet enfer qui se nomme Syriak ». Les troupes terroristes islamistes militantes font une percée de plus en plus profonde, non seulement en Irak mais peut-être « en Jordanie maintenant, mues par une idéologie primitive, se battant pour un califat mondial construit sur les bases de cartes datant du Moyen-âge ».

The Timesoublie l’Irak un peu pour s’inquiéter, à sa Une, de l’influence croissante sur place au Royaume-Uni de la branche salafiste de l’islam , celle de l’ultra conservatisme, hostile aux droits des femmes, à la musique, à la télé et même aux anniversaires et qui, d’ici une génération, dominera sans doute la moitié des mosquées sur le sol britannique.

A Bruxelles,Le Soirest persuadé qu’on n’a pas fini de payer l’addition de la guerre en Irak, et le journal belge se demande pourquoi même ceux qui avaient soutenu l’option guerrière à l’époque, comme Alain Minc, gardent aujourd'hui le silence.

Les Suisses se rebiffent

Le Tempsest inquiet par la reprise des activités d’Alstom par General Electric, qui n’est pas de nature à rassurer les 6000 employés Suisses du groupe français : « Paris fausse le jeu de la compétitivité parmi les sites de production ».

L’avenir de la place industrielle et du génie technique made in Switzerland est en jeu, mais l’éditorial conclut que les sites helvétiques sont nés avec l’industrialisation du pays à la fin du XIXe siècle et que ce n’est pas le mercantilisme à la française qui sauvera cette industrie, mais bien sa capacité à se réinventer. « L’activisme d’Arnaud Montebourg » n’y changera rien. Commentaire made in Genève.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.