Vladimir Poutine étend son « réseau politique » en Europe

Après le financement russe du Front National en France, le journal populaire Bild est convaincu ce matin qu’il étend sa toile, finançant maintenant Alternative pour l’Allemagne, le parti qui veut sortir le pays de l'Union Européenne. Le journal a eu entre ses mains un document et sa traduction du titre ne passera pas inaperçue : « Poutine, le nouveau Führer du conservatisme international ».

Ce même Vladimir Poutine qui accorde une interview à Nezavissimaia Gazeta ce matin où il affirme notamment ne pas vouloir que tout le monde en Russie soit d'accord avec sa politique et que l'opposition peut existe r, tant qu’elle ne fonctionne pas avec l'argent étranger, ce qui ne manque pas de sel, si les affirmations de Bild sont justes.

L’establishment espagnol de plus en plus inquiet devant la montée de Podemos

L’équivalent du Medef enjoint la classe politique madrilène de mieux combattre ce mouvement populaire de gauche, une formation qui, selon l’un des entrepreneurs cité par El Pais , génère anxiété et incertitude , « zozobra y incertidumbre ».

El Pais, tout en étant de gauche est loin d’être convaincu par le secrétaire général du parti, Pablio Iglesias, qui enthousiasme les foules avec ses feux d’artifice verbaux. « Beaucoup de mots, mais aucun discours » : c'est le titre de la tribune publiée aujourd'hui.

Les Suisses parlent beaucoup des Français__

Mais pas en bien ! Le principal éditorial du Temps est consacré à la politique française, plombée par les huées. Le journal genevois regrette le climat délétère actuel avec, d’un côté, un ex-président de la République plombé par les affaires politico-judiciaires et dont les positions changent parfois au fil des meetings. De l’autre, un ex-premier ministre, héritier d’un vieux système chiraco-gaulliste en bout de course.

Puis pour vous enfoncer davantage, la une du Neue Zürcher Zeitung pour une fois n’est pas surla politique suisse, mais sur le tennis avec Wawrinka « euphorisch » d’avoir battu la France à la Coupe Davis hier, ou encore dans La Tribune de Genève Roger Federer disant qu’il a passé, lui aussi, un « super moment »

Une astronaute italienne passe elle aussi un super moment dans l’espace

Les journaux italiens sont très fiers. La Stampa s’est régalé du moment où un éclair lumineux dans le ciel sombre du Kazakstan a envoyé la première italienne, baptisée Astrosamantha, dans l’espace, d’où elle tweete en permanence, si l'on en croit la presse.

Les journaux britanniques passent un mauvais moment en revanche , leur ire europhobe provoquée aujourd'hui par les nouvelles réglementations complètement tarées, « totally bonkers » sur les gants de vaisselle qui doivent être davantage résistants aux détergents, et du coup plus chers « dans cette Europe qui s’immisce même jusqu’au fin fond de l’eau sale de nos éviers maintenant ! »

Puis terminons avec les Belges. Bientôt des amendes pour ceux qui ne parlent pas assez néerlandais, du moins quand ils demandent des logements sociaux.

« Je n’attends pas des gens qu’ils puissent lire de la littérature », La Libre Belgique cite la ministre responsable, « mais qu’ils puissent demander à leurs voisins quel jour ils doivent sortir les poubelles ». Testons sur un Belge (Alex Vizorek) ! « Goede morgen, mijnheer Vizorek, Zal U graag met een glimlach u kroniek beginnen altsublieft ? » (est-ce que tu veux bien commencer ta chronique par un sourire? )

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.