En Une de la presse turque

Point de vue important sur les raids aériens chez leurs voisins Syriens. Pour Hurriyet il faut que Washington définisse un scénario plus clair. « Cela fait trois ans que nous, turcs, demandons à nos partenaires de renforcer l’armée syrienne libre et c’est maintenant qu’ils y songent ? » Ankara continue de penser, je cite, « que l’Etat Islamique est un pur produit de l’oppression du régime syrien, et que le détruire ne sert pas à grand-chose si on ne règle pas le principal problème – Bachar al Assad. »

Ailleurs au sujet des raids

Difficile en une minute mais quelques bribes pour vous donner un aperçu des angles très différents ce matin.

Der Standard à Vienne parle d’une opération Eyes Wide Shut , « les yeux fermés grand ouverts » tant il s’agit d’une aventure complètement nouvelle, sans égard pour les conséquences.

En Allemagne, le Tageszeitung insiste sur la nécessité d’impliquer les Nations Unies, Der Spiegel parle du « numéro de funambule » du ministre allemand des Affaires Etrangères quant à une participation allemande tandis que Die Welt titre sur le soulagement hier d’une grande partie du monde arabe après les frappes.

Thème similaire repris par Trouw au Pays-Bas qui évoque les manifestations importantes de musulmans contre l’Etat islamique à Amsterdam mais que personne ne remarque.

Le Soir de Bruxelles indique à sa Une que les américains demandent six F16 Belges.

Quant aux britanniques, « Nous sommes en guerre – AGAIN ! encore » les majuscules de l’Express dénotent une réticence inhabituelle dans la presse conservatrice, qui n’est pas partagée par The Times qui intitule son éditorial – At last , enfin !

The Economist , plus sanguin, pose la question – « Jusque quand without boots, sans bottes sur le sol ? »

Le fait que la presse populaire européenne, des journaux comme The Sun ou Dernière Heure en Belgique ne titrent pas sur les frappes en disent long en effet sur une certaine lassitude continentale.

Les autres Unes

La conférence sur le climat fait celle du Temps en Suisse qui voit un sursaut d’espoir dans la lutte contre le réchauffement climatique.

La presse espagnole a une information qui prime : l’abandon pur et simple hier par le gouvernement conservateur de sa loi très polémique sur l’avortement, ce « fiasco » comme dit El Pais , et la démission après 30 ans de carrière de celui qui avait tant essayé de la promulguer, le Ministre de la justice.

La presse italienne titre plutôt sur l’arrestation hier au Vatican d’un archevêque polonais pour pédophilie, arrestation appuyée par le Pape.

Sondage très intéressant à la Une du Helsingin Sanomat sur cette majorité de personnes âgées en Finlande qui souhaitent prendre leur retraite plus tard et continuer à travailler.

Puis dans tout ceci, information que personne n’a le temps de remarquer – après des années où tout le monde disait pic et pendre de la Grèce « Nous pourrons enfin tenir debout sur nos propres pieds » affirme Kathimerini « car nous pourrons renoncer à la fin de l’année à l’argent du FMI » c’est du moins ce qu’a indiqué le Premier Ministre Grec à Angela Merkel hier à Berlin.

Enorme problème pour David Cameron

La guerre n’est rien à côté des ennuis. Pensant son micro fermé on l’a entendu très clairement dire au Premier Ministre Canadien hier que la Reine avait ronronné de plaisir – purr – au bout du fil, tant elle était contente que l’Ecosse aie voté non. Lèse-majesté ne couvre pas le délit de sortir la Reine de son inscrutable et insondable No-comment légendaire.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.