Mondial finito, Italia eliminata

Je m’attendais à toutes sortes de lamentations, mais l’écrasante sobriété de la une du Corriere della Sera que vous venez de citer est à la hauteur du désarroi dans la presse de la péninsule. On sent la colère froide gronder dans la chute de l’éditorial de La Stampa . Cesare Prandelli, notre entraineur national avait dit qu’on n’était pas assez patriotiques. On l’est suffisamment pour te dire sincèrement et d’un seul homme grazie, grazie d’avoir démissionné!»

Ce n’est pas tous les jours que les Grecs sont euphoriques. Aujourd'hui si. « C’est un Dieu et …. Il est grec ! » La une d’Eleftherotypia évoque le but dans les prolongations de Samaras, permettant à l’équipe de se qualifier pour la première fois aux quarts de finale après un match où nous nous sommes assis dans nos estomacs ! comme seuls les grecs savent le faire apparemment, dans Ta Nea . Depuis 3h ce matin, j’ai vu au moins 50 zooms différents de l’épaule gauche du joueur italien Chiellini, soi-disant mordue par Suarez l’Uruguayen qui est qualifié de cannibale, de vampire ou tout simplement dans Die Welt , de « grand malade ou quoi ! » Dans ces moments-là on se tourne vers le Frankfurter Allgemeine Zeitung qui résume le sentiment général : « De toute façon, c’est du foot, ce n’est pas de la morale ! »

Un joli mot allemand dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung aussi : « zersplittert »

« Explosé ! » Tout espoir d’un regroupement au parlement européen des différentes extrêmes droites. Publico à Lisbonne s’en félicite. Lorsqu’elles se parlent, elles se trouvent les unes les autres trop extrêmes, trop radicales, trop néo-nazies, trop antisémites, trop homophobes. __

Le Soir de Bruxelles prévient en revanche que Marine le Pen n’a pas dit son dernier mot. Sinon, suite des bisbilles autour de la nomination de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission Européenne. Bild , le journal populaire allemand, est scandalisé ce matin par tout l’argent qu’il gagne même maintenant avec ses « ménages » en tant que speaker. __

Le Quotidien au Luxembourg le défend : « ce n’est absolument pas le fédéraliste que certains, j’ai nommé David Cameron prétendent ». Fiscalité luxembourgeoise oblige, il s'est toujours battu contre l'harmonisation fiscale dans l'UE, condition pourtant élémentaire d'un marché unique. Après, l'on peut toujours rêver. Rêver d'un Juncker qui trouverait enfin le courage politique nécessaire pour s'opposer aux oukases de Berlin ou pour stopper les dégâts sociaux, on peut toujours rêver », je cite.

Et ce n’est pas tous les jours que The Telegraph publie un papier indiquant aux Britanniques que si jamais ils quittent l'Union Européenne, « oups ! Ce sont 3 millions d’emplois qui risquent de sauter ».

D'autres bizarreries continentales

Vous voulez dire le cigare électronique dont parle le Jornal de Noctias à Lisbonne, ou peut-être plutôt la livraison des pizzas par drone évoquée, parmi d’autres, par Le Matin suisse ?

Pendant ce temps, entre le foot et le reste, « les Autrichiens font la cour à Poutine », comme dit Der Standard à Vienne où il est en ce moment, signant des contrats pour Gazprom sans que cela émeuve trop la presse non-autrichienne.

Et pendant ce temps aussi l’Armée de l’Etat Islamique en Syrie et au Levant continue de s’installer gentiment au nord de Bagdad. Die Welt , à Hambourg, semble résumer le sentiment général dans notre continent : « A qui la faute de la crise en Irak ? Aux Irakiens eux-mêmes. » Point.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.