La Pologne vire à droite

Le mot changement figure très largement dans la presse varsovite ce matin. Rzeczpospolita cite le nouveau président élu, Andrzej Duda, qui rappelle que les élections sont le sel de la démocratie. Ailleurs en Europe la victoire d’un eurosceptique est accueillie avec de l’appréhension. La Libre Belgique rappelle que Duda et son parti Droit et justice affiche des convictions très conservatrices sur les questions éthiques, et une méfiance atavique envers tout ce qui est étranger: la Russie bien sûr, mais aussi l’Allemagne, et bien entendu « Bruxelles », cœur du pouvoir européen.

Vent de changement en Espagne aussi dans les élections municipales

Oui mais dans l’autre sens. Grand virement à gauche, titre La Vanguardia . Même le très conservateur ABC a du mal à cacher que le Parti populaire, qui a remporté plus de voix que les autres, a perdu toutes ces majorités. Ailleurs le verdict est plus cinglant, le vocabulaire aussi, la droite ébranlée pour la Vanguardia, et qui va droit dans le mur pour El Mundo . Parmi les personnes intéressantes, la probable nouvelle maire de Madrid jusque-là bastion de la droite, Manuela Carmena, ex juge de 71 ans, et qui bénéficie du soutien de Podemos, la gauche radicale. El Païs envisage du coup le jusque-là inenvisageable sur la scène nationale, que Podemos et le PS travaillent ensemble.

Deux événements culturels à la une partout

Comment dit-on Palme d’or en langue tamoule? demande Le Temps à sa une, après la victoire de Dheepan de Jacques Audiard. Le journal suisse n’est pas persuadé en tout cas par la sélection indigne pour une telle compétition. Cette méforme reflète celle d’un cinéma mondial qui peine à se réinventer. Puis la Stampa n’est pas très content non plus en raison de l’absence totale de réalisateurs italiens dans le palmarès.

Puis la France n’est pas le seul pays à déchanter après l’Eurovision

Quand même le Frankfurter Allgemeine Zeitung en parle, c’est que cela ne va pas. C’est quoi ces nul points (zéro pointé) pour l’Allemagne ? Notre chanteuse n’était peut-être pas la meilleure, mais a-t-elle vraiment mérité très 365 points de moins que la Suède ? Dans les big cinq, les grands pays occidentaux, The Mail à Londres est plus sévère à l’égard de la chanson britannique, 5 points, (1 de plus que vous !) et qui était une espèce de reprise désuète du générique de Benny Hill. Le pays hôte, l’Autriche a eu nul points aussi, mais néanmoins 12 points pour l’organisation, se félicite Die Presse sur place. A Moscou Izvestia est content que « notre deuxième place montré au monde que les russes sont un peuple qui aime la paix et les belles chansons. A Stockholm le sourire déjà très photogénique du gagnant fait scintiller les innombrables paillettes illuminant les unes locales. Le Aftonbladet critique justement les britanniques qui chaque année pleurnichent. Comme toujours et pour tout, c’est la faute des autres européens. Ce qui nous amène aux unes britanniques sur la décision de David Cameron : les ressortissants européens vivant en Grande Bretagne ne pourront pas voter dans le référendum sur le maintien du pays dans L'Union Européenne. Je m’en vais car je compte passer ma journée à envoyer des messages aux télévisions britanniques pour que les 2 millions de britanniques vivant en Europe, et dont la vie risque d’être totalement bouleversé en cas d’un Brexit, puissent eux y participer!

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.