Pas de thème majeur à la une ce matin en Europe visiblement ?

C’est une journée où les premières pages sont remplies de choses nationales, voire curieuses, à commencer par la hanche du roi Juan Carlos qui figure très largement dans la presse espagnole. Le monarque a été opéré hier. Le plus impressionnant est sur le site d’El Mundo, où l’on peut suivre les détails de l’intervention sur un modèle façon rayons X du squelette du monarque.

En Italie, La Repubblica met sa sur première page une lettre que le dernier pape Joseph Ratzinger adresse à un mathématicien athée concernant la foi, la science et le mal dans le monde, sous le titre, « Cher mathématicien, laissez-moi vous dire qui était Jésus ».

La première page la plus inattendue, c’est sur [The Daily Mail ](The Daily Mail )britannique, d’habitude très pris par les reality shows ou ses tribunes véhémentes contre le reste de l’Europe. Aujourd'hui, des images impressionnantes des téléphériques construits sous Staline , qui transportent encore les mineurs de fond de la ville géorgienne de Chiatura dans "de véritables cercueils ambulants", je ne vous conseille pas les images si vous avez le vertige, mais elles sont extraordinaires.

Et même The Times aujourd'hui ne consacre pas son éditorial aux affaires du monde, mais au fait de savoir si oui ou non Barack Obama fume toujours .

Les éditorialistes d’autres journaux européens sont fascinés par le nouveau président iranien

Et surtout par son « offensive de charme » j’ai trouvé le mot par-ci par-là dans plusieurs langues ce matin, mais les avis divergent.

The Economist lui donne le bénéfice du doute, tout est dans l’adverbe anglais « ostensibly» : Hassan Rouhani agit apparemment de bonne foi .

Déjà le fait, remarque The Guardian qu’hier, à l’ONU, il ait utilisé le mot anglais « President » plutôt que sa traduction en farsi en parlant d’Obama montre le chemin parcouru, mais le voyage va être encore long et ardu. __

Le Soir de Bruxelles met à sa Une la rencontre avec François Hollande , regrettant néanmoins qu’une rencontre bilatérale entre Rohani et Obama ait été « trop compliquée ».

Le Temps en Suisse a écouté plutôtle discours d’Obama devant l’Assemblée générale hier . Le président des Etats-Unis d’Amérique reste un acteur essentiel dans notre monde en pleine convulsion. Cependant, « il revendique presque, face à certains déchaînements en cours, la place de simple spectateur, ou tout au plus, celle d’un conseiller avisé ».

A propos de l’ONU, plus largement dans la presse internationale

The Washington Post évoque une stratégie du « soft sell » (marketing séduisant) de la part des Iraniens, mais reste sceptique. « M. Rohani nous donne des carottes, tweetant ses salutations aux Israéliens par exemple, mais jusqu’à là no substance » . Il y a encore beaucoup de raisons de douter, pour le comité rédactionnel du journal, notamment en ce qui concerne le nucléaire iranien.

En Israël justement, Haaretz repère ce matin que le président iranien a concédé que les nazis ont commis, « des crimes répréhensibles à l’encontre des juifs dans une interview diffusé hier soir par CNN, ce qui est déjà un changement de ton ».

Puis je suis allé voir sur le site de l’Iran Daily à Téhéran même. Pas d’éditorial ou de commentaire, juste un article intéressant où l’ancien président iranien Mohammad Khatami loue la prudence et l’optimisme du président Rohani et conclue : « J’espère que mon pays montrera le chemin désormais vers un dialogue international ». Je ne vais pas souvent surIran Daily , mais il me semble que le ton est en effet nouveau.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.