La Turquie à la une

La tempête Dirk a eu la mauvaise idée de tomber pendant une période où les rédactions sont quasiment vides, donc ses énormes méfaits ne sont guère rapportés dans la presse car peu de journalistes dans les lieux affectés. En revanche crise de gouvernement hier en Turquie, et la plupart des journaux se jettent dessus pour en faire leur une. Le Premier ministre Erdogan a annoncé son vaste remaniement ministériel avec dix ministères affectés, et non pas des moindres, notamment la justice, l’intérieur, et l’économie. A Istanbul– Cumhurriyet , a République, parle à sa une d’une bombe politique. On apprend notamment que limoger quelqu’un en turc se dit l’envoyer au kiosk pour une révision. Parmi les autres mots turcs souvent très longs, un chiffre saute aux yeux – le 1 suivi de 11 zéros, le montant de l’argent détourné en lires turcs par les proches des ministres. La presse allemande, avec beaucoup de lecteurs d’origine turque, en parle. Le [Süddeutsche Zeitung ](Süddeutsche Zeitung) rappelle que le premier ministre Erdogan était arrivé au pouvoir en 2002, promettant de mettre fin aux affaires de bakschisch et de népotisme, tous ces fils de ministres qui cachent sous leur lit des valises entières de billets en provenance de sociétés opaques. C’est un coup peut-être mortel porté à l’AKP. Erdogan a réussi à tarir l’image de son propre parti, conservateur et porté sur les valeurs religieuses, dont le journal munichois rappelle que les deux premières lettres « A. K» veulent dire « tout blanc » en turc. Plus Erdogan s’obstine à déclamer de partout que c’est la faute aux autres, plus il enfonce son gouvernement dans un marécage crépusculaire.

Seins nus et monarchie

Pas forcément ensemble – hélas ! Nous avons les retombées de Noël en gros. Dans le genre scandale, une Femen allemande qui est montée pendant la messe de Noël seins nus à la chair de la cathédrale de Cologne, avec sur son ventre les mots « I am God » - « Je suis Dieu » en anglais. Le journal populaire Bild est parmi les plus prompts à en apporter les preuves visuelles à ses lecteurs. Autrement des unes plus pointues et nationales, le Helsingin Sanomat par exemple qui titre ce matin sur le nombre inattendu d’opérations aux genoux en Finlande. Jour férié toujours en Grande Bretagne – Boxing Day. Tout reste fermé, donc les lecteurs passent le temps, si on en croit leur journaux, à émettre des hypothèses sur les activités de la famille royale pendant les fêtes. The Express a même changé son titre ce matin – vers 3h le journal évoquait toute sorte d’hypothèses quant aux jeux avec lesquels les nurses occupait le Royal Baby George à Sandringham, pendant que ses parents étaient à la messe de Noël. Vers 4h30 en revanche celui qui veille sur le site du journal au milieu de la nuit a dû décider qu’un autre titre était bien plus palpitant - le fait que Kate ait troqué son ensemble beige crème contre une robe tartan. Au Pays-Bas [De Volkskrant ](De Volkskrant )a regardé à la télévision la toute première allocution de Noel du nouveau roi Willem Alexander. Le moins que l’on puisse dire, si l’on en croit l’éditorial, c’est que la mise en scène laissait à désirer. L’horloge est restée rivée obstinément sur midi pendant les dix minutes du discours, puis la tête du monarque était à peine casée dans le cadre entre plusieurs très grandes photos de ses filles. En plus le roi avait une posture particulièrement raide, parlant comme de l’encre noire, ânonnant son texte abominablement, je cite. Mais – le Volkskrant nous prend à contrepied – le contenu était top ! Le nouveau roi a cherché à nous montrer qu’il vaut mieux travailler ensemble. Surtout le roi a su éviter, je cite le journal, tous ces mots négatifs avec lesquels sa mère Béatrix saupoudrait systématiquement ses discours. Cela dit, quand on parcourt ceux-ci, (le Volkskrant en donne quelques exemples), on peut aisément comprendre la précipitation avec laquelle le nouveau roi les a effacés du prompteur - car le trio anxiété, égoïsme et cupidité tant décrié par sa mère, ce n’est pas de la tarte lorsqu’il faut le sortir en V.O - bezorgheid, zelfzucht en geldzucht …..

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.