Le séisme au Népal fait la une de la presse européenne ce matin

Mais on sent les journaux désemparés, faute de correspondants sur place, faute d’informations exactes.

2.000 ? 3.000 morts ? J’ai vu même jusqu’à 10.000 victimes éventuelles dans les jours à venir. Pendant ce temps, les journaux font comme ils peuvent.

Le Berliner Zeitung propose à ses lecteurs d’envoyer de l’argent, Le Temps en Suisse fait sa une sur « le Népal, ce pays en ruines ».

Le site du Mail montre la vidéo dramatique du séisme autour de l’Everest, celui de La Repubblica à Rome, celle du Pape priant pour les morts.

El Mundo demande de façon résignée : « Quel Dieu a la réponse devant ce drame ? Shiva, Ganesh ou le Bouddha ? Quel Dieu pourra calmer la douleur, la rage et la solitude des survivants ? »

Le Népal ne fait pas la une partout

Loin de là. En Belgique, par exemple, le fait que Dernière Heure , journal sportif titre sur Eden Hazard, le Belge élu meilleur joueur de première League en Grande Bretagne, n’est pas étonnant. QueLe Soir de Bruxelles fasse aussi sa une dessus, l’est un peu plus.

En Italie, Corriere della Sera fait la sienne sur les derniers heurts violents entre Tifosi et autres Hooligans à Turin.

En Allemagne, les bisbilles autour de la nouvelle présidence de Wolkswagen sont à la une de Die welt .

La Grèce n’est jamais loin des unes __

Je ne sais pas comment on dit « le moisi » en grec, mais cela le sent. « Temps zéros » pour Tsipras, titre To Vima à Athènes, faisant référence tout comme le Frankfurter Allgemeine Zeitung au coup de fil désespéré du premier ministre hier à Angela Merkel pour lui quémander de l’argent.

Le ton est particulièrement sombre dans Kathimerini : «__ Les turbulences sont violentes et c’est à notre pilote de nous dire maintenant comment il entend atterrir » . Le journal athénien n’est pas tendre avec les autres européens non plus : « Tout le monde veut assassiner la Grèce mais personne ne veut ses empreintes sur l’arme du crime ».

Une énorme gaffe de David Cameron

The Economist est bouche-bée devant cet épisode bizarrissime dans la campagne surréaliste pour les législatives la semaine prochaine en Grande Bretagne. Le premier ministre voulait se la jouer homme du peuple en vantant les mérites de son équipe de foot préférée, West Ham. Jusqu’au moment où quelques lignes plus tard, il s’est rappelé que son équipe de foot préférée est en fait... Aston Villa. Erreur qu’il a imputée à un nouveau concept en anglais « Brain fade », « quand le cerveau se désintègre ».

The Times « is not amused » – tout ceci laisse le journal conservateur suffisamment désappointé pour intituler son éditorial de ce matin sur le « wobble » , la tremblote, assimilant la campagne du parti conservateur à une gelée anglaise de consistance invertaine.

Enfin, la une la plus bizarre ce matin est en Islande

De loin. Le Morgunbladid titre sur le départ hâtif du pays de l’artiste danois d’origine chilienne Marco Evaristti, après avoir coloré en rose l’eau émise par l’un des geysers les plus connus du pays, en installant une énorme quantité de colorants alimentaires dans le puits. Les mots manquent visiblement à un responsable local cité par le journal pour décrire les dégâts faits à notre paysage. Les images en tout cas sont pour le moins étonnantes...

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.