Les Allemands sont-ils en train de devenir britanniques ?

C’est la question que je me pose à la lecture de leur presse ce matin. C’est la première fois que j’ai vu plus d’articles au ton anti-européen dans la presse d’outre-Rhin que dans celle d’outre-Manche.

Prenez la une de Bild , exacerbée par une énième réglementation bruxelloise, cette fois-ci visant à interdire certains aspirateurs, joliment appelés « les suceurs de poussières » en allemand, trop consommateurs d’énergie.

« Mais quoi encore ? », demande le journal populaire en gros titre.

Le parlement européen critique l’Allemagne, c’est la une du Frankfurter Rundschau

A propos de l’initiative de la coalition de limiter ce que l’on appelle le tourisme social, les allocations pour les migrants, surtout en provenance de l’Est. « Sans job, expulsé !» C’est la une du Tageszeitung.

Dans une conférence de presse hier la ministre de l’Emploi allemande a présenté une série de mesures pour lutter contre le problème, tout en concédant qu’il est impossible de chiffrer le nombre de personnes concernées.

El Mundo , à Madrid, en a eu vent, et n’a aucun mal à dénombrer le nombre de jeunes Espagnols récemment installés sans emploi qui touchent sur place l’aide de l’état allemand : 10 46 !

Ces mesures ne sont pas tombées dans l’oreille de sourds en Grande Bretagne non plus : The Express a une acuité particulière pour tout ce qui touche aux migrants et enjoint David Cameron à suivre l’Allemagne et expulser les tricheurs.

Le ton devient plus extrême encore dans The Mail qui choisit de reproduire la photo d’un député conservateur des années 70, Enoch Powell, qui avait fait un discours très polémique sur les fleuves de sang qui résulteraient de l’immigration de masse.The Mail affirme ce matin qu’il avait raison et le mot « raison » est en majuscules : « He was RIGHT ! »

Christine Lagarde revient souvent à la Une

« Soupçonnée de négligence », celle du Neue Zürcher Zeitung à Zurich, par exemple.

ABC en Espagne parle de l’ascension météorique de señora Lagarde, assombrie par la corruption.

« Madame et la question de la morale », titre Der Spiegel , c’est pain béni pour ses adversaires, mêmes ceux dans son propre camp.

The Financial Times aide ses lecteurs un peu déboussolés par cette affaire franco-française à y voir plus clair en répondant à des questions de base, genre – Who is Bernard Tapie ? Réponse – une figure charismatique et volubile avec un passé mouvementé.

La présence de femmes au pouvoir cause des soucis à Jean-Claude Juncker

On le voit, la tête dans les mains dans The European Voice , journal européen, désespéré à l’idée de trouver assez de femmes pour la Commission qu’il préside et dont il devait normalement annoncer la composition ce weekend. En attendant, les bisbilles fuitent de part et d’autre.

Le Süddeutsche Zeitung est content de son exclusivité ce matin sur la façon dont Berlin freine Paris qui veut envoyer un socialiste, Pierre Moscovici, comme Commissaire chargé des finances. L’Allemagne est strictement contre, craignant pour sa « Spardisziplin », la discipline de l’épargne si totémique.

Bref, avec tout ceci, comme conclut de façon sympathique Le Soir qui a toujours une oreille qui traîne dans les coulisses bruxelloises, la nouvelle Commission n’est pas prête d’éclore.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.