Un canapé est dans tous les journaux européens ce matin

Du Helsingin Sanomat au Frankfurter Allgemeine Zeitung , en passant par Eleftherotypia, le même canapé recouvre les Unes . Il s’agit d’un canapé classique 2 places en velours rose magenta. Ce classique du boudoir est parfait sous tous les angles, plissé des accoudoirs, pieds en bois massif tourné pour un cachet qui se garde de l'excès. Son dos a un fini superbe qu'il ne faut pas se priver d'exposer. J’ai envie de laisser mon corps s'enfoncer dans sa silhouette évasée propice au repos absolu et au plaisir velouté. Car je cherche en ce moment un nouveau canapé et il se trouve que j’ai consulté plusieurs sites sur internet ce weekend. Du coup ce matin, d’innombrables canapés atterrissent de façon inattendue au milieu des journaux que j’ai lus.

Si je vous en parle, c’est que le grand titre du jour en Europe, c’est la protection de nos données. C’est bien ça, la substantifique moelle extraite de l’entretien d’Edward Snowden à la télévision allemande dimanche. Du coup, que ce soit à la Une duGuardian ou de La Vanguardia , les Angry birds, ces oiseaux en colère du jeu vidéo scrutent les lecteurs européens du fond des yeux tout en fouillant dans nos mémoires virtuelles.

La Libre Belgique pose la question: les applis sont-elles de sinistres mouchards ? La NSA et son homologue britannique collectent quantité de données sur les utilisateurs d'applications sur smartphones, que ce soit Facebook ou Google Maps tout propice aux fuites concernant nos goûts, nos achats, notre sexualité même.

Du coup, ABC à Madrid est persuadé qu’il est temps d’établir une norme européenne pour la protection des donné es dans ce monde où les frontières perdent leur sens, surtout en ce qui concerne nos vies privées. La collecte des données personnelles, bonne ou mauvaise chose ?

Dans la même veine, The Express titre sur une initiative des services de la santé britannique qui vont envoyer des textos aux gens en surcharge pondérale à différentes heures de la journée, leur disant qu’il est temps de faire des exercices.

Les chiffres du chômage en France sont commentés dans la presse européenne

Constatés plutôt que commentés : le mot « échouer » surtout est traduit dans ses variantes locales, la plus résonnante étant scheitern en allemand, sur la première page de Die Zeit ou du Frankfurter Rundschau . D’autres conjuguent tout au négatif. « Pas de bonnes nouvelles pour le président français », titre La Dernière Heure en Belgique, la courbe du chômage n'a pas été inversée. Pour leVolkskrant néerlandais, Hollande ne peut pas endiguer la courbe montante.

Remarquez, le président français n’est pas seul à avoir des problèmes. La Reine est réduite à son dernier million de livre sterling, selon The Independent ce matin: le comité des comptes publics la somme de réduire ses dépenses.

Ce n’est pas la disette partout, El Mundo se félicite que la Commission européenne considère que l’Espagne est un succès exemplaire dans la façon de sortir de la crise .

Au Danemark, Politiken titre sur le boom économique attendu au Groënland. L'économie dans l'Arctique devrait tripler au cours des 20 prochaines années.

La météo fait aussi la Une

Comme dit L’Unità en Italie : « ecco il big snow », (contrairement aux Français les Italiens affectionnent les anglicismes, surtout pour les choses négatives), la grande neige arrive donc dans la péninsule.

Ailleurs aussi,très belle image de la porte de Brandebourg à travers des tas de neige sur la première page du Berliner Morgenpost , images de routes wallonnes enneigées à travers le pare-brise à la Une de la Dernière Heure qui appelle les automobilistes belges à la prudence , puis The Express britannique se contente de reproduire ce qui est visiblement une carte de vœux avec un joli village anglais sous la neige, le tout sous le titre allitératif « floody freezing » annonçant le déluge et le froid. De quoi se lover dans son canapé.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.