La presse européenne titre principalement sur des affaires qui se passent sur d’autres continents

C’est rare. Beaucoup de titres sur les heurts à Baltimore, la libération des jeunes filles au Nigéria d’un fief de Boko Haram, l’exécution de trafiquants de drogue australiens en Indonésie, et bien sûr, le Népal. La plupart du temps, ce sont des traductions des mêmes dépêches que vous trouverez dans la presse française, avec quelques angles locaux comme dans le London Evening Standard qui met à sa une la veillée à la bougie émouvante hier soir à Trafalgar Square en souvenir des victimes du séisme.

Des unes plus locales, plus banales.

Un sac en plastique traîne sur un trottoir de Vienne et du coup, se retrouve à la une de Der Standard qui évoque les réglementations bruxelloises qui veulent les éliminer. Le compteur d’un taxi lisboète est figé à la une de Publico marquant la décision, hier, d’interdire la société Uber au Portugal.

Frisson garanti à la une du Helsingin Sanomat avec les Finlandais très inquiets de la présence d’objets non identifiés dans leurs eaux territoriales au large d’Helsinki.

Sinon, nous avons d’énièmes unes italiennes sur l’interminabilissime débat au parlement sur la réforme électorale, « Italicum », pour les intimes. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle suscite pas mal de passion, La Repubblica évoquant caos et insulti , 24 ore les bagarre même lors de son passage en force au parlement hier.

Politique toujours et enfin la une qui pourrait conforter le service com’ de l’Elysée, il y a plus bas que le Président dans les sondages. Regardez Morgunbladid à Rejkjavik : seul 9% des Islandais font confiance à leur premier ministre, Sigmundur Davíð Gunnlaugsson.

En Grande-Bretagne, un non évènement fait la une

L’attente -interminabilissime aussi- du deuxième bébé de Kate est vaguement évoquée par la presse, concurrencée mollement par le manque d’enthousiasme pour les élections de la semaine prochaine.

Sinon, la une la plus surréaliste que j’ai trouvée : José Bové sort son livre Hold up à Bruxelles en Hongrie et se trouve du coup propulsé sur la première page de Nepzapadzag , où l’on apprend que "hold-up" en hongrois se dit "Gengsztereknek".

En dehors des Unes, on tombe sur ce titre dansIzvestia à Moscou.

Apple et le groupe U2 vont peut-être devoir payer une amende d’un million de roubles pour avoir enfreint la loi récente interdisant la promotion de l’homosexualité, car l’image de deux hommes qui s’embrassent, figure sur la couverture de leur album Songs of Innocence fourni avec le i-Phone 6.

Des échos bizarres de la Seconde Guerre Mondiale

Article tout à fait répugnant dans le Frankfurter Allgemeine Zeitungun biologiste criminel essaie de prouver, à travers d’obscurs ossements, qu’Adolf Hitler avait un problème d'haleine fétide.

Terminons avec l’endroit le plus lugubre que j’ai jamais visité, Beelitz Heilstätte. Il s’agit d’un ancien hôpital au milieu d’une forêt près de Berlin où ce même Hitler, jeune, a été soigné pendant la première guerre mondiale. L’endroit glauque à souhait est complètement tombé en ruines depuis. 20 mille jeunes voulaient y faire uneparty pour fêter les asperges pour lesquelles la ville est également et heureusement célèbre aussi. Le tout vient d’être annulé pour des raisons de sécurité – c’est dans le Berliner Morgenpost .

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.