En Egypte aussi, la guerre contre les jihadistes fait rage.

Après l'attaque qui a couté la vie à 28 soldats dans le Sinai, l'Egypte a décidé d'employer les grands moyens pour lutter contre le terrorisme, qui selon Le Caire, a des ramifications jusque dans la bande de Gaza.

Selon le journal libanais Al-Safir , les autorités égyptiennes ont décidé de créer "une zone tampon sans habitants autour de Gaza". Cette zone envisagée par les autorité égyptienne, serait longue de 13,5 km et profonde de 500 mètres, explique le Safir , qui ajoute que pour sa réalisation 680 maisons seront détruites.

Dans cette guerre contre le terrorisme, l'internet est aussi un champ de bataille

Le journal pan arabeAl-Chark Awasat révèle en Une que l'armée électronique américaine infiltre chaque jour des dizaines de sites internet accueillant la propagande jihadiste.

Une vingtaine de membres de cette cyber police, parlant l'arabe, naviguent dans la blogopshère extrémiste pour repérer les individus les plus radicaux. Sur la toile, ils se font passer pour de faux militants et twittent comme si de rien n'était.

Le combat contre les jihadistes n'est pas seulement virtuel

Le journal pan arabe Al-Hayat annonce que des Peshemergas irakiens, ces combattants kurdes, ont passé hier la frontière syro-turque pour défende la ville de Kobané toujours assiégée par les miliciens de l'organisation Etat islamique.

Le journal précise que ces renforts seraient composés de 150 hommes acheminés à bord d'une quarantaine de véhicules militaires et dotés de mitrailleuses lourdes et de missile anti-chars...

Les services de sécurité occidentaux commencent à mieux connaître les routes du jihad

A lire dans l'International New York Times, une enquête appronfondie sur les filières jihadistes entre l'Allemagne et la Syrie à l'occasion d'un procès qui s'ouvre aujourd'hui à Stuttgart, celui d'Ismail Issa. L'histoire presque banale d'un jeune apréhendé à son retour.

L'article décris ses errances : en échec scolaire, Ismail Issa a quitté l'école à 17 ans puis a succombé aux sirènes du jihad en écoutant les prêches d'un imman de Stuttgart. "Les réseaux islamistes radicaux sont pour eux une deuxième famille ", explique Gotz Nordbruch, qui s'occupe à Berlin de la réintégration de ces jeunes séduits par le jihad.

"Tout le monde est un frère ou une soeur, poursuit cet éducateur, ce qui donne à ces jeunes un sentiment de solidarité qu'ils n'ont plus chez eux ou dans les sociétés occidentales ."

En cette période d'Halloween, la police suisse lance la "chasse au clown"

C'est le journal 24 heures qui l'affirme : "Que celui ou celle qui entend surfer sur le phénomène des «clowns agressifs» pour Halloween soit prévenu(e), explique le journal : le risque d'être, au mieux, contrôlé par la police, au pire, tabassé par des «chasseurs de clowns» est réel ."

Même s'il n'y a pas eu en Suisse d'agression de faux clowns armés de haches ou de coûteau comme en France, la police hèlvète est sur ses gardes. Un porte-parole de la police genevoise conseille de ne pas choisir ce déguisement ce soir-là. Ils seront vite répérer, mais la marée chaussées suisse craint aussi, je cite le journal, "les imbéciles qui se donnent rendez-vous pour les attaquer ". Bref, de quoi mettre la police hélvétique sur les nerfs...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.