La moitié des journaux européens titrent sur la situation au Proche Orient

L’ambiance est sombre. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung n’est pas le seul à reproduire à sa Une l’aveu de Barack Obama à la télévision ce weekend. Les services secrets américains ont nettement sous-estimé le danger des djihadistes. __

El Pais à Madrid n’est pas seul à penser, c’est le titre de son éditorial « détruire l’Etat islamique exigera bien davantage que les seules frappes aériennes ». [ ](http://derstandard.at/)

Der Standard à Vienne met en avant l’éventualité, évoquée pour la première fois par Ankara, de l’envoi en Syrie de troupes turques au sol.

Le journal le plus lu en Allemagne, Bild pose la question à sa Une – « Et nous, allemands, pourquoi on ne lance pas des bombes sur l’Etat-Islamique ? »

Puis le Soir de Bruxelles met à sa Une la menace du chef d’Al Qaida en Syrie de déplacer la bataille en occident, Abou Mohammad al Joulani déclarant aux peuples des pays occidentaux, « Vous allez payer le prix cher ».

Séparatismes en Europe et un mot de François Hollande fait le buzz

Déconstruction, The Economist consacre tout un papier aux différents séparatismes actuels. L'Union Européenne n’est pas conçue pour gérer la désintégration de ses membres. « Les manifestations qui ont fait chuter le mur de Berlin ont surgi de nulle part » rappelle l’hebdomadaire britannique. De même pour cette « clameur » régionale qui gronde des plaines de la Silésie jusqu’aux plages de la Corse. C’est une requête transnationale, la preuve ? Le journal évoque tous ces catalans, flamands et autres tyroliens du sud venus brandir le drapeau écossais dans les rues d’Edimbourg ces derniers temps. Face à cette balkanisation, le journal ressuscite une voix inatendue…

Celle Bryan Ferry " Let’s stick together" , restons ensemble, c’est le titre de son éditorial.

Beaucoup de remous en Espagne justement avec un référendum catalan

Le président de la Catalogne a signé ce weekend, dans un geste de bravoure digne d’un torero, un décret sur la tenue d’un référendum catalan le 9 novembre, et ceci dans le bâtiment où siégeait au Moyen-Age le gouvernement catalan, sous le regard de San Jordi, le saint patron de la Catalogne. Décision immédiatement contestée par le parti populaire espagnol, dont ABC se fait le porte-parole horrifié, reproduisant sur sa première page l’entête fleuri de la constitucion espagnola, cette réponse de l’état de droit à une telle initiative.

Dieu sait pourquoi mais The Irish Independent a examiné les comptes, et le journal irlandais est très amusé de voir que les catalans, fidèles à leur réputation d’être particulièrement près de leurs sous, ont chiffré le coût on ne peut plus exact de ce scrutin à 8,987,699 euros et 17 centimes.

Il ne manquait plus que la Suisse soit coupée en deux. C’est la une du Temps, et du Matin, à Genève et à Lausanne, les deux titrant sur le fossé romand-alémanique sur la caisse unique d’assurance maladie partout dans le pays. Pendant ce temps personne n’accorde d’importance au fait que notre vieux et cher continent ait battu les Etats-Unis au golfe dans la Coupe Ryder. Ces émotions profondes sur le terrain à Gleneagles en Ecosses, dont parlent brièvement Der Spiegel sont reléguées aux pages les plus enfouies des journaux européens ce matin...

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.