Dans quel état sont les différents pays européens ?

Dans des états on ne peut plus divers si l’on en juge par la presse ce matin.

Nous laissons les Allemands évidemment inquiets pour Michaël Schumacher « engagé dans le combat de sa vie » , c’est la Une de Bild . Plus généralement, dans l’expectative européenne, beaucoup de journaux titrent sur le discours de fin d’année d’Angela Merkel, que l’on voit en robe dorée devant le prompteur, enjoignant ses compatriotes à faire preuve de plus « d’engagement », le mot est en français sur pas mal de premières pages, à l’égard du projet continental.

Au moins, les Allemands auront un discours de fin d’année, c’est moins sûr en revanche pour les Italiens. Certains partis politiques risquent de boycotter le discours de fin d’année du président Napolitano , c’est sur les premières pages de la péninsule - et aussi invraisemblable que cela puisse paraître, sur celle de La Repubblica ce matin, dans le rôle du Deus ex Macchina, la Divinité qui arrive en fin de pièce pour sauver la situation, devinez qui ?! Silvio Berlusconi qui affirme que, si les Italiens apprennent à bien voter, il pourrait consentir à proposer à nouveau ses services au pays.

__

2013 laisse mes compatriotes plus isolés que jamais de l’autre côté de la Manche , dans le brouillard généré quotidiennement par une presse de plus en plus euro, voire xénophobe.

« Nous allons mettre fin à la folie de la Convention européenne des droits de l’homme », promet le ministre de la Justice à la une de The Express .

The Mail , de son côté, pointe les vols et les bus en provenance de Bucarest et de Sofia, destination Londres –tout est plein à partir de demain . On propose même pendant les trajets, c’est dans The Telegraph , des conseils sur la manière de tirer le maximum des systèmes d’allocations britanniques.

Ton très différent à Vienne , en revanche. Nous laissons les Autrichiens, du moins ceux qui lisent l’éditorial du Standard ce matin, persuadés que la migration est une chose nécessaire – l’Autriche a bien profité du travail des étrangers, même si, chut ! – nos dirigeants politiques ne le diront jamais.

__

Les Grecs ont pas mal souffert en 2013...__

... Mais « en 2014, nous serons peut-être enfin un pays normal » , c’est ce que promet le premier ministre Antonis Samaras à la Une d’Eleftherotypia .

Brumes et brouillards toujours. Nous laissons les Belges dans une affaire impénétrable concernant la nomination du directeur de leur poste , avec toutes sortes de récriminations vaporeuses dans les unes bruxelloises.

Fumée toujours, mais celle que l’on ne voit pas. En Finlande, de plus en plus d’enfants du pays intoxiqués par le liquide des cigarettes électroniques , c’est la une duHelsingin Sanomat ce matin.

Nous laissons les Néerlandais faisant le compte – faut-il que les prostituées, c’est un métier légal aux Pays-Bas, soient soumises au même régime fiscal et pour les retraites que les footballeurs ? Une avocate plaide actuellement la cause devant le fisc, arguant que ce sont deux métiers où il vaut mieux passer à autre chose une fois passée la quarantaine.

Nous laissons les pauvres Espagnols avec toujours plus de charges , payant encore davantage d’impôts, c’est la une sombre avec laquelle El Pais termine l’année.

Les Suisses en revanche sont extatiques – leurs bourses finissant l’année en feu d’artifice selon le temps, ce qui permet d’aborder l’année prochaine avec « élan », le mot français est à la Une du Neu Zürcher Zeitung .

Les Suédois sont inquiets car leur princesse héritière Victori a, en vacances dans les Alpes italiennes, a fait, elle aussi, une chute de ski. La jeune maman a été emmenée en hélicoptère privé à Aoste, avant d'être finalement conduite à Genève. Ses blessures sont sans trop de gravité si on lit la presse locale ce matin.

Les Russes, eux, sont inquiets à quelques semaines des Jeux d’hiver avec les photos des attentats de Volgograd , ainsi que le mot « kamikaze » dans sa version cyrillique sur toutes les premières pages ce matin.

Puis, pour finir, nous laissonsles Portugais, selonPublico , sachant manger et boire, même s’ils sont en colère contre la vie . "2013 finira avec quelques brûlures d’estomac", je cite le journal lisboète qui propose ainsi donc la meilleure conclusion au moment où notre continent dit, dans une multitude toujours aussi fascinante de variantes locales, « au revoir » à 2013.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.