L’affaire des écoutes américaines continue à fournir son lot quotidien de scoops

Les dernières révélations en date ont filtré hier sur le site de Panorama en Italie : « la National Security Agency aurait été jusqu’à écouter les délibérations pour élire le nouveau pape ». Le journal italien se félicite de la vitesse avec laquelle son scoop a été éparpillé au cours de la journée sur les sites des journaux du monde –allant des variantes locales du Huffington Post jusqu’à Al Jazeera. Un journaliste de Panorama a visiblement passé sa journée à scruter les retombées - constatant par exemple qu’à Madrid, El Mundo a été plus rapide que son rival El pais à publier la nouvelle. Même La Voix de la Russie a ébruité le scoop, faisant hélas une petite erreur en l’illustrant avec l’image du mauvais pape, celle de Bénédicte 16 à la place du pontife actuel.

Les Polonais publient une photo de leur ambassade américaine sur la première page de la Gazeta Wyborcza

On découvre cet immeuble un peu sinistre à Varsovie avec évidemment sur son toit les antennes désormais si suspectes et rivées sur les conversations des Varsoviens et autres. Plus largement, le magazine mensuel Cicero en Allemagne parle d’un moment « spoutnik » pour l’Europe. Comme le premier satellite soviétique avait poussé les Américains à aller dans l’espace, ces révélations doivent motiver les Européens pour rattraper leur retard dans les technologies de l’information.

Le mensuel cite un sondage récent selon lequel plus de la moitié des PME allemandes souhaitent désormais déposer leurs données exclusivement chez des sociétés allemandes. The Guardian, en Grande Bretagne, prend de la hauteur et propose de faire une petite promenade à Amsterdam où l’on tombe sur la statue de Spinoza, le philosophe du 17ème siècle avec sur le socle du monument ces mots en néerlandais :le but d’un Etat, c’est la liberté, et non pas de contrôler les gens par la peur.

Question de confiance aussi sur la libération des otages français

The Times à Londres ne veut pas croire que la France n’a pas payé la rançon de 25 millions d’euros à Al-Qaïda et le dit sur sa première page.

Les journalistes du Times sont de mauvais poil de toute façon, car cette première page évoque la dernière trouvaille des eurocrates : mettre aux normes la quantité d’eau dans les toilettes européennes.5 litres seulement par chasse d’eau, quantité déterminée après trois années de recherche et des milliers d’euros partis , selon la métaphore facile du Times, vous imaginez où…

Pas étonnant avec tout cela que les Européens soient stressés…

Selon le Frankfurter Rundschau ce matin, de plus en plus d’Allemands sont stressés, notamment par le travail : deux tiers des employés allemands se sentent débordés. Ils feraient bien, du coup, de regarder la une du Helsingin Sanomat à Helsinki qui titre : « Même une marche d'une demi-heure peut aider à lutter contre la dépression », le tout illustré par la photo d’une finlandaise visiblement prête pour une marche revigorante dans une forêt locale.

Les députés de tous bords devraient peut-être suivre l’exemple d’un candidat islandais cité par le Morgenbladid à Reykjavik

Sur la photo, superbe elle aussi, d’un lever de soleil sur les glaciers autour de la ville, le journal s’étonne que Björn Jón Bragason, candidat de droite aux élections municipales, ait promis carrément « d’améliorer les conditions météorologiques du pays s’il était élu ». Il prétend que l’on pourra réduire la vitesse du vent de 4 mètres par seconde, à force de planter des arbres « de façon plus maligne ». Cette mesure réduirait la férocité des vents du Nord qui, comme le sait fort bien chaque habitant de Reykjavik, « fouette si brutalement le Laekjartorg et les quartiers autour de l’école de Musique ».

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.