Nous sommes un matin de printemps, en Haute-Saône. Entre Vesoul, Besançon et Dijon, avec les vaches. 70 vaches dont Jouvence, dans l'étable. Elle digère le fourrage.

La montbéliarde qui soudain se lève et se dirige vers une porte métallique. Un capteur lit le numéro inscrit sur son collier. Elle est autorisée à rentrer dans la salle de traite. Là, pas d'agriculteur. Non, un robot de plus de 2 mètres. Un long bras articulé. Et des gobelets trayeurs qui s'emboitent sur le pis A la ferme de la Sourceline, la traite est en libre service, et racontée par le Monde ce matin 

Et l'agriculteur alors ? Benoit Boivin, est a côté. Il regarde des chiffres et des courbes défiler sur son ordinateur.  Il sait tout : ce que Jouvence produit, la qualité de son lait, les derniers passages au robot... Les vaches peuvent se faire traire 24 h sur 24 , sans assistance humaine. La Sourceline fait partie des quelques 10 % d'exploitations laitières en France à avoir choisi la robotique.  

Pour Benoit, c'en est fini de l'astreinte répétitive et harassante de la traite mécanique. "Depuis que j'ai le robot,  je me sens plus éleveur qu'avant assure-t-il. Le temps gagné sur la traite me permet de m'occuper davantage des vaches, d'être attentifs à chacune d'elle." Mais tous les agriculteurs ne s'y font pas. Le voisin de Benoit a acheté un robot aussi...et l'a revendu. Un an plus tard. Perdu dans les méandres de l'informatique.  

Le robot reste un outil qui ne fait qu'obéir. Il ne remplace pas l’œil et le bon sens de l'éleveur. Aujourd'hui les ventes plafonnent constate Le Monde. En raison du coût de l'équipement.  Et aussi parce qu'il y aura toujours des éleveurs robots-compatibles, et d'autres réticents à déléguer à la machine.  

La machine...et ses faces sombres décryptées par Libération 

L'ordinateur , machine à trier les hommes...Le quotidien explique comment les algorithmes peuvent devenir des outils de discrimination. Comme le logiciel Copas utilisé par les tribunaux américains. Outil d'évaluation du risque de récidive. Une enquête a montré qu'avec ce système, les prévenus noirs étaient beaucoup plus susceptibles que les prévenus blancs de se voir attribuer, à tort, un risque élevé. Autre exemple : une intelligence artificielle testée chez Amazon pour dénicher les meilleurs CV. L'outil avait " appris" à pénaliser les candidatures féminines.  " Reste que les algorythmes ne gouvernent que dans la mesure où nous renonçons à nous gouverner nous-mêmes, écrit la philosophe Antoinette Rouvroy, citée dans les colonnes de Libé. 

Alors que l'Obs nous prévient cette semaine " Big Brother s'apprête à entrer en Bourse"  Big Brother c'est la mystérieuse société Palantir. Palantir, comme le nom d'une pierre magique du "Seigneur des anneaux" permettant de lire dans le passé ou le futur. Et de savoir ce qui se passe à plusieurs kilomètres de distance.  Son activité : l'intégration de données. Regrouper, recroiser et analyser des millions d'informations en apparence sans lien les unes avec les autres, issues de fichiers très disparates, pour parvenir à résoudre un problème.  Comme trouver un terroriste. 

Palantir a été créée avec l'aide de la CIA , son premier client, suivie de services d'une trentaine d'Etats occidentaux.   La Direction générale de la Sécurité intérieure française a signé un contrat de 10 millions d'euros par an, dans la foulée des attentats de novembre 2015 à Paris. Palantir qui réalise aussi la moitié de son milliard de dollars de chiffre d'affaire avec des groupes privés, comme Airbus. Et qui vient de décrocher un contrat avec le Pentagone.   Son introduction en Bourse est la plus attendue de la Silicon Valley.  

Lire dans le passé, lire dans le futur...et qui n'a jamais rêvé de lire dans les pensées de son voisin ou sa voisine ?  

Rêve..ou cauchemar, Facebook pourra bientôt lire dans nos pensées annonce_L'Usine Nouvelle_. Le réseau social qui a testé un système d'interface cerveau-machine, avec l'université de Californie, à San Francisco : des électrodes implantées dans le cerveau de trois patients volontaires. En face, des scientifiques qui posent des questions simples...et enregistrent les ondes cérébrales des réponses. Une "traduction des pensées"  en temps réel. 

Et Facebook finance aujourd'hui des recherches pour trouver un système sans électrodes, avec des capteurs fixés sur un casque ou un bandeau  « Imaginez un monde où vous seriez connecté aux autres quels que soient l'éloignement géographique, les handicaps et limites physiques » s'enthousiasme Facebook  Enthousiasme tempéré par _l'Usine Nouvelle  _De prime abord ces engins capables de lire dans les pensés peuvent sembler extraordinaires...écrit l'hebdomadaire; mais quoi de plus précieux que les données du cerveau ? Et si la firme en profitait pour lire dans les pensées à des fins un peu moins philanthropiques.  

Rien aujourd'hui ne protège nos données les plus précieuses... celle du cerveau, s'inquiète aussi Usbek et Rica.  Pour le magazine, difficile de ne pas tiquer concernant l'association de Facebook à un tel projet. Faut-il rappeler que la société vient d'être condamnée à 5 milliards de dollars pour non respect de la vie privée ?  Et Facebook n'est pas seul à travailler sur de telles machines. Neuralink par exemple. La star-up veut créer "une sorte de symbiose entre le cerveau humain et l'intelligence artificielle. Comment ?  Grâce à un microprocesseur miniaturisé à l'extrême destiné à être implanté dans les cerveaux. De bonnes nouvelles donc pour les transhumanistes conclut Usbek et Rica...et des perspectives (bien trop) vertigineuses pour tous les autres. 

Les robots-compatibles donc...et les autres, qui préféreront revenir sur le plancher des vaches. Prendre une carte, une boussole et se lancer dans une marche de 15 kilomètres à travers la garrigue.  "Scout toujours  (et plus que jamais ) " ! lance Le Point cette semaine.   Le scoutisme français est en pleine renaissance : 52 % d'inscrits en plus depuis 2010. Il faut dire que le mouvement a su s'adapter explique l'hebdomadaire : lui aussi s'est mis aux réseaux sociaux. Et puis l'uniforme a été réduit, la mixité généralisée, la religion occupe une place moins centrale.  On est loin aujourd'hui du cliché du garçon en short et chemise beige, un peu benêt et soumis à une discipline paramilitaire ; l'image véhiculée par le film "Scout toujours" de Gérard Jugnot. C'était en 1985  

30 ans plus tard, ce cliché aurait-il laissé la place à l'arrivée d'un scoutisme bobo ? Les veillées au coin du feu, la connaissance de la nature, le développement de l'autonomie ."Les parents sont des écolos, plutôt diplômés, soucieux de ce qu'ils mangent, et friands des pédagogies à la Freinet et Montessori reconnait un délégué du scoutisme français dans l'Hérault. Mais les origines sont variées, et un tiers des familles gagnent moins de 2000 euros par mois, complète t il   Le scoutisme français est en plein forme confirme le Figaro...mais sa croissance est bloquée par un problème : le manque d'encadrants. Ce n'est pas nouveau. Surtout qu'on demande ici un suivi plus important qu'une simple colonie de vacances. Alors on gère, on trouve des solutions, on appelle les anciens. Qui hésitent. Puis reviennent..."On garde toujours en soi quelque chose de l'esprit scout" dit Suzanne, devenue cheftaine.  Alors les plus assidus connaîtront ils le même destin que Simonel Veil, Jacques Chirac, Michel Rocard ? Tous ont été scouts...comme d'ailleurs Jean-Jacques Goldman , Isabelle Huppert...ou Keith Richards. 

Une autre voie à suivre peut être dans Ouest France ce matin.  

Au Japon, elle s'apprend aussi en groupe et dès le plus jeune âge : la pratique... du ménage. L'Osojido.  Bien plus qu'une tâche ingrate au sein de l'empire du soleil levant. "Retirer la saleté, c'est ordonner sa vie intérieure" -rien que ça- explique Shoukei Matsumoto.  Ce moine de 40 ans, en plein cœur du quartier des affaires à Tokyo, a écrit un livre sur la voie du ménage, écoulé à des milliers d'exemplaires dans l'archipel. Traduit en anglais et même en français.  

Deux fois par mois, il accueille une vingtaine de personnes. Des étudiants, des patrons, des chômeurs. Au petit matin : lecture des enseignements du Bouddha...et dépoussiérage.  Ou comment se transformer en fée du logis pour ne pas cacher ses soucis sous le tapis. 

Le ménage qui, on vous l'accorde, est aussi tout à fait robot-compatible

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.