"Qu'elle nous paraît loin, la guerre !... Nous venons d'enterrer le dernier Poilu de la Der des Der... Et la génération de l'Algérie est aujourd'hui à la retraite... Pour nous, la guerre est finie"... Les premiers mots de l'éditorial de Francis Brochet, dans Le Progrès... Et du coup, cette question... une question qui fait la Une de Libération... "Afghanistan : la guerre de la France ?"... Vous le savez, aujourd'hui, à l'Assemblée Nationale, les députés débattront de la décision du Président de la République d'envoyer 1.000 hommes en renfort en Afghanistan... Alors l'Afghanistan, est-ce la guerre de la France ?... Sud-Ouest répond avec un sondage... un sondage BVA où, très clairement, 68% des personnes interrogées disent "non"... Et pourtant, explique François Sergent dans l'éditorial de Libération... "Lorsque les talibans s'emparent d'une ville, ils commencent par détruire les écoles de filles... Puis ils imposent leur loi islamiste... Au pouvoir, ils avaient protégé Ben Laden... C'est aussi ce combat que mènent les soldats français dans les montagnes afghanes... Il importe que les députés décident s'ils sont prêts à le soutenir"... Pas vraiment convaincu, Michel Lepinay, dans Paris-Normandie... Il se souvient des deux raisons évoquées par Hervé Morin, le ministre de la Défense : "éradiquer l'extrémisme et le trafic d'héroïne"... "Curieux argument", juge Michel Lepinay... "Le trafic d'héroïne s'est principalement développé depuis l'intervention militaire... Quant à l'éradication de l'extrémisme, toutes les armées d'occupation (occupation entre guillemets) le savent : la présence militaire étrangère renforce toujours les extrémismes... Alors que fait-on en Afghanistan ?", conclut l'éditorialiste... Que fait-on en Afghanistan ?... Eh bien c'est simple : on amorce le retour de la France dans l'OTAN... C'est l'explication de Patrick Fluckiger, dans L'Alsace... Pour lui, "les conditions que Nicolas Sarkozy a posées pour réintégrer le giron atlantique ne trompent personne : c'est la page du gaullisme qui se ferme, et avec elle 50 années d'une certaine conception de l'indépendance nationale"... Même analyse pour Yves Thréard, qui va plus loin dans Le Figaro... "Dans l'esprit de Nicolas Sarkozy, la donne a changé... Il fait de la construction d'une défense européenne un objectif... Or, rien ne peut être réalisé dans ce domaine sans les Anglais, et donc leurs alliés naturels, les Américains... Si l'Europe ne veut pas rester une simple filiale des Etats-Unis, elle doit s'organiser... Mais elle n'y parviendra pas en s'opposant avec les vieux réflexes d'anti-américanisme qui subsistent ici ou là, notamment sur les rives de la Seine... La négociation passe par l'association"... Sauf qu'avant ça, "il faut clarifier les objectifs de la coalition en Afghanistan"... C'est l'ancien ministre socialiste des Affaires étrangères Hubert Védrine qui l'explique, dans France Soir... Et c'est pour cela que "l'opposition conteste l'envoi de renforts en Afghanistan", rapporte Le Monde... Alors aujourd'hui, sur ce "front oublié", comme dit l'éditorialiste de La Croix, "les troupes françaises sont au défi de la paix"... La Croix qui interroge Jean Dufourcq, le directeur de recherche à l'Ecole militaire... "Pour apporter la paix, les solutions sont toujours locales... Il faut mettre en place les élites qui auront la charge de reconstruire le pays, et accepter le fait qu'elles ne feront pas exactement ce que l'on souhaiterait"... Ce que Daniel Ruiz, dans La Montagne, résume ainsi : "Seul le peuple afghan peut vaincre les talibans... Et pour cela, il attend une véritable aide à son développement civil, plutôt que l'envoi de militaires"... Autre débat... Là, les parlementaires voteront... C'est celui sur les OGM... "Moment de vérité"... C'est dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... Et le journal résume ainsi : "A l'issue du Grenelle de l'Environnement, l'Elysée avait décidé d'activer la clause de sauvegarde sur le maïs MON-810... Les anti-OGM n'en avaient pas cru leurs yeux... Cinq mois plus tard, les députés étudient le projet de loi sur les organismes génétiquement modifiés, et les associations écologistes ont peur de déchanter"... Le débat sera houleux, préviennent tous vos journaux... Et même si L'Humanité explique ce matin que, sur ce débat des OGM, "les parlementaires UMP veulent leur revanche"... ce que montrent surtout Le Figaro, Libération ou Le Parisien-Aujourd'hui en France, c'est que le clivage n'est pas que gauche-droite sur ce dossier... Dans Libération : le portrait "d'un député UMP à l'assaut des OGM"... François Grosdidier, député de la Moselle, a envoyé une lettre à ses collègues, pour les inviter à ne pas voter le texte adopté début février par le Sénat... Il y dénonce l'activisme forcené de la FNSEA et du lobby pro-OGM... Pour lui, le texte de loi a été amendé sous leur influence, au mépris des principes affichés... Dans Le Figaro, en page Débats... Ils sont plus de 70 députés UMP à signer un texte, où ils expliquent que les organismes génétiquement modifiés, ce n'est pas seulement le maïs Monsanto... Pour eux, "personne ne peut sérieusement nier, aujourd'hui, que les OGM constituent une avancée considérable de la science, et que les voies potentielles de leur application suscitent d'immenses espoirs"... Juste en dessous de ce texte, un autre, signé Hervé Le Meur, président de l'association "OGM Danger"... Il explique, lui, "pourquoi il faut interdire les OGM dans l'agriculture et l'alimentation"... Et dans La Croix : "Pourquoi la France hésite"... Le quotidien passe en revue "un intérêt agronomique qui peut se discuter... des risques environnementaux qui n'ont pas été écartés, puisque les plantes transgéniques n'échappent pas aux règles du vivant et se dispersent dans l'environnement... Et puis il y a aussi, note La Croix, une forte réticence de la société... une opinion publique qui veut bien concevoir les OGM comme des outils, à condition qu'ils restent confinés dans les laboratoires... Il ne viendrait à l'idée de personne de contester la fabrication d'insuline par génie génétique... Mais faut-il pour autant transférer les pharmacies dans les champs ?"... Autre sujet abondamment traité ce matin... la grâce des membres de l'Arche de Zoé... "Grâciés !", s'exclame Aujourd'hui en France-Le Parisien, après donc la libération des six membres de l'Arche de Zoé des prisons françaises où ils purgeaient leurs peines... "Les 6 Français de l'Arche de Zoé grâciés et libérés", note également La République du Centre... "Graciés et libérés"... deux mots que vous retrouverez aussi en Une de Ouest-France, de La Nouvelle République du Centre-Ouest ou encore du Télégramme... Oui, ce matin, on préfère se réjouir... d'autant que, rapporte Le Parisien-Aujourd'hui en France, "l'Elysée jure qu'il n'y a pas eu de troc"... "Ni troc, ni renvoi d'ascenseur"... Dans Le Courrier Picard, Francis Lachat se souvient tout de même que "le Président tchadien avait clamé qu'il n'y aurait pas de grâce tant que l'amende record de plus de 6 millions d'euros ne serait pas versée... Le moment viendra, dans les jours ou les semaines qui viennent, de demander des comptes et des explications"... Oui, "évitons, pour le moment, de savoir qui paiera ce qui ressemble fort à une rançon de 6 millions d'euros... Il est des moments où le rôle d'un Etat consiste à protéger ses ressortissants contre leur propre inconscience", écrit Jacques Camus dans La République du Centre... qui poursuit : "Sur ce plan, Nicolas Sarkozy aura payé de sa personne en obtenant le pardon d'Idriss Deby contre un soutien actif face à une attaque rebelle"... Ce qui est sûr, pour Didier Pobel dans Le Dauphiné Libéré, c'est que "au-delà des interrogations diplomatico-financières, un certain nombre de plaies vives ne se refermeront probablement pas de sitôt"... Et Jean-Pierre Bel, dans La Nouvelle République du Centre-Ouest, liste pêle-mêle "les enfants tchado-soudanais ballotés pendant des mois, des familles africaines trompées, des familles françaises en mal d'adoption laissées à vif, l'ensemble des ONG abîmées, le déploiement de la force européenne retardé dans sa mission de paix au Darfour... Du coup, pour l'éditorialiste, cette grâce porte mal son nom : c'est une grâce bien pesante"... Et sinon, que lire d'autre dans la presse ce matin ?... Eh bien, quelques sujets autour de l'éducation... L'Humanité propose en Une "la carte de France des postes supprimés en collèges et lycées"... Selon le journal, il y aura, à la prochaine rentrée, 11.200 salariés de l'Education Nationale en moins... Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, c'est la réforme des programmes du primaire, qui doit entrer en vigueur en septembre, qui fait l'objet d'une enquête... avec ce titre : "La division en CE1, est-ce vraiment raisonnable ?"... Jusqu'ici, les écoliers apprenaient ces divisions en CM1... Désormais, c'est dès 8 ans qu'ils devront savoir diviser par 2 et par 5... un projet qui provoque un tollé, explique Le Parisien-Aujourd'hui en France ce matin... Dans Le Monde de l'Education : comment apprendre avec un cerveau numérique ?... un dossier sur les "Digital Natives"... la génération qui a toujours connu l'ordinateur et la souris... une génération de la vitesse et de l'information instantanée... Et dissertation ou démonstration ne rime pas avec cette "Net Génération"... Et du coup, cette question dans Le Monde de l'Education : la pégagogie doit-elle résister ou s'adapter ?... Et puis, pour finir... évolution, évolution... Sachez que vous pouvez peut-être faire fortune en allant vous promener sur les plages... C'est ce qu'on peut déduire d'un article de Libération, ce matin... Un nouvel animal de compagnie fait fureur... 14 euros pièce la petite bête... Difficile d'imaginer... C'est le bernard-l'hermite... ce crustacé qui passe sa vie à aller squatter dans des coquilles vides... Du coup, Libé s'amuse : "Oh le joli bernard-l'hermite à sa mémère !"...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.