La Croix prend Emmanuel Macron au sérieux et analyse son discours des Glières, où il défend l'enracinement. Le Figaro prend le Pape au sérieux, mais le réfute sur son soutien aux migrants. Albert de Monaco mobilise son village pour le climat, Monaco-Matin. Un marginal a-t-il tué par amour pour son chien, Centre-Presse?

La révolte d'un village breton pour commencer...

Dont un dixième de la population est descendu dans la rue contre l'administration, voici donc sur le site du Télégramme, Kermaria-Sulard dans les Côtes d'Armor, 1033 habitants, 100 manifestants hier qui sont venus soutenir le docteur Claire Bigorgne, leur médecin depuis 8 ans, à laquelle la CPAM  cherche des noises! elle distribuerait le docteur Bigorgne trop d'arrêts-maladie, elle serait trop généreuse en matière d'accident de travail et d'arrêts de longue durée, et mercredi dernier, convoquée à saint Brieuc, elle a subi un savon de la CPAM, et a été invitée à faire baisser ses statistiques sous peine de sanction... Déstabilisée, la doctoresse a fermé son cabinet, mais hier, elle avait repris des forces et elle a promis qu'elle ne changerait pas sa manière de travailler, debout sur un muret, pour remercier le peuple de son son soutien vocal... « On ne lâchera pas ! On ne vous lâchera pas. On a trop besoin de vous. C’est honteux ! Le docteur Bigorgne est  très humaine et très à l’écoute de ses patients. On ne laissera pas les bureaucrates de la CPAM la détruire »

Et cette affaire villageoise n'est pas folklorique, parce qu'elle raconte la peur du désert des campagnes, car si le docteur Bigorgne devait partir, le village se retrouverait sans médecin... Et elle raconte aussi la lutte qui se mène en Bretagne, contre une administration médicale accusée de manier le délit statistique, en octobre dernier 50 médecins étaient venus soutenir l'un d'entre eux, le docteur Gicquel,  face à la directrice du CPAM... Et dans le Finistère également, des médecins lançaient il y a trois semaines un appel à la grève des toubibs mardi 12 mars à Quimper pour défendre une consoeur... J'ai retrouvé cela dans Ouest France et sur l'excellent site "Whats up doc"... 

Et voilà donc ce matin, sur le front médical, des nouvelles de la grogne du pays contre ceux qui l'administrent. Elle n'est pas univoque. Les DNA racontent des chômeurs en grande difficulté que Pôle emploi a sauvés. Je lis dans le Dauphiné que des gilets jaunes, 300 d'entre eux, ont organisé hier une contre-cérémonie à Thorens, pour protester conte la venue d'Emmanuel Macron sur le plateau des Glières, les manifestants voulaient dénoncer «  la politique menée par Emmanuel Macron et l’instrumentalisation de la Résistance », par le Président.

Mais cette montée aux Glières du Président intéresse encore les journaux... 

Et notamment un journal qui s'intéresse au fond du discours présidentiel, c'est la Croix, sur internet, qui souligne ceci; en rendant hommage à la résistance, le chef de l'Etat a vanté les valeurs de l'enracinement....   puisque les combattants des Glières « Les combattants des Glières ont défendu l’honneur, la liberté, la civilisation en même temps qu’une montagne. (Nos) idéaux n’existent qu’ancrés. »

Et la Croix cherche donc à comprendre un président des racines, un mot destiné à conjuré les procès en désincarnation qu'on lui fait et qui serait un antidote: « La perte du passé, collective ou individuelle, est la plus grande tragédie humaine et nous avons jeté le nôtre comme un enfant déchire une rose » écrivait la philosophe Simone Weil, que Macron a lue... 

Garder notre passé; et prendre au sérieux la parole de ceux qui gouvernent? Le Figaro s'y attache également, qui célèbre Homère, nous en venons, de I'Illiade et le l'Odyssée, qu'honore le Louvre de Lens... Mais qui prend surtout au sérieux le Pape ce matin, et lui offre cinq colonnes à la une avant de le réfuter... "Le Pape appelle l'europe à accueillir plus de migrants", titre le figaro qui cite largement François. "ceux qui construisent des murs finiront prisonniers des murs qu'ils construisent", a dit le pape aux européens, et aux migrants, ceci," vous n'êtes pas des marginaux, vous êtes au centre du coeur de l'église"... Mais ayant cité le Pape, le Figaro s'y oppose car François divise l'Eglise et même un cardinal s'oppose à lui; Robert Sarah, cardinal guinéen, qui publie un livre chez Fayard, "le soir approche et déjà le jour baisse", où il fustige "l'effondrement de l'occident", le "déséquilibre démographique, culturel religieux" qui menace l'europe par la faute de l'immigration et une Europe qui attire le mépris à force de douter... 

Et le Figaro dans son éditorial affirme l'obsolescence de l'Evangile selon saint Matthieu, "j'étais un étranger, vous m'avez accueilli"... 

Tandis que le Figaro sauve l'Europe, d'autres dans la presse sauvent le climat et la planète. L'Indépendant met en valeur un forum qui s'est tenu à Perpignan. Le Parisien rencontre ces étudiants qui veulent permettre aux jeunes diplômés d'évaluer écologiquement leurs futurs employeurs... et Monaco Mattin rend compte d'une mobilisation locale, avec les codes de la presse locale quand elle raconte l'engagement d'un village autour de son maire, mais le maire s'appelle Albert, ici, le Prince qui invite les monégasques à tenir le pari de la baisse d'émission du co2, et a félicité Michele Pugliese, de la boucherie Lino, qui a installé un local à poubelle permettant de mieux trier les déchets! Il n'est pas de petite victoire...

Une bataille pour finir...

Elle est dans la Voix du nord. Hier, au Kursaal de Dunkerque, Jamel Debbouze a pris une leçon dans un concours de cris de mouettes, car l'humoriste avait osé défier la championne locale de la discipline, Justine Joseph, bonne promo, dont voici le moment de vérité.

SON JOSEPH

Puisqu'on est dans les animaux. Dans Centre presse, la Dépêche et Midi libre, on me parle d'un SDF qui en septembre dernier a assassiné le chef de la police municipale de rodez, Pascal Filoe, poignardé en pleine rue. Son avocate, Me  Me Isabelle Gharbi-Terrin, grande spécialiste de la défense des animaux, veut plaider le crime passionnel, pour un chien. C'est parce qu'ion lui avai retiré son compagnon Poutine, qu'Alexandre Dainotti est devenu meurtrier... 

Feu le roi des Belges Baudouin, lui, aimait sa belle-mère, seconde épouse de son père, me dit le Monde, C'est plus commun. 

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.