Ce matin, je commence avec cet inventaire à la Prévert... "Des cabanes en bois à la périphérie de Grenoble... des baraques sur la côte landaise... des refuges bricolés dans les deux grands bois parisiens de Vincennes et Boulogne... des bidonvilles en Seine-Saint-Denis ou le long de l'étang de Berre... des caravanes un peu partout"... Cet inventaire, c'est ce que Libération appelle "le tour de France des abris de fortune"... Parce que ce matin, dans vos journaux, la Fondation Abbé-Pierre dresse un constat alarmant sur la précarisation de l'habitat... Alors oui, "l'abbé Pierre est parti en grandes vacances... Mais l'association orpheline continue son oeuvre, sans davantage mâcher ses mots", constate Michel Vagner dans L'Est Républicain... "Le nombre de ceux qui vivent dans un habitat indigne progresse... C'est la France invisible du non-logement"... "La Fondation Abbé-Pierre se fâche", constate de son côté L'Humanité... "Et après l'hommage national rendu à l'abbé Pierre, le rapport de sa Fondation a tout l'air d'une bombe"... C'est Maurice Ulrich, l'éditorialiste de L'Huma, qui note ainsi que "la question du logement, loin d'être étouffée sous les gerbes de fleurs, vient fragmenter les discours officiels"... L'Humanité qui rapporte également l'inquiétude de la Protection de l'enfance, en Seine-Saint-Denis... Au moins 20.000 enfants n'auraient pas de "chez-eux" dans ce département de la région parisienne... Et un éducateur explique... "D'accord, le logement n'est pas la cause de toutes les difficultés des enfants et des adolescents... Mais sa part de responsabilité est plus grande qu'on ne croit"... Et si cette précarisation de l'habitat prend de l'ampleur, c'est dû... explique Ouest-France... à un cruel paradoxe... "On construit beaucoup... sauf pour les pauvres... On construit à des prix hors de portée des couches populaires... Alors que, dans le même temps, les aides au locatif social diminuent"... Dans La Tribune, ce résumé du rapport de la Fondation Abbé-Pierre... "Les classes moyennes sont dupées, et les couches populaires oubliées dans l'effort actuel de production de logements... L'effort de construction n'est pas bien calibré, au regard des ressources financières des ménages"... Les difficultés sont donc ressenties par la grande majorité de la population... Et du coup, constate Le Figaro... "le logement est la priorité des Français... A 80 jours de l'élection présidentielle, le trio de tête des préoccupations des électeurs, c'est, dans l'ordre : l'emploi, le logement et les retraites... Et quand on parle "logement", explique la journaliste du Figaro... la première mesure qui est réclamée, c'est sans surprise l'augmentation du nombre de logements sociaux"... Alors la France invisible arrivera-t-elle à se faire entendre sur ce dossier du logement ?... On le verra bien... Ce qui est sûr en tout cas... c'est que la France invisible, elle est courtisée... "C'est pour la France invisible que je suis candidat"... Le dernier en date à lui faire du pied, c'est José Bové... "Il se lance dans la campagne, explique Le Parisien-Aujourd'hui en France... Il rêve de rassembler les déçus de la gauche... Mais il lui reste à trouver des financements, et à surmonter l'obstacle des parrainages... Pour l'instant, selon Le Parisien... il n'en a qu'une centaine, sur les 500 nécessaires... Mais il y croit, José Bové... C'est ce qu'il dit dans ce journal... "Quelque chose s'est passé... Ma candidature est une candidature collective... Dans cette affaire, je ne suis qu'un porte-parole"... Alors, le "quelque chose qui s'est passé", c'est... explique Le Parisien-Aujourd'hui en France... cette pétition en faveur de sa candidature, diffusée sur Internet... Elle a recueilli 32.000 signatures... La raison de cet élan... José Bové l'analyse, dans Politis... "Les gens sentent que je suis pas un individu hors-sol... que je suis vraiment issu de la société civile... Ils m'encouragent, viennent bavarder avec moi, ou me donner des conseils... C'est formidable"... Le candidat donne trois directions à sa campagne... Le "vivre ensemble"... l'anti-libéralisme... l'écologie... Il annonce une bataille "frontale"... parce que, dit-il, "l'écologie ne peut pas être un consensus"... Oui, ben, "il a raison de se lancer dans la bataille présidentielle"... C'est Laurent Joffrin qui applaudit, dans Libération... "Il a raison, parce qu'après la gauche Bécassine, voici la gauche Astérix... Ce sont deux bonnes BD... Et l'autre bonne nouvelle, selon l'éditorialiste, c'est qu'avec cette candidature, la gauche de la gauche retrouve quelques couleurs"... Autre analyse, dans Le Figaro... celle du politologue Dominique Andolfatto... Pour lui, "la candidature de Bové résonne comme un requiem pastoral pour le Parti Communiste"... L'autre requiem... Evidemment, ce matin, c'est celui de la cigarette... Ah ben oui, c'est le jour J, hein... "Fumer ou travailler : il faut choisir", rappelle La Croix ce matin... Alors, du coup, comme un brin de nostalgie chez vos éditorialistes... Didier Pobel par exemple, dans Le Dauphiné Libéré, voit défiler un cortège de visages pour qui la sèche à la bouche était la marque même d'une identité... "Bogart ôtant du pouce un grain de tabac à la commissure des lèvres... Montand aspirant bouffée sur bouffée au volant de l'infernal camion du "Salaire de la peur"... Pompidou en vacances à Carjac, piochant dans son paquet de Disque Bleu, entre deux confidences à une Sagan piquant du nez sur ses menthol... Il y a aussi Brassens têtant sa pipe d'écume auprès de son arbre... Brel et Ferré refaisant le monde au-dessus d'un nuage de Celtic"... Alors voilà pour les nostalgiques... D'autres sont plus mordants... C'est le cas de Jean-Christophe Giesbert, dans La Dépêche du Midi... Lui, il écrit que, "comme la lutte contre la sécurité routière, le combat contre le tabagisme sera gagné... Il auréolera d'un joli rond de fumée la pâle Présidence Chirac... Lui disputer cette victoire serait de mauvaise guerre... Mais on aurait aimé autant de zèle des gouvernants à réduire massivement le nombre de chômeurs, et à offrir un abri décent aux SDF... On a les combats qu'on peut"... La cigarette interdite dans les lieux publics... Une indication à rajouter dans tous les guides du savoir-vivre en France, à destination des étrangers... Ce matin, pour les Anglais qui veulent connaître les Français avant de traverser la Manche... c'est dans le Daily Telegraph que tout est expliqué... Le quotidien britannique explique, pays par pays, à ses concitoyens qui veulent s'expatrier, les règles à suivre... Alors donc, chez nous... Eh bien voilà comment nous sommes décrits... Rien de très nouveau... Mais ça vaut toujours le détour... "Les Français serrent la main plus souvent qu'une fois par jour... et peut-être plus souvent qu'aucune autre nationalité... Ils se croient supérieurs intellectuellement à tous les autres... Ils ne se rendent pas compte de la régression de leur autorité morale dans le monde... Un conseil pour être ami avec les Français : prenez le temps d'avoir de longues conversations... mais ne critiquez jamais la France, ni ses héros"... Pour finir... Puisqu'aujourd'hui, vous éteignez votre cigarette... Eh bien, profitez-en, ce soir, pour éteindre la lumière... Oh, pas longtemps... "5 minutes contre le gaspillage", explique La République des Pyrénées... Et Libération s'intéresse également à ces "5 obscures minutes dans le noir"... "Entre 19h55 et 20 heures, des ONG veulent ainsi reposer la planète... Une action toute symbolique... symbolique, parce que les économies réalisées par foyer... ce sera l'équivalent de 50 mètres en voiture... Mais bon... Le symbole se verra... Certaines villes ont décidé de jouer le jeu... A Marseille, Notre-Dame de la Garde ne sera pas éclairée... A Paris aussi, on jouera le noir... Pendant ces 5 minutes-là, la Tour Eiffel ne scintillera pas...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.