Comment continuer à faire la fête en ayant de jeunes enfants?

Comment ça va vous?  Pourquoi êtes-vous déjà réveillés?  Est-ce que vous auriez, par hasard, de jeunes enfants?  Rue 89 poste en Une un vieil article qui résonne particulièrement ce matin.  "Ces parents font la fête".  "Comme avant?" "Oui".   La journaliste, Renée Greusard, "mère fétarde" lance un jour au travail : "bien sûr que c'est possible de faire la fête avec des enfants. Je me suis couchée à 9h du mat samedi dernier !".  Sa chef. Exténuée depuis la naissance de son aîné.  Sa chef, qui se couche le soir à 21h30 répond : "Vas-y tu m'énerves ! Raconte nous dans un papier comment les gens de ton espèce s'en sortent!".   Il n'y a pas de clefs révolutionnaires dans cet article mais c'est assez drôle à lire...  Ça tourne en gros autour de l'idée _"que c'est possible", "qu'il faut juste en mourir d'envie" e_t que ceux pour qui la nuits blanches étaient vraiment indispensables... Pour ceux-là, la vie continuerait donc presque comme avant.  En étant quand même un peu crevés.  Et avec de solides systèmes D.  Se relayer.  Se ruiner en baby sitters.  Anticiper ... en se mariant avec un casanier.  Ou ... se séparer. Et danser un week-end sur deux.  

"Et toi alors t'as quelqu'un?"

Le Parisien Aujourd'hui en France se focalise de son côté sur... les célibataires.  Et les remarques qu'ils ont peut-être dû écouter, encaisser patiemment ces derniers jours.  "Toujours personne dans ta vie"?  "T'as une petite copine"? Les principaux intéressés partagent leurs réponses les plus cinglantes.  Parce que le petit sourire gêné et poli, ça va un moment.  Exemple : "Attention, ma belle, le temps passe, il faut penser aux enfants".  Carla répond : "dans ce cas là, je rassure ma famille en lui disant que je vais faire congeler mes ovocytes, ça la calme immédiatement".  Un peu d'agressivité pour débuter l'année, il n'y a rien de tel.  

Les photos de feux d'artifice, de verres levés à la nouvelle année.  Sont évidement extrêmement présentes sur le net ce matin.  Dans la presse française et dans la presse étrangère.    

Emmanuel Macron, incontournable 

Il est l'auteur d'un beau numéro de "claquettes" pour l'OBS.  Il est "déterminé"... pour l'Opinion...  "Il tend une main... vide" estime le Huffington Post.  Tout comme Mediapart : "Macron fustige l'immobilisme ... mais ne bouge pas  d'un iota".  Ses voeux, hier soir.  Et ses mots sur la réforme des retraites sont partout.  Le Parisien s'attarde sur sa posture : "Comme l'an dernier Emmanuel Macron présente ses voeux debout. Manière de signifier que la grève, qui s'annonce comme la plus longue depuis 30 ans ne le fera pas céder".  Debout donc, il explique qu'il "attend du gouvernement d'Edouard Philippe qu'il trouve la voie d'un compromis rapide".   Et c'est cet angle là que creuse le quotidien ce matin.  "Macron met la pression sur Philippe"....   Qui se trouve lui... au Havre.  La ville dont il a été maire de 2010 à 2017.  Il a posté une photo de ses rues lundi, sur son compte Instagram.  Un conseiller municipal PS du Havre réagit :  "On sent clairement une volonté chez le 1er Ministre de dire ... je suis ici au Havre. Politiquement, ce n'est pas neutre". Il n'est pas sûr que ces vacances soient ... justement... de simples vacances... "Depuis hier, il a vu pas mal de monde... et il va continuer à en voir. Il fait la tournée des popotes" affirme la députée qui lui a succédé à l'Assemblée Nationale, Agnès Firmin le Bodo parle.  Edouard Philippe, bientôt candidat, alors, aux municipales au Havre?  "Je me demande, dit elle, si la réforme des retraites pourrait l’empêcher d'y aller... J'ai envie de répondre non".  Pas de commentaires à Matignon.  Une décision devrait être annoncée dans les prochaines semaines.    

Carlos Ghosn et l'étui à musique

Carlos Ghosn a-t-il fui le Japon...  Caché dans un étui d'instrument de musique? Dans une malle?  Cette théorie dingue qui a circulé pas mal sur une chaîne libanaise et dans la presse anglophone hier a été démentie par son entourage.  Des articles dans 20 minutes, dans le Huffington Post décortiquent cette rumeur. 

L'OBS, de son côté choisit de se replonger dans l'histoire de celui qui est, entre autres, surnommé "le Samouraï".... Son lien avec le Liban est décrypté.  L'homme d'affaires n'y a vécu en fait qu'une dizaine d'années.  Il est né au Brésil.  A 2 000 km à l'intérieur des terres.  Dans la ville de Porto Velho.  Au bord d'eaux boueuses et tumultueuses.  Il était fasciné par son grand père, qui avait décidé tout jeune, de quitter son village libanais. Et qui créera au Brésil un petit empire. "Avec commerce de produits agricoles, caoutchouc et transport aérien".  A 6 ans, Carlos a la santé fragile. Alors la famille déménage pour fuir les moustiques de la forêt amazonienne.  Il arrive au Liban.  Et repart à 17 ans, à Paris, pour étudier. Mais depuis 10 ans environ, poursuit l'Obs, ses liens avec le Liban se retissent.  Rénovation, aux frais de Nissan, d'une superbe maison, dans la capitale libanaise. 17 millions de dollars.  Nouveau mariage. Sa deuxième femme est libanaise. Il devient une personnalité en vue de la vie mondaine et économique du pays.  Un timbre a son effigie apparaît même il y a 2 ans.  

Et vous, qu'est ce qui vous fait cliquer en ligne? 

Qu'aimez vous lire?  Ce genre d'articles ? Ou tout autre chose?  Plusieurs quotidiens ont fait les comptes ce matin.  Pour Nice Matin, le numéro 1, c'est un papier sur .... un tram qui avance sur des rails complètements noyés par les eaux de pluie.  C'était début novembre.  Les articles sur les intempéries, pluies et vagues de chaleur sont parmi les plus consultés.   Pour la Montagne, hors faits divers, c'est un champignon qui ... explose tout ! Le cèpe.  Et plus précisément un spécimen de 4 kilos cueilli en Corrèze

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.