"Le Figaro" défend la dignité des femmes au foyer. Mourad Boudjellal a essayé de séduire des supporters de l'OM qui n'avalent pas qu'un Toulonnais vienne racheter (peut-être) le club de Marseille, "L'Equipe". Des armes Kanak exposées à Bourges, léguées par un communard exilé après 1871, "Le Berry Républicain".

Camions sur une route
Camions sur une route © Getty / Sergei Malgavko\TASS

On parle des femmes au foyer... 

Dont Le Figaro sur son site défend la dignité, car la femme au foyer, savez-vous, voit poindre l'ennui chez son interlocuteur quand elle confesse ce qu'elle fait dans la vie. La banque refuse qu'elle signe les papiers du crédit à la consommation, elle ne gagne pas d'argent. "Qu'as tu fait aujourd'hui ?" demande son mari à Mélanie qui a perdu son travail dans l'horlogerie en mars, "Le ménage." répond-elle, "Mais tu l'as déjà fait hier !" et Mélanie a honte de ne servir à rien, et cache sa vérité aux voisins.

"Je pensais que tu allais en profiter pour créer ton entreprise", a dit son mari à Pénélope à l'issue de son premier congé parental... Elle était alors analyste financier Pénélope, elle assume désormais son retour durable à la maison, pour les enfants et pour son papa Alzheimer. Elle assume s'opposer à la grande Simone de Beauvoir qui écrivait ceci en un autre temps, dans Le Deuxième sexe : "Le travail que la femme exécute à l’intérieur n'est pas directement utile à la collectivité, il ne débouche pas sur l’avenir, il ne produit rien".

Rien, vraiment, Castor ? On peut douter à lire Le Figaro et pas seulement, Le Monde également, qui me raconte ce matin la plus brave des histoires, son héroïne justement était femme au foyer. Elle s'appelle Sophie Rollet, elle était dans sa cuisine à Geney dans le Doubs, en train de préparer des gâteaux le 25 juillet 2014 quand elle a entendu à la télévision qu'il y avait eu un carambolage de camions sur l'autoroute A36 et aussitôt elle a crié, elle avait deviné. Son mari Jean-Paul était parti à l'aube, comme chaque jour, livrer de l'essence dans son camion-citerne blanc... A 9 heures 08, il avait été percuté par un autre camion, un remorque lesté de 9 voitures venu de l'autre rive de l'autoroute et qui avait traversé les rambardes de sécurité, son chauffeur Pascal Rochard avait perdu le contrôle de son véhicule quand un pneu avait éclaté...  Et ce pneu est devenu l'obsession de Sophie et sa quête, est-ce qu'un pneu éclate comme ça sans raison ? 

Elle aura passé six ans à prouver que leur vie heureuse n'avait pas été dévastée par un manque de chance... Et toutes les nuits, tous les petits matins, dans ce corps de ferme retapé où Internet ne passe pas bien, mais la nuit c'est mieux, Sophie s'est installée devant l'ordinateur familial, sous les photos des temps joyeux et une maquette du camion de Jean-Paul. Elle cliquait les mots "accident camion", "accident poids lourd" dans des moteurs de recherche, elle archivait d'autres catastrophes, elle encerclait de ses soupçons un pneu, le Marathon LHSD II et une marque, GoodYear. 

Allez lire cette quête solitaire dans Le Monde qui est aussi le portrait formidable d'un femme seule dans un village, je vous divulgache la fin. Sohie a retrouvé, entre 2010 et 2015, 76 accidents de camions provoqués par des avaries de pneumatiques, qui ont fait 56 morts et 142 blessés, et souvent, ces pneux étaient de marque Goodyear, en novembre dernier, un ingénieur expert en informatique a affirmé que le pneu Goodyear qui avait éclaté le 25 juillet 2014, présentait des anomalies depuis sa fabrication... Sophie Rollet se tient debout face à une multinationale.   

Je lis dans Libération qu'au pays de Mme Merkel, qui prend la présidence de l'Europe et dont on attend beaucoup dans L'Opinion, La Croix et dans Le Figaro, beaucoup de femmes refusent la péridurale car il faut souffrir à l'unisson de l'enfant.

On parle aussi de guerriers...

Dans Le Figaro et L'Equipe et La Provence, voici Mourad Boudjellal, guerrier du sport qui présida le club de rugby de Toulon et qui, à 60 ans, veut racheter l'OM, il a derrière lui de l'argent des pays du Golfe, avec lui Mohamed Ayachi Ajroudi, homme d'affaires franco-tunisien installé en Arabie Saoudite, qui pratique un islam modéré et porte un projet européen. L'Equipe me dit que Boudjellal lundi est allé rencontrer les supporters de l'OM étonnés de pouvoir être repris par un Toulonnais !   

Dans Le Berry républicain, on m'évoque des guerriers Kanaks dont les sagaies, les massues, les casse-têtes sont exposées à Bourges, au musée du Berry... Mais plus encore que les armes, c'est leur histoire que narrent le musée et le journal, elles furent léguées par un charpentier berrichon, Gervais Bourdinat, qui participa à la Commune de Paris et qui fut exilé en Nouvelle-Calédonie où il devint notable et collectionneur. On réfléchit à Bourges au passé, à la colonisation, c'est passionnant.     

Et un sourire de femme pour finir

Dont Slate me raconte l'histoire venue de si loin. Une jeune femme repêchée morte dans la Seine au XIXe siècle, dont on moula le visage, c'était la coutume du temps, et ce visage souriant est devenu une icône littéraire, il fit rêver Rainer Maria Rilke qui vit le moulage en 1901 dans une vitrine rue Racine, et jusqu'à présent l'inconnue de la Seine nous accompagne, elle incarna même un mannequin conçu pour apprendre les techniques de réanimation des noyés, elle fut tant embrassée... Du passé vient la paix. 

Deux magazines géniaux, La Vie et Bretons, me racontent la Vallée des saints à Carnoet en Bretagne, où des statues de granit veillent sur la lande, Saint Guen Efflam, Colomban, Brendan, Malo, Brieuc, Tugdual, les premiers évèques, les divinités païennes passées au Christ, il en est tant dans cette terre mystique, mais les hommes qui les ont érigées, ces statues, se divisent, le fondateur du lieu Philippe Abjan, un chrétien habité, redoute une dérive touristique, mercantiliste, laïque et disneyenne, qui arracherait le lieu à son idéal.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.