En France, on se moque souvent gentiment d'eux... eux : nos voisins les Belges... "A quoi reconnaît-on un Belge dans un magasin de chaussures ? C'est le seul qui essaie les boites"... "A quoi reconnaît-on un Belge qui joue à la pétanque ? C'est le seul qui essaie de faire une tête"... "A quoi reconnaît-on un Belge dans un aéroport ? C'est le seul qui donne à manger aux avions"... Des histoires belges, il y en a plein... Et je suis sûr, Monsieur Bertrand, que vous-même, vous en connaissez de très drôles... (...) Mais ce matin, ce sont d'autres histoires qui font la Une de certains journaux... des histoires belges qui ne provoquent pas la moquerie mais, bien plutôt, suscitent l'admiration... L'histoire d'abord du dessinateur Hergé... "Mille sabords, Tintin a enfin son musée", titre ainsi Nord Eclair... Car, oui, demain, à Louvain-la-Neuve, en Belgique, le tout nouveau musée Hergé sera inauguré... Pour l'occasion, Le Figaro nous propose une visite des lieux, avec interview de l'architecte, Christian de Portzamparc, qui s'est totalement inspiré de l'univers du créateur de Tintin... grande silhouette du fameux reporter sur la façade... "Ce musée, explique-t-il, c'est comme une BD d'Hergé en relief"... Visiblement, ça a l'air bien... Et le musée René Magritte a l'air très bien aussi... Là encore, c'est demain qu'il ouvre... Cette fois, c'est à Bruxelles... un musée qui réunit la plus grande collection au monde du peintre surréaliste... Un peintre belge donc, auquel Télérama consacre un très beau hors-série... Tandis qu'Arts Magazine propose tout un dossier pour mieux comprendre "ce révolutionnaire qui se cachait sous des airs de petit-bourgeois"... "René Magritte ou l'art du faux-semblant", titre le mensuel, avec nombreuses reproductions de ses oeuvres les plus connues... Magritte surréaliste, et auteur notamment du célébrissime "Ceci n'est pas une pipe"... La toile représente une pipe, mais Magritte a écrit "Ceci n'est pas une pipe"... Et ceci n'est pas une campagne électorale... Ca, c'est ce qu'on n'a de cesse de dire depuis plusieurs semaines, tant les débats pour les Européennes semblent laisser indifférents les électeurs... Pour tenter de les mobiliser, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont publié hier une tribune à la fois dans la presse française et dans la presse allemande... "Sarkozy et Merkel unis pour relancer la dynamique de l'Europe", commente ce matin Le Figaro... pour qui ce texte commun confirme le retour en force du couple franco-allemand... Dans leur appel, les deux dirigeants ont aussi détaillé leurs projets pour l'Union : la défense d'une Europe volontaire et protectrice, mais aussi la reconstruction d'un capitalisme plus solidaire... "Une Europe plus protectrice, plus sociale, moins tâtillonne et plus politique ?... On aimerait dire 'chiche'", note ce matin Jacques Guyon dans La Charente Libre... Hervé Favre, dans La Voix du Nord, soulignant que "c'est la première fois que les dirigeants des deux pays s'engagent ensemble dans une campagne européenne... Mais, se demande-t-il, seront-ils plus entendus que les candidats qui battent la campagne devant un maigre public ?"... Pas sûr... Aujourd'hui, dans tous les partis, on craint un record d'abstention... Et, en tout état de cause, "l'UMP a déjà perdu", titre à sa Une Marianne... Comment ça, "l'UMP a déjà perdu" ?... Dans tous les sondages, les listes du parti majoritaire sont données largement en tête... Oui mais, explique Renaud Dély, "c'est bel et bien une victoire en trompe-l'oeil que la grande armée sarkozyste s'apprête à célébrer... Tout est prêt pour que, le 7 juin au soir, les sarkozystes chantent la victoire de leur héros... Pourtant, il n'y a pas de quoi se réjouir... Certes, l'UMP sera en tête, mais avec au moins 70% d'opposants"... Et le journaliste de Marianne prévient : "En fait, ils nous préparent une belle arnaque : ils maquillent ce scrutin, comme d'autres le font avec des voitures volées... Bref, ils mitonnent un vrai hold-up sur le verdict des urnes"... J'imagine, Monsieur Bertrand, que vous ne serez pas d'accord avec cette analyse... (...) Peut-être le serez-vous davantage avec les points de vue proposés par Le Parisien-Aujourd'hui en France ce matin, qui a sondé "l'avis de 26 journalistes européens installés en France"... Ils s'interrogent sur le peu d'engouement des Français face au scrutin de dimanche... "Peut-être est-ce parce que les politiques français traitent le Parlement européen comme une poubelle, où l'on envoie les mauvais élèves", avance une journaliste irlandaise... "En France, les listes ont été constituées à coups de parachutages", confirme un journaliste luxembourgeois... "Et puis il n'y a pas de débats", ajoute une journaliste roumaine... "En Roumanie, dit-elle, tous les jours les candidats se confrontent dans de grandes émissions à la télévision"... "Oui, chez vous, la campagne est bien fade", commente un journaliste tchèque, qui précise que chez lui, les meetings ont trouvé une source inattendue de divertissement : les oeufs, qui sont régulièrement projetés contre les leaders sociaux-démocrates... "Du coup, dit-il, la campagne tchèque est bien plus animée que la campagne française"... Tiens oui, c'est peut-être ça qui nous manque : les lancers d'oeufs dans les meetings... Et puis il y a l'avis d'un journaliste italien qui, lui, estime que l'Italie a une vision plus positive de l'Europe que la France... "Même si Berlusconi a fait de ses critiques de l'Europe son cheval de bataille, les Italiens voient tout ce qui vient de Bruxelles comme une forme de reconnaissance"... L'Italie qui fait ce matin la Une de Libération... photo pleine page de Silvio Berlusconi, et ce titre : "Le scandale aux trousses"... Allusion à l'affaire qui parasite totalement la campagne italienne : la fameuse affaire Noemi, du nom de la jolie blonde qui aurait eu une relation avec Berlusconi alors qu'elle était encore mineure... Libération, ce matin, évoque rien moins qu'un "Noemigate" : "Berlusconi touché par le Noemigate"... Pour tenter d'étouffer l'affaire, le président du Conseil italien vient de faire interdire des photos prises dans sa villa de Sardaigne, photos où apparaissait notamment sa très jeune amie par qui le scandale est arrivé... Eric Joseph nous décrit la villa : la villa Certosa, le petit Trianon sarde de Silvio Berlusconi, située sur la Costa Esmeralda... C'est un domaine de 120 hectares, équipé d'un bunker antinucléaire, d'un théâtre gréco-romain flambant neuf, d'une piscine d'eau de mer en forme de palme, et même d'un volcan artificiel... un temple du bon goût en somme, où le Cavaliere soigne ses hôtes et s'amuse beaucoup... C'est dans ce drôle d'endroit qu'ont donc été prises les photos qu'il vient d'interdire... Mais, comme dirait Magritte, ce ne sont pas des photos... Et ce ne sont pas des blondes qui ont défilé hier dans les rues de Riga... Ah si, Eric : ce sont des blondes... De jolies jeunes femmes blondes, qu'on retrouve en photo dans les pages de Sud-Ouest... "Toutes vêtues de rose, plusieurs centaines de jeunes femmes blondes ont défilé hier dans les rues de la capitale de la Lettonie pour remonter le moral du pays, qui s'enfonce dans la récession"... De l'avis des organisateurs, c'était cela, l'objectif de la manifestation : apporter de l'énergie positive aux Lettons... "Sûr, ça fait macho, en tout cas sérieusement post-féministe", commente ce matin Francis Brochet dans Le Progrès... "Mais si on s'en inspirait ?... En France, dit-il, on pourrait organiser un défilé de brunes, dont on sait qu'elles ne comptent pas pour des prunes, surtout s'il s'agit de livrer combat contre la morosité nationale"... Des défilés de jeunes femmes pour retrouver le moral en période de crise : surréaliste, là encore... D'autant que la crise, on est encore bien loin d'en voir le bout, ainsi que l'explique Sandra Moatti dans le mensuel Alternatives Economiques... "Dans le meilleur des cas, dit-elle, nous touchons peut-être au fond de la récession, mais certainement pas à sa fin... Et parler de reprise semble donc bien prématuré"... "Crise, récession, chômage : c'est par où, la sortie ?", titre à sa Une le magazine... Tandis que Capital nous explique "pourquoi les économistes doivent changer leurs thermomètres"... "Affolées par la crise, les boussoles traditionnelles des conjoncturistes sont devenues inutilisables... Mais, heureusement, ils en ont d'autres dans les poches", précise Marie Charrel, en pointant notamment l'un des indicateurs qu'il va falloir scruter : le moral des chefs d'entreprise belges... Tiens, tiens, on y revient... Ce n'est pas une plaisanterie, mais bien la dernière trouvaille des économistes pour prévoir le plus en amont possible la reprise de l'industrie française... Généralement, l'indice de confiance des chefs d'entreprise belges s'effondre en effet trois ou quatre mois avant la production hexagonale, et rebondit avant qu'elle ne se reprenne... Lorsque les patrons belges retrouveront le moral, ce sera donc très bon signe pour l'économie française... Et puis là non plus, ce n'est pas une plaisanterie... Arielle Dombasle adore passer l'aspirateur... Confidence à l'hebdomadaire Voici... Oui, elle adore passer l'aspirateur et elle le passe parfois pour s'amuser... Mais, dit-elle, ce ne serait sans doute pas si drôle s'il lui fallait le faire tous les jours... Dans cette interview, Arielle Dombasle explique également qu'elle trouve que son mari BHL ressemble au Christ et puis elle jure la main sur le coeur qu'elle n'a jamais fait de chirurgie esthétique... Décidément, certains matins, on nage en plein surréalisme...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.