La revue de presse, bonjour hélène Jouan

On commence par une histoire d’eau…

« Si les tuyaux de baignoire de Marcel Lascar n’avaient pas lâché, SOS médecin aurait-il jamais vu le jour ? » C’est Aujourd’hui en France/le Parisien qui raconte ce matin la belle histoire de la naissance de SOS médecins, créé par ce Lascar-là, Marcel Lascar, 87 ans aujourd’hui. En ce printemps 1966, sa baignoire fuit et il appelle SOS plombier qui intervient dans l’heure, quand un de ses patients meurt pendant le weekend, faute d’avoir pu le joindre, lui. « Merde alors je me suis dit, en France on traite mieux les tuyaux de plomb que les coronaires ! ». Ni une, ni deux, le jeune généraliste convainc SOS plombier de monter une filiale, un service de médecins qui visiteraient les malades la nuit et le weekend sur un simple coup de fil. L’opération démarre avec trois voitures, des radios genre talkie-walkie , un bureau dans un garage désaffecté, des confrères furieux de la concurrence déloyale, l’Ordre des Médecins va même les traduire en conseil de discipline. Aujourd’hui SOS médecins fête ses 50 ans . Six millions d’appels par an, et le smartphone a remplacé letalkie walkie

« Emmanuel Macron rattrapé par le fisc »…à la Une de la presse ce matin

C’est le site Mediapart , hier, puis le Canard Enchaîné, ce matin, qui ont révélé l’information : après avoir sous-évalué le patrimoine immobilier de son couple, le ministre de l’économie a finalement admis qu’il devait payer l’ISF, ce qu’il a fait en 2015, déposant même une déclaration rectificative pour les deux années précédentes. C’est visiblement une maison au Touquet appartenant à sa femme, sous-évaluée donc dans un premier temps, qui vaudrait au ministre cette notification fiscale. S’agit il d’un redressement ? Emmanuel Macron s’en défend, et une avocate fiscaliste interrogée par le Huffington Post lui donne plutôt raison, puisqu’en réalité l’accord intervient après un an et demie de discussion avec le fisc, il n’y a donc eu ni fraude ni dissimulation, ni contestation au final de la nouvelle évaluation de son patrimoine.

Ce qui n’empêche évidemment pas le Canard de s’amuser du « Fisc qui taille un Costard à Macron », égratignant au passage la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique qui n’a vu que du feu au patrimoine un brin modeste pour l’ex banquier de chez Rotschild, avant que le fisc ne s’en mêle. . Pour le Parisien, cet « accident fiscal » a en tout cas grippé la machine MAcron. Et certains proches du ministre voient déjà dans ce téléscopage, la révélation de cet assujettissement à l’ISF au moment même où En marche se met en mouvement, une « cabale ». Menée par qui ? mystère !

On continue Hélène avec des candidats à droite pressés d’en découdre…

Il y a quelques jours, Nicolas Sarkozy disait son impatience à se lancer dans la campagne des primaires, ce matin, c’est Alain Juppé, qui dans le Figaro piaffe, « moi aussi je suis impatient » sous entendu, qu’il y aille ! Sauf que…ce n’est pas le moment..Non, « ce n’est pas encore le moment de m’exprimer sur le sujet » affirme Nicolas Sarkozy dans une interview à paraitre dans Valeurs Actuelles. Et pourtant « oui, j’ai pris ma décision » concède t il aussi ..Mais pourquoi jouer ainsi avec nos nerfs ??? « C’est la pagaille dans la rue et l’opposition ne devrait plus avoir de chef ? je m’y refuse, je n’en ai pas le droit » affirme l’ex président. Voilà donc un nouvel « otage » de la CGT, selon la sémantique en vigueur, Nicolas Sarkozy ne peut pas être candidat tant que le calme ne sera pas revenu.

Valeurs Actuelles qui a un nouveau jeune patron de rédaction. Geoffroy Lejeune, 27 ans…geoffroy Lejeune qui avait publié l’an dernier, un livre de politique fiction « Une élection ordinaire » qui voyait Eric Zemmour élu à l’Elysée…et qui dans le Monde, définit ainsi la ligne éditoriale de Valeurs actuelles : « nous ne sommes pas sur la même ligne que le FN mais nous faisons des efforts pour ne pas être sectaires et parler à tout le monde, de Florian Philippot à François Bayrou » explicite t il..

La polémique lancée par Eric Cantona la semaine dernière sur le supposé racisme de Didier Deschamps, rebondit ce matin dans la presse

« Benzéma rompt le silence » titre ce matin le quotidien sportif espagnol Marça…

Après Cantona qui accusait Deschamps d’avoir écarté Benzema et Ben Arfa à cause de « leurs origines nord africaines » ,benzema renchérit donc : « didier deschamps, dit il, a cédé à la pression d’une partie raciste de la France »…Sa mise en examen pour complicité de tentative de chantage sur son co équipier Valbuena ? je ne suis pas encore jugé et présumé innocent

Mais ce matin, dans le Parisien, le député socialiste Malek Boutih s’insurge d’une telle lecture, ils’en prend tout particulièrement à Jamel Debouze, qui hier dans France Football, estimait lui aussi que les deux joueurs « payaient la situation sociale de leur pays, et qu’avec leur absence, les Bleus n’étaient pas représentatifs de banlieues »

« Les propos de Debbouze, c’est du poison » accuse malek Boutih. « Son dérapage nourrit l’idée que, décidément, certains sont dans la parano, la revendication, il ne fait que sabrer l’identité républicaine au profit d’identités ethniques qui cherchent à s’impose »r, déplore le député, Qui conclut. S’il y a bien un domaine en France, où on n’est pas jugé à son faciès mais à ses performances, c’est bien le sport, la discrimination y est quasi absente » .

Et puis dans un autre registre, tout aussi polémique mais qui n’a rien à voir, Denis Baupin s’exprime. Pour la première fois depuis que France Inter et médiapart ont révélé des témoignages de femmes accusant le député écologiste de Paris de harcèlement sexuel, il sort de son silence. Interrogé par Mathieu Delahousse et Mael Thierry de l’Obs, il nie tout en bloc, il « répond conversations érotiques entre adultes consentants », à celles qui l’accusent de sms salaces insistants », il récuse toute agression physique, ce n’est pas ma conception des rapports hommes femmes. «je ne suis pas le DSk des Verts » affirme t il. Interview à lire dans L’Obs, en kiosque demain

On termine Hélène par une photo et un souvenir

Photo de ce nourrisson, mort, dans les bras d’un sauveteur allemand. Photo prise au large de la Libye vendredi, qu’une ONG allemande a choisi de diffuser lundi soir pour tenter d’alerter une nouvelle fois opinions publiques et autorités européennes devant le drame des réfugiés. Ce pouvoir d’alerte de la photo, on avait pu le mesurer avec celle du petit Aylan en septembre. Alerte sans grand lendemain.Ce matin, Franz Durupt dans Libération note que cette nouvelle image ne provoque même plus l’effet escompté. Pas grand monde, sur twitter pour réagir. Peut être qu’il faut arrêter de compter que sur des photos pour changer le monde conclut il

Et on termine par un doux souvenir, celui de la robe, dos nu de Mireille Darc dans « Le grand blond avec une chaussure noire » : vous voyez exactement la robe Eric Woerth? Pour les oublieux, ou les très jeunes, le magazine Schnock nous l’offre en dessin ce matin pour son nouveau numéro, avec en prime une longue interview de Mireille Darc, franchement délicieuse quand elle revient sur sa longue carrière et puis surtout, elle nous raconte l’histoire de cette robe. Le couturier Guy laroche, qui est chargé du costume lui propose d’abord un décolleté. « Arrete lui dit elle, je n’ai pas assez de poitrine pour faire rêver les gens, pourquoi pas un décolleté dans le dos ? » lui suggère t elle. Quand elle voit la petite main chargée de mettre les épingles rougir en descendant, descendant, descendant en bas de son dos, « je me suis dit que ça devenait intéressant, s’amuse t elle, parce qu’elle avait honte de me regarder ».

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.