Et le Premier ministre ?... François Fillon... C'est le Financial Times qui le dit ce matin... Et pourquoi ce journal anglais est-il si sûr de lui ?... C'est une indiscrétion du cabinet de Tony Blair... Dimanche soir, le Premier ministre anglais a appelé le nouveau Président français pour le féliciter... Et à un moment, dans la conversation, Nicolas Sarkozy a dit, rapporte le Financial Times : "Pourquoi ne pas dire quelques mots au futur Premier ministre français ?"... Et il a tendu le téléphone, au bout duquel était Tony Blair, à François Fillon... Et le quotidien britannique résume... "Sarkozy sélectionne un modéré comme Premier ministre"... et explique à ses lecteurs que François Fillon est considéré par la gauche comme le moins détestable des membres de l'équipe Sarkozy... Fillon, pour le Financial Times, c'est à la fois la vieille école gaulliste et le champion du social... Alors, en même temps, dans la presse française ce matin, tout confirme cette annonce... "Fillon prépare le nouveau gouvernement", indique Le Figaro... "Monsieur Fillon, futur chef d'un gouvernement où les places seront chères", souligne de son côté Le Monde... Alors les deux journaux vous racontent que ce gouvernement, limité à 15 membres, et pour lequel Nicolas Sarkozy a décidé d'imposer la parité... eh bien c'est un vrai casse-tête... Le Figaro explique que "au final, peu de personnes semblent assurées d'y avoir leur ticket d'entrée... Chez les hommes : Juppé, Borloo, Bertrand, Devedjian... Chez les femmes : MAM, Christine Lagarde, Rachida Dati et Valérie Pécresse"... Le Monde ajoute à cette liste Christine Boutin et Anne Lauverjon d'un côté... Xavier Darcos de l'autre... L'ouverture prônée par Nicolas Sarkozy, ce pourrait être Gilles de Robien et Pierre Albertini, le maire de Rouen, tous deux UDF ralliés... Le Monde qui a aussi vu Claude Allègre sortir du QG du candidat Sarkozy... Alors ces spéculations laissent sur la touche plusieurs noms, reconnaît Le Figaro... et pas des moindres, comme Brice Hortefeux ou François Baroin... "Caser les uns, pousser les autres... C'est l'acte II", pour Pierre Taribo, dans L'Est Républicain... "Mais si Nicolas Sarkozy veut montrer que la fonction le transcende... il doit rester fidèle à ses engagements, laisser à la porte des palais nationaux quelques fidèles furibonds... et mettre sur orbite ministériel des hommes et des femmes venus de divers horizons, qui ont l'envergure, le sens du bien commun, la détermination et le courage pour transformer le pays"... Et avec tout ça, ce qui est sûr, c'est qu'il y aura des déçus... Il va falloir des trésors de diplomatie à François Fillon pour recoller les morceaux... La méthode Fillon... C'est Libération qui la décrypte... Le journal rappelle "qu'au ministère du Travail, Fillon a laissé un souvenir mitigé... Ouvert au dialogue, soit... Mais imposant à l'arrivée l'objectif qu'il s'était fixé"... Et dans Libé, les syndicalistes ne se font guère d'illusions... Sur des sujets comme le service minimum dans les transports, ou le contrat de travail unique, leur marge de négociations sera faible... Et pendant ce temps-là... Pendant ce temps-là, Nicolas Sarkozy est à Malte... "Malte, la retraite secrète de Sarkozy", annonce Le Parisien-Aujourd'hui en France... L'information est même donnée en Italie... Le Corriere della Sera indique que, finalement, ce n'est pas dans un monastère que le nouveau Président français a pris des vacances, mais sur un yacht à Malte... "Il peaufine le calendrier de la France d'après", explique La Provence... "Au vert pour réfléchir", titre de son côté La Montagne... Oui, on comprend sa décision, analyse Jacques Camus dans La République du Centre... "Dans notre univers de transparence, c'est la dernière fois qu'il pourra invoquer le secret-défense de sa vie privée"... Et puis au-delà de ça... "c'est peut-être tout simplement le style Sarkozy... Ne pas ressembler à celui que les gens imaginent"... C'est Didier Pobel qui écrit, dans Le Dauphiné Libéré, "qu'au lendemain de son sacre, le nouveau Président a laissé au vestiaire de la République la solennité qui l'habillait la veille... Il est apparu jaillissant d'un grand hôtel parisien, en jean et en chemise ouverte, à peine plus ému qu'un entraîneur de club de foot de province qui s'en irait faire un tour au stade"... "Il commence très fort", constate également Olivier Picard, dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... "Quelle séquence que cette disparition !... Depuis De Gaulle, parti en secret à Baden Baden dans d'autres circonstances, personne n'avait osé jouer à ce mystère"... Dans quelques jours, prévient Bernard Revel dans L'Indépendant du Midi, "c'est un nouveau Sarkozy qui réapparaîtra... le Sarkozy Président... celui que personne ne connaît... Parce que la fonction présidentielle change les hommes... Les modèles qu'on lui prête ne manquent pas : Thatcher, Berlusconi, Napoléon... Bien entendu, il ne sera rien de tout cela... Une chose est sûre, conclut l'éditorialiste : notre proche avenir dépend désormais de la métamorphose du Président Sarkozy"... Le jour d'après... C'est le jour des questions... Dans La Croix, "10 questions sur une élection"... Alors pêle-mêle... Qui a voté pour Nicolas Sarkozy ?... Comment expliquer la forte participation des Français ?... Quelle stratégie pour Bayrou ?... L'UMP est-elle sûre de gagner les élections législatives ?... Quel est l'enjeu des législatives pour les autres partis ?... Ou encore : Quel avenir pour Ségolène Royal ?... Et comment le PS interprète-t-il sa défaite ?... Sur ces deux questions, il n'y a pas que La Croix qui les pose... Les tensions au PS occupent bien vos journaux ce matin... Libération d'abord, qui titre en Une : "Gauche : la bataille commence"... Le visage de Ségolène Royal... et au-dessus, trois photos plus petites : des portraits de DSK, Fabius et Hollande... Alors Libération explique que les socialistes se disputent déjà le leadership de la campagne aux législatives, et s'affrontent sur la façon de rénover leur camp... Hier, François Hollande a prévenu qu'il ne tolèrerait aucun règlement de compte... En effet, analyse Gilles Dauxerre dans La Provence, "rien ne serait pire, pour le PS, que d'afficher ses divisions à un mois d'une nouvelle échéance électorale qui s'annonce difficile... On sortira les couteaux plus tard"... Dans La Charente Libre, Jacques Guyon écrit que "le PS se retrouve écartelé... faute d'avoir su faire son aggiornamento depuis le 21 avril 2002... Il y a d'un côté les réformistes, et de l'autre ceux qui continuent à rêver de ressusciter l'union de la gauche... Et du coup, pour l'éditorialiste, le risque d'implosion du PS n'a jamais été aussi élevé"... La solution est toute simple : c'est "changez tout !"... C'est Laurent Joffrin qui la donne... Parce que "la défaite de Ségolène Royal, c'est surtout la défaite d'une culture politique qui n'a pas su se renouveler... Il faut repenser les valeurs et les programmes en profondeur... Sarkozy l'a fait : c'est pour ça qu'il a gagné"... L'analyse est la même dans Le Nouvel Observateur... pour qui "c'est surtout sa ligne politique et son système d'alliances que le Parti Socialiste va devoir refonder"... Et pour refonder, eh bien Libération lance le débat, dès aujourd'hui, dans les pages Rebonds... un débat intitulé : "Vers une nouvelle gauche"... Libé qui annonce également, pour la fin de l'été, un forum public, sur cette même idée... Reste que la fin de l'été, c'est loin... Et que pour l'instant, "rue de Solferino, chacun peaufine sa stratégie"... C'est Le Figaro qui le constate... Le Frankfurter Allgemeine Zeitung s'intéresse également à la "lutte impitoyable au PS"... Le Courrier de Genève, quant à lui, note que "les socialistes français entrent en introspection... Ils ont perdu la bataille des idées... Comment limiter les dégâts, à cinq semaines des législatives ?", interroge le journaliste suisse... Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France : une photo, reprise du journal de 20 heures de France 2... une photo qui montre Ségolène Royal et François Hollande discutant au siège du PS... Il est 22 heures... La scène se passe dans le bureau du Premier secrétaire, rue de Solferino... Et "le climat est tendu", explique le journal... "La discussion semble virer à l'explication... Après quelques échanges nerveux, Royal fait un signe de la main, comme si elle voulait signifier sa volonté de foncer droit devant"... Et Le Parisien d'indiquer que "François Hollande avait réagi en disant que la teneur de la conversation était privée"... François et Ségolène... Autre histoire de couple : Nicolas et Cécilia... Die Welt tente, ce matin, le portrait de la first lady française... le portrait d'une femme énigmatique, pour le journal allemand... "Une compagne originale aux côtés de Sarkozy"... Le couple présidentiel français fait la Une de Paris Match... La photo en couverture s'intitule : "Un baiser pour un triomphe"... On y voit Cécilia embrasser sur la joue Nicolas... Et en pages intérieures, on y voit aussi Nicolas danser pour Cécilia... Cécilia Sarkozy, "intermittente de l'Elysée ?"... C'est la question dans Le Nouvel Obs... "Son mari vient d'être élu à l'Elysée, mais Cécilia Sarkozy sera-t-elle la première dame de France ?... Il se pourrait qu'elle n'y soit que de manière épisodique... un jour à l'Elysée, un jour ailleurs... histoire de vivre par elle-même, et pas seulement à travers son mari de Président", explique Le Nouvel Obs...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.