(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin.... Rien du tout !

1er mai, pas de journaux en kiosque. Pas de revue de presse, à demain...

Non pas tout à fait.

D'abord il y a de toutes petites exceptions. Le Monde est sorti dans une partie de la France hier après-midi. C'est le numéro de cet après-midi qui ne sera pas publié.

Et puis nous sommes à l'heure d'Internet, même si les sites sont un peu moins riches que d'habitude, on y trouve pas mal d'information... Sans parler des magazines...

Donc : dans la presse ce matin....

Des cacahuètes... Encore un riche qui demande à être taxé davantage. C'est aux Etats Unis l'écrivain Stephen King. Il publie une tribune dans un langage sur le site The Daily Beast. C'est titré "Taxez-moi, merde". Les plus riches américains ne sont taxés qu'à 28% et ne redistribuent pas assez leurs revenus à son goût. Sous la plume de l'auteur de Shining , cela donne ceci :

"Ils préfèreraient tremper leur pénis dans de l'essence à briquet, allumer une allumette et danser autour en chantant 'disco inferno' que de payer un centime de plus à l'oncle sucre"

Allumer le feu, donc... Dans la série les malheurs des riches, voici un titre un peu abusif, du point.fr . "Exclusif, Johnny Hallyday prié de quitter la Suisse". Diable on imagine déjà Joy, Jade et Laetitia à la rue.

On n'en est pas là. Mais les déclarations du chanteur, qui répète ne pas habiter en Suisse, commencent à agacer. Les règles sont pourtant claires. Pour bénéficier du forfait fiscal très avantageux, un étranger fortuné doit habiter au moins 6 mois et un jour par an en Suisse et s'y intégrer vraiment, par exemple y scolariser ses enfants.

"Discrètement prié de quitter la Suisse, conclut le correspondant du Point à Genève, Johnny pourra toujours affirmer qu'il est revenu en France de son plein gré."

S'il revient en France dès aujourd'hui, il trouvera du monde dans la Rue...

Pas de concert possible à Paris au Trocadéro, à la Bastille ou place de l'Opéra, c'est déjà pris.

"1er mai, 2ème round", titre le Huffington Post à propos de cette journée de réunions publiques tous azimuts entre les deux tours. Le site d'information résume : "Les syndicats défilent, Sarkozy s'affirme, Le Pen donne ses consignes."

1er mai, 2ème round et 3 France pour reprendre la couverture de L'Express de cette semaine, déjà sorti.

Le FN, ce sera dans la matinée.

A 15h30, Trocadéro, discours de Nicolas Sarkozy.

Quant aux syndicats, ils se trouvent dans un premier mai d'entre deux tours difficile à gérer, écrit Le Monde .

Car la gauche se mêlera aux défilés. Jean-Luc Mélenchon a invité clairement ses électeurs à se placer derrière les syndicats. Un peu entre deux chaises, le PS, appelle ses militants à participer aussi mais dans le respect de l'indépendance des syndicats.

Tout cela met Jean Claude Mailly de Force ouvrière de fort méchante humeur : "On est en plein marketing politique du côté des deux candidats et des partis politiques."

Cela dit François Hollande ne sera pas à Paris. Le Journal du Centre sur son site Internet détaille sa journée d'hommage à Pierre Bérégovoy à Nevers, 19 ans après le suicide de l'ancien Premier Ministre. Des fleurs sur la tombe et un pique nique dit républicain à deux pas de la mairie que dirigea Pierre Bérégovoy pendant 10 ans.

L'entre deux tours est donc marqué par des meetings... et des affaires

Au chapitre "Sarkozy et Kadhafi", ce sont Les Inrockuptibles qui disent maintenant posséder des documents diplomatiques confidentiels. Il ne s'agit pas de la campagne de 2007 mais de la libération des infirmières bulgares quelques mois après. Selon Les Inrocks , en échange, Kadhafi aurait demandé à la France des armes et une centrale atomique, ce qui lui aurait été accordé à l'époque.

Le week-end dernier, c'est Mediapart qui accusait : Kadhafi aurait financé à hauteur de 50 millions d'Euros la campagne de 2007. Nicolas Sarkozy a déposé plainte. Le site owni.fr a regardé les agendas. Mediapart affirme notamment que Brice Hortefeux a participé à une réunion organisée par le libyens le 6 octobre 2006. Or la veille au soir, il était loin de Tripoli, à St Brieuc, des photos en attestent. Le 6 en tout début de soirée, il participait à une remise de médaille près de Clermont.

Ca laisse le temps d'un aller retour entre la France et la Libye précise owni , mais express.

Quoi d'autre dans la presse ?

Les prix de l'essence en légère baisse selon lesechos.fr

Moins 2 centimes en moyenne pour le sans plomb. Baisse encore plus limitée pour le gazole. Explications variées : ralentissement de la demande des pays émergents, apaisement relatif des tensions avec l'Iran, plus de production venue d'Arabie Saoudite. Le baril de la mer du Nord a perdu 7 dollars depuis ses records du mois de mars.

Le prix de l'essence qui jouera sans doute un rôle clé dans la campagne présidentielle américaine. Atlantico a repéré le slogan de campagne d'Obama. Ce n'est pas l'Amérique forte ou le changement maintenant, mais "forward", en avant

Du flouze et des fleurs, donc dans la presse. Et sur lepoint.fr , une histoire politique du muguet.

On y apprend plein de choses, d'abord que c'est au 16ème siècle que le muguet a été introduit en France. Un chevalier de retour de mission en a offert au futur Charles IX qui a tellement apprécié qu'il en a offert à toutes les dames de la cour la veille de son sacre, le 1er mai 1561.

19ème siècle. La fleur du premier mai, ce n'est plus le muguet mais l'églantine, cultivée dans le Nord ouvrier et rouge que choisissent les ouvriers qui défilent sur le pavé. Le muguet blanc est lui associé au culte de la vierge Marie, au mois de mai. Les clochettes symbolisent les larmes de la mère du Christ.

Mais ce que l'on n’a appelle pas encore la communication va s'en mêler. Au début du 20ème siècle, les couturiers prennent l'habitude d'offrir du muguet à leur clientes le premier mai. Elle devient la fleur de l'amour.

S'ensuit un match entre les « églantinards » des boulevards et les amoureux au brin de muguet. Le muguet gagne notamment parce qu'il est cultivé massivement dans la région de Nantes.

Voila comment une fleur catholique a finalement poussé sur le pavé. En 1936 encore, certains mettaient un petit ruban rouge autour de cette fleur un peu trop blanche pour eux.

A demain

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.