Les secrets génétiques des fleurs, dans Le Monde. Les migrants, les muguets et les radis, dans Mediacités. Des expulsions dans la Provence et Midi Libre… Rose Laurens, la chanson coloniale, et Bruant qui chantait « la Noire » et ses tétons, dans Slate.

Et on parle de fleurs ce matin...  

Les fleurs ces fausses ingénues nous dit Le Monde, les fleurs dont la redoutable séduction a été l'instrument d'une conquête... Puisque les fleurs ne sont belles que pour attirer les pollinisateurs qui assurent leur expansion, puisque les plantes à fleurs dominent à plus de 90% le monde végétal...    Et en ce jour où les fleuristes sont plus souvent ouverts que les kiosques à journaux ET notre revue de presse conséquemment inspirée UNIQUEMENT par des articles en ligne, allez donc sur le site du Monde pour comprendre ce que Darwin appelait un ABOMINABLE MYSTERE... L'apparition dans la chaine de l'évolution -bien après la mousse originelle et les fougères- de l'angiosperme, c'est son nom scientifique mais nous dirons la fleur, à la fin du -jurassique ou au début du crétacé, il y a plus de 140 millions d'années, au temps des dinosaures, la fleur toute entière vouée à sa reproduction, les sépales et les pétales attirent les insectes qui recueillent le pollen de l'étamine et fécondent le pistil des plantes voisines... Et cette bisexualité a permis aux fleurs de survivre et d'envahir notre monde...    C'est un article passionnant où l'on parle de génétique et de mutation, où l'on dissèque l'amour du bourdon pour le halo bleu, où l'on découvre des chercheurs en France ou en Israel qui planchent sur les génomes et cherchent la rose parfaite... car il s'agit des roses enfin et le Monde nous soulage de tant de sciences par ces mots de Maurice Maeterlinck... "L'heure magnifique appartient aux roses de mai...  Un fleuve de la couleur que nous donnons à la jeunesse, à la santé et à la joie "   La joie donc, mais la joie ne nous dispense pas de conscience, quand, lisez dans Ouest France et le Télégramme, des apiculteurs bretons ont commencé hier un convoi mortuaire pour les 20 000 colonies qui sont mortes en Bretagne cet hiver, la marche part ce matin de Pontivy...    La joie pourtant , qui ne nous dispense pas de curiosité... Et avant, d'aller acheter ce matin la rose ou le muguet de mai,  au fait d'où vient-il le muguet et qui le cueille?    Il vient souvent de la région nantaise... qui produit 60 millions de brins, et ceux qui le cueillent sont des migrants roumains, souvent des Roms, venus des bidonvilles de l'agglomération nantaise...  On les appelle des travailleurs saisonniers, le terme est techniquement exact mais Mediacité vient incarner la définition... Mediacité est un site internet consacré à l''information régionale et c'est de la belle ouvrage et des vérités politiques. « Les Roumains travaillent pour survivre, ça change tout », dit un jeune producteur de muguet...   On apprend aussi que ces Roms ne cueillent pas que le muguet mais aussi les radis, que l'on récole à genoux, et cette tâche est la chance des migrants, on s'intègre par le radis et par les cultures maraichères... On trouve même au bidonville une forme de prospérité et on découvre Petre Iancu, agence de recrutement à lui tout seul. « Quand mon patron ou un autre de son groupement me dit qu’il a besoin de 40 personnes pour dans une semaine, je trouve des volontaires : la famille, les amis puis les autres »   Et ainsi la France s'entrouvre.      Des histoires d'expulsions dans nos journaux.....     Qui sont l'envers de l'intégration par le radis, des expulsions auxquelles s'opposent des militants... et des journaux qui relaient leur combat. Sur le site de la Provence, on voit la photo de la famille Hysolli, le père Gjegji et la man Merita, les enfants Aledja 9 ans et Renato 13 ans, scolarisés à l'école Persil-Pouzaraque et au collège Joseph-Vernet, à Avignon, "parfaits exemples d'une intégration expresse et réussie" dit la Provence, mais sous le coup d'une obligation de quitter le territoire... Leur histoire ressemble pourtant aux valeurs que nous défendons...     Les Hysolli ont fui l'Albanie sous le coup, d'une vendetta familiale car le clan du papa, Gjirgji, musulman, n'accepte pas son union avec Merita, chrétienne orthodoxe, et le petit Renato, aurait été amputé de deux doigts pour avoir tracé une croix au sol, des bonnes soeurs défendent cette famille... La Provence y croit, pas l'administration....    Même histoire ou si proche dans Libération mais surtout dans Midi Libre qui accompagne depuis plusieurs jours les défenseurs de Moussa, jeune guinéen sans papiers, interné en centre de rétention à Nîmes, qui a failli être expulsé dimanche dernier, mais a été préservé par le commandant de l'avion. Le jeune homme est homosexuel. En Guinée, son compagnon a été brulé sous ses yeux. Il risquerait le même sort s'il est expulsé... L'administration y est insensible dans notre pays où l'on refuse les persécutions religieuses et l'homophobie mais qui se refuse à ses victimes, européennes ou africaines, quand elles n’ont pas de chance.       

L'Afrique et la France encore mais en chanson...    

L'Afrique qui intrigue Rue89, qui raconte, àGlégouiné dans l’Ouest ivoirien, la première femme chef d’un village, Agnès Zou Gaoudé.

L’Afrique qui nous a inspiré jadis d'étranges engouements que nos ancêtres croyaient innocents, et Slate vient gratter nos oublis... Le journal revient sur la mort de la chanteuse Rose Laurens, interprète de Africa, et inscrit sa chansonnette lascive tissée de grigris et de sorciers vaudous dans la longue tradition de notre chanson coloniale, un genre politique et sexué qui accompagnait notre politique impériale, puisque nous venions civiliser des peuplades naïves, offertes, envoutantes et désirables... Et l'on redécouvre avec embarras l'adorable Bourvil chanter la belle Timichine la Pou pou, Mayol fantasmer sur la flute en acajou du  tirailleur Boudoubadaboum, et Aristide Bruant, le géant de Montmartre, l'inventeur de la chanson réaliste, beugler "la Noire", chanson militaire...    

Vive la noire et ses tétons.. Ce fut nous, c'est dans Slate, au joyeux mois de mai.   

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.