Et que Nord Littoral nous montre à sa une, le visage à peine visible, "empaquetée sous plusieurs couches de vêtements, capuche sur la tete", dans une maison qui s'effondre,

"un lambeau de plafond bâille comme une vieille semelle, l’humidité a pourri chacun des murs », sans gaz ni électricité, il faisait moins un degrés à l'intérieur le jour où Nord Littoral a rencontré Micheline Macrory, 62 ans, au 116 de la rue Reigner. Et c'est une histoire d'abandon que raconte le journal, une veuve qui survit d'allocations et de la charité des voisins, et qui a aussi fabriqué son malheur, refusant les appartements qu'on lui proposait pour ne pas se séparer de ses chiens... Elle en a cinq, Michelin et  les bailleurs n'en veulent pas, et elle reste dans son taudis avec ses bêtes, rue Reigner au coeur de Calais... Sa folie ou son ultime liberté...

C'est une histoire étrange dans l'air glacé de la journée,quand les grands journaux du Sud Ouest nous racontent la neige, journée blanche titre Midi libre qui ose un émerveillement d'enfants, puisqu'à Montpellier les jeunes gens ont découvert la glisse sur des luges ou même des tapis de yoga... Et en même temps la neige a amené le chaos sur les routes. La Dépêche titre sur la Région paralysée, le site de midi libre a raconté la galère de Virginie, partie de Millau en Aveyron pour rejoindre Marseille avec sa mère et ses deux enfants et qui a fini par faire du stop pour rejoindre un refuge...

Ce sont des histoires que nous racontons aussi... mais qui ne seront qu'un souvenir vite dissipé... Quand pour Micheline le froid n'a pas de fin... 

Le futur et le bonheur sont au menu des hebdomadaires

Et cet optimisme des lmagazines fait contraste avec le malheur social et les peurs d'apocalypse, quand Libération, terrible histoire, raconte la plus grande nappe phréatique d'Europe, en Alsace, menacée par des tonnes de déchets toxiques... 

On nous raconte dans l'Express, la science du bonheur. Un ingénieur de Google, il s'appelle Mo Gawdat, a travaillé douze ans pour établir son algorithme, l'équation absolue à mettre en place dans nos vies... Il faut se débarrasser de grandes illusions,  l'ego, la peur, et il faut se raccrocher aux vérités, le présent, l'amour, la mort: dit comme ça, cela semble simple, mais il y autre chose chez Gawdat au crane chauve et au sourire habité, dont les théories sont un livre best seller... Il s'est mit à écrire quand son fils st mort, il s'appelait Ali, il avait 21 ans et on n'échappe pas à la fatalité de nos vies...

Peut-on pourtant fuir nos corps? Le Point a l'optimisme scientifique et nous annonce les prodiges de la génétique... Car on sait découper l'ADN grâce à une française, Emmanuelle Charpentier, et le Point rêve d'une toute-puissance pour le genre humain... En Chine, on essaie, en manuipulant les gènes, de trouver l'arme absolue contre les cancers, et on pourra supprimer ce qui rend la cacahouete intolérable aux allergiques? Il faut lire Le point aussi pour la sagesse de Mme Charpentier, qui modère l'enthousiasme de ses admirateurs... Et sa sagesse fait écho à celle de Cedric Villani, expert national en intelligence artificielle, qui pose dans l'Obs les enjeux de cette IA en pragmatique modéré: avant d'avoir peur, il faut déjà, simplement, former des statisticiens, et des maîtres en apprentissage automatique...

L'avenir est donc à nous, tout est possible dans notre monde moderne, même les plaisirs un peu honteux... Vous lirez dans le Monde que les vieux sex-shops dépérissent, remplaces dans des quartiers mieux lotis par des love stores, des magasins d'amour, clair et sympas lis-je,  où les bobos et les jeunes filles honnêtes achètent vibro masseurs et huiles de massage... Les ventes explosent a la saint Valentin car le love store favorise l'épanouisement du couple, si le sex shop prospérait sur la frustration sexuelle... 

Il est des amours plus simples?

Une jeune femme célèbre pose enceinte à la Une de Match, les fans du feuilleton marseillais "plus belle la vie" la connaissent, Laetitia Millot attend une petite fille et cela concerne bien des gens... Pour y parvenir, elle a du subir deux opérations, la dernière en 2017 a duré 7 heures... Car Laetitia Millot est malade depuis son enfance, d'une maladie qui tord le bas ventre et touche une femme sur dix, l'endométriose, une expansion du tissus utérin qui tapisse de nodules les organes génitaux... Des femmes, c'est sur le site Cheek magazine, choisissent de se faire enlever l'utérus pour ne plus souffrir... D'autres se battent...  Sur le site de la Montagne, vous lirez les témoignages d'Estelle et Céline, jeunes auvergnates victimes de ce cancer qui ne tue pas... Elles n'ont pas eu d'enfant, pour l'instant, et le bonnheur d'une star, en une de Paris Match, fait écho à leur attente... 

On parle aussi du bonheur du club de football de Chambly

Un bonheur teinté de deuil, pour Chambly, ce club de national qui hier à Beauvais a éliminé Strasbourg en quarts de finale de la coupe de France, pauvres professionnels strasbourgeois qui ont vécu la frustration de l'enfer dans le vent violent et glaciam, lis-je dans l'Equipe, "sur un terrain dur et bosselé où le ballon faisait des bonds" mais seul compte Chambly, à la Une du Courrier Picard et de l'édition de l'Oise du Parisien... "Historique"; dit le Parisien.. Mais la joie s'est mêle de larmes aussitôt, quand les vainqueurs ont appris la mort du fondateur du club, Walter Luzi, juste après le match... Un immigré italien qui avait créé un club aux couleurs noir et bleu de son cher Inter de Milan, le père du président et de l’entraîneur actuel... et on découvre Chambly, dans le Parisien, dans l'Equipe, dans le Courrier picard,  et dans France Football, une histoire simple en province d'un club porté par deux familles, les Luzi, et les Doucouré, ceux-là venus du Mali: Gaharo est le capitaine et Lassana qui fut plombier a marqué hier soir... Italiens et Malien et Picards, vainqueurs et en larmes, l'équation simple de nos vies. 

  

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.