Par Hélène Fily.

Aux abonnés absents.

On capte mal, visiblement. Les 343 salauds ne décrochent plus. Injoignables, Frédéric Beigbeder, Eric Zemmour, Richard Malka. Dépassés sans doute par la polémique qui enfle depuis mercredi. Ils trouvaient l'idée provocatrice mais humoristique : un manifeste contre la proposition de loi prévoyant de mettre à l'amende les clients des prostituées. Revendiquer le droit "d'aller aux putes", comme ils disent. Oser le parallèle avec le manifeste de 1971, 343 femmes défendant le droit à l'avortement. Les réactions ont été immédiates, sur les réseaux sociaux, dans les journaux, avant même la parution du magazine tout aussi provocateur qui relaie cette pétition, le magazine Causeur . A tel point que ces "salauds", aujourd'hui, se font discrets, et ceux qui parlent font marche arrière. Nicolas Bedos dans Le Parisien/Aujourd'hui en France regrette le tour militant que le manifeste a pris. Nicolas Bedos, filleul de Gisèle Halimi, initiatrice du manifeste des 343 salopes, rappelle le quotidien. On sent sa gêne : " je n'ai pas réalisé que ce serait un tel blasphème". Le chanteur Antoine ne dit pas autre chose. Il militait pour un texte plus mesuré, incluant la signature de femmes. Finalement il se laisse embarquer et quand il veut se raviser, dit-il, trop tard. Le manifeste a fuité, son nom avec. Les 343 salauds, qui ne sont en fait que 19 risquent bien de perdre quelques signatures.

Les clubs de foot paieront donc comme tout le monde la taxe à 75% sur les plus hauts revenus ...

La presse en parle encore beaucoup ce matin. "Hollande ne lâche rien", titre de L'Equipe . "Il garde le but" pour Libération . "Il se fâche" dans Le Figaro . "Il devait gagner ce match là pour l'honneur du maillot", ça c'est l'édito de La Voix du Nord . Pas d'aménagement donc pour la taxe. Elle toucherait environ 120 joueurs dans 14 clubs, et devrait rapporter 44 millions d'euros à l'Etat. " A les croire, chaque euro va compter". Rue 89 a donc décidé de les aider, non sans ironie. Le site d'information leur donne 14 idées pour trouver de l'argent.

  • A Guingamp, il conseille d'embaucher des vigiles beaucoup plus costauds pour éviter que les supporters envahissent le terrain comme l'année dernière. Ca coûte cher, 75 000 euros d'amende.

  • A Toulouse, il faut mieux jouer, ça ferait venir du monde au stade. La billetterie leur dirait merci.

    • Et puis à Louis Nicollin, président du club de Montpellier, Rue 89 conseille de se calmer. Ah, il s'emballe, il s'emballe Louis. "Je double la prime ", ‘je triple la prime’, c’est apparemment sa phrase préférée, devant les caméras dans les vestiaires. En 2010, après une victoire contre Marseille, Nicollin avait même quadruplé la prime suscitant l’hystérie de ses joueurs. Le site pronostique, "Si Loulou respecte les contrats signés, il retrouvera vite ses 400 000 euros."

Retrouvé grâce à un téléphone portable, planqué sous le siège de sa voiture

Rédoine Faïd, braqueur multirécidiviste. Les secrets d'une cavale à lire dans Libération ce matin. Le quotidien consacre quatre pages à sa spectaculaire évasion, en avril dernier de la prison de Sequedin dans le Nord ; racontée avec force de détails, documents et photo de l'enquête à l'appui. "Rédoine était très, très calme ce jour là, se souvient un détenu. Pas comme d'habitude, très concentré." Un brigadier de la PJ de Lille décrypte : « l'évasion était préparée telle une opération militaire. Il a géré son temps, son matériel, sa protection, le tout a duré 24 minutes ».

Mais ce qu'on apprend surtout dans cette enquête, c'est comment l'évadé a été repris. "Un indic l'a plombé". Une source proche de l'enquête raconte : "Faïd comptait se réfugier à Tel Aviv. Il a donc essayé d'acheter un faux passeport". Le jour de tractation le vendeur balance un portable ouvert sous le siège de sa voiture. Ca a permis de le localiser, après 47 jours de cavale.

Vous n'y échapperez pas ce matin, 1er novembre

C'est la Toussaint et vos journaux entrent au cimetière ; comme Internet, si l'on en croit Le Parisien/Aujourd'hui en France . Les tombes interactives, on vous en parlait déjà dans le zoom de la rédaction. Quoi d'autre ? Les chrysanthèmes se vendent mal, le marché se transforme, la formation s'adapte. "Le 10 décembre prochain, un DUT de management funéraire fait son entrée à Dauphine, à Paris", nous apprend Le Figaro . Quant à L'Express , croyez-le ou pas, il nous parle d'écologie. "La crémation, première source de pollution au mercure dans l'Hexagone. Une catastrophe écologique d'après la revue les 4 saisons du jardin bio", citée par l'hebdomadaire.

L'"Airpocalypse", pollution à une toute autre échelle, avec une photo ce matin, prise par la Nasa. Celle d'un immense nuage gris foncé qui a recouvert la semaine dernière une ville chinoise, Harbin, au moment en fait où le chauffage collectif au charbon a été remis en marche. On peut la voir sur le site du Monde et on en a aussi un aperçu avec le reportage de Libération . En Chine, les pics de pollution sont de plus en plus fréquents. Les métropoles étouffent. Les gens s'échangent des remèdes de grands-mères, manger des champignons noirs, boire du sang de cochon.

Pourrait-on prédire la prochaine catastrophe écologique ?

Eh bien, si l'on en croit, Frédéric Filloux, dans le supplément Enjeux les Echos du mois de novembre, on pourrait prédire bien plus, et rien qu'en scrutant le Web : le prochain séisme politique, la prochaine vague terroriste... De jeunes start-up se sont spécialisés dans cette veille un peu particulière sur Internet. Elles relient des évènements qui n'ont à priori rien à voir entre eux. Lus sous un éclairage particulier, ils peuvent aboutir à certaines prédictions. Ça intéresse beaucoup de monde, raconte Frédéric Filloux. La jeune entreprise Recorded Future, start-up suédoise, bénéficie par exemple du soutien financier de la CIA, de Google. Elle compile plus de 25 000 sources, sites d'infos, blogs ultra pointus, rapports parlementaires, financiers. "Lire dans la Toile comme dans une mare de café". C'est donc la leçon ce matin, restez connectés.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.