Travailler plus pour gagner plus... "Y a une vie après le slogan", comme dit Didier Louis dans Le Courrier Picard... Travailler plus pour gagner plus... Aujourd'hui, 1er octobre, les heures sup font la Une... Les heures supplémentaires défiscalisées entrent en vigueur... Alors Le Figaro met en avant le coup d'envoi de cette mesure-phare du programme de Nicolas Sarkozy... mais note qu'elle est délicate à mettre en oeuvre... D'autant, explique le quotidien, que cette réforme arrive dans un climat économique morose... Du coup... c'est la Une de La Tribune... "Les entreprises ne sont pas emballées par les heures sup défiscalisées"... Et dans son éditorial, Pascal Aubert se demande : "Travailler plus pour gagner plus... Mais comment ?"... "Les chefs d'entreprise savent bien que des heures supplémentaires ne sont envisageables qu'avec un surcroît d'activité... Or le fameux point de croissance, que le Président de la République se dit prêt à aller chercher 'avec les dents', ne sera là ni demain ni dans un mois... pas même dans un an"... Pour Les Echos, ce 1er octobre, c'est "le jour J pour un grand pari"... Mais en même temps, s'alarme Jean-Marc Vittori dans son éditorial, "y aurait-il une malédiction ?... La droite gagnante semble condamnée à la croissance perdante... Balladur en 1993... Chirac et Juppé en 95... Raffarin en 2002... Et maintenant Sarkozy"... Ces heures sup défiscalisées, "c'est la promesse emblématique de Nicolas Sarkozy", rappelle, dans Le Midi Libre, Michel Noblecourt... "Sauf qu'aujourd'hui, les conditions ne sont pas réunies pour que le slogan ait les effets magiques que le candidat, le temps d'une campagne, a fait miroiter"... Et pourtant... "Il est vital, pour le gouvernement et le Président, que les heures supplémentaires, ajoutées à d'autres mesures de plafonnement des niches fiscales et de taxation des stock-options, viennent contrebalancer ce sentiment, martelé par l'opposition, que le reste du paquet fiscal n'était qu'un cadeau aux riches", écrit Alexandre Morel dans La Montagne... Et pour l'éditorialiste, "sur le chemin des réformes à venir, le coût des heures sup, au parfum de quitte ou double, va lourdement peser"... Et ce, d'autant plus que vos journaux économiques rappellent les chiffres publiés vendredi par l'INSEE, et qui confirment que le PIB français progresse d'à peine 1,3% en rythme annuel... Ce qui est bien loin de l'objectif présidentiel... C'était il y a 12 ans... Les attentats de 1995... dont celui du RER Saint-Michel, qui avait fait 8 morts... A partir d'aujourd'hui, celui qui est accusé d'avoir financé et supervisé cette campagne terroriste comparaît devant la Cour d'Assises spéciale de Paris... Et avant cette audience, Libération a interviewé Rachid Ramda... une interview indirecte... Les questions lui ont été transmises... Le prisonnier a transmis, lui, ses réponses... Cette interview, vous la lirez dans Libération donc... L'homme y réfute dans l'ensemble les accusations, et prétend ne pas connaître les auteurs de ces attentats... Alors, s'interroge Laurent Joffrin : "pourquoi publier cet entretien ?"... Eh bien, répond l'éditorialiste, "parce qu'il nous en apprend plus sur les moyens de combattre ce phénomène contemporain et obsédant qu'est le terrorisme... L'itinéraire de Ramda, poursuit Joffrin, montre que la chute d'un intellectuel dans ces mouvances sanguinaires a un point de départ... Et cette origine, c'est la situation honteuse faite aux populations de nombre de pays musulmans par leurs propres dirigeants... C'est aussi là que se trouvent les racines du mal... Et pour les couper, les démocraties feraient bien d'y prêter plus d'attention"... Tous fichés... Vous en doutiez ?... Eh bien, c'est peut-être pire que ce que vous pensiez... Fichés dès la maternelle... Cela s'appelle la "base élèves"... L'Humanité la dénonce ce matin, cette "base élève"... sous le titre : "Tous les écoliers mis en fiche"... Ce logiciel de l'Education Nationale fait aussi l'objet d'un dossier du magazine Bretagnes... Alors d'abord, de quoi parle-t-on ?... Eh bien d'un logiciel dont la vocation est de permettre un pilotage plus efficace des écoliers... Inscription, état-civil, parcours scolaire, suivi pédagogique ou psychologique... Ce dossier, explique L'Humanité, est rempli par les directions d'écoles maternelles et élémentaires... Il comprend donc un large éventail d'informations individuelles, voire confidentielles... Alors "base élèves" n'est pas nouveau... Depuis 2005, 21 départements l'expérimentent... Mais si l'on en parle plus aujourd'hui, c'est parce que, depuis septembre, son utilisation a été étendue à 77 départements, avant une généralisation prévue dans deux ans... De plus en plus de départements soumis à ce fichier... c'est de plus en plus de parents inquiets... Dans le magazine Bretagnes, les protestations d'une mère d'élève... Victoire explique que, jusqu'alors, pour inscrire un enfant à l'école, il suffisait de donner son état-civil et de fournir son carnet de vaccinations... Aujourd'hui, il faut donner également la nationalité... Un détail certes, dit-elle... Mais par les temps qui courent, rien n'est moins sûr... D'autant que les champs à remplir dans les fiches des élèves sont nombreux... Date d'arrivée en France... Langue... Culture d'origine... Et puis aussi absentéisme... Et comme d'autres, cette mère demande que chaque parent puisse dire s'il accepte de voir son enfant enregistré dans un fichier national... identifié par un numéro qui le suivra au moins 15 ans... Les mêmes inquiétudes dans L'Humanité... d'autant que cette "base élèves" n'est pas uniquement un dossier informatisé... c'est une mise en réseau des données sur Internet... consultable en ligne par les écoles, les inspections académiques, les rectorats et les mairies... Et quid de la CAF ?... la Caisse d'Allocations Familiales... s'interroge la journaliste de L'Huma... La question n'est pas mince quand on sait qu'elle a aujourd'hui le pouvoir de supprimer les allocations familiales en cas d'absences répétées d'un enfant à l'école... Dans Bretagnes, à côté de la mère de famille... un entretien avec l'inspecteur d'académie d'Ille-et-Vilaine... "Il ne faut pas céder aux fantasmes", dit-il... Pour lui, si autant de directeurs d'école sont contre ce logiciel, c'est qu'il les empêchera de gonfler leurs effectifs... "A l'heure actuelle, nous avons du mal à connaître avec exactitude les caractéristiques de nos élèves... Par exemple, les situations de handicap... Et si je ne sais pas quels sont les enfants handicapés, je ne peux pas leur attribuer les compensations prévues par la loi"... Et l'inspecteur d'académie de donner un autre exemple... "Dans ce fichier, chaque élève aura un identifiant, qui le suivra pendant toute sa scolarité... Cela permettra de savoir exactement quelle école il fréquente... Et pour la justice, ce n'est pas inutile... Régulièrement, lorsque des enfants sont enlevés par l'un de leurs parents, le ministère nous demande de procéder à des recherches... Aujourd'hui, cela prend des mois"... Alors, conclut Jean-Charles Huchet, "quand on entend les parents d'élèves ou les directeurs d'école, on a l'impression qu'on est confronté à Big Brother... Mais cet outil a été conçu pour rendre service, et non pour nuire ou limiter les libertés"... "Noir, c'est noir... Il reste l'espoir"... C'est La Montagne qui nous le fait en chantant ce matin... On parle rugby... Ca ne vous a certainement pas échappé : la France termine deuxième de sa poule, au terme de la première phase de la Coupe du Monde... Et cette deuxième place, elle emmène le XV tricolore à Cardiff, pour jouer son quart de finale face aux Néo-Zélandais... "Vivement samedi !", s'écrie L'Equipe... Et en même temps, on a un peu de mal à y croire... Parce que, certes, les voyages forment la jeunesse... Mais quand même... "La France contrainte de s'exiler au Pays de Galles... C'est un bogue monumental dans une programmation un peu trop bien réglée", écrit Jacques Camus dans La République du Centre... "C'est la revanche de la glorieuse incertitude du sport sur les combines de l'organisation"... Bref... "A nous les Blacks", titre La Dépêche du Midi... Et dans L'Equipe, Bernard Laporte affirme : "C'est du 50-50"... Bon, ça, c'est "la méthode Coué", ironise l'éditorialiste du quotidien sportif... Et il rappelle la phrase-clé de cette méthode : "Tous les jours, et à tout point de vue, je vais de mieux en mieux"... Dans le genre positif... L'Equipe préfère quelques repères simples... "Aucune équipe, aussi prestigieuse soit-elle, n'est imbattable... pas plus le Brésil du foot, les Etats-Unis du basket, que la Nouvelle-Zélande du rugby... Et cette théorie est confirmée par le fait qu'en 20 ans et 5 éditions, les Blacks n'ont gagné qu'une fois la Coupe du Monde"... Ben voyons !... Pour Sébastien Varnier, dans La Voix du Nord, "honnêtement, la logique dicte plutôt de miser sur la Nouvelle-Zélande... Les Blacks sont impressionnants... Ils sont les grands favoris de la compétition... Et les dernières confrontations avec les Bleus ont sonné comme autant de gifles et de leçons de rugby"... Parce que c'est bien ça, la seule question qui compte aujourd'hui... "La question du jour" dans La Croix : "Les All Blacks peuvent-ils être battus ?"... Et c'est l'un des anciens entraîneurs des Bleus du Mondial de 1999 qui répond... "Bien sûr qu'ils ne sont pas invincibles... Ils s'affolent parfois lorsqu'ils sont menés au score (en même temps, c'est le manque d'habitude)... Et puis en France, ils ont eu la poule la moins difficile des grandes nations... Ils n'ont disputé que des matches faciles... Ca peut devenir un handicap, à l'heure de rencontrer des gros bras"... Les gros bras, en l'occurrence, ce seront ceux des Français... Et sinon, dans le monde du rugby... Eh bien Augusto Picho, le capitaine des Pumas, fait la Une du Clarin... le quotidien le plus lu d'Argentine... "Nous voulons continuer d'écrire l'histoire du rugby argentin"... Quant à l'Irlande... Le Daily Telegraph estime que le sélectionneur de l'équipe pourrait bien perdre sa place, après l'élimination d'hier... "Je reste !", affirme l'intéressé à The Irish Independent... qui, du coup, titre : "Le cauchemar continue"...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.