Patrick COHEN : La Revue de Presse à deux voix, comme chaque vendredi... Les journaux français avec Bruno DUVIC. Les journaux étrangers, lus par Guyonne de MONTJOU. Un point commun, en cette fin de semaine : le Brésil à la Une. Elections dimanche. Après Lula, voici Dilma... Guyonne de MONTJOU : Dilma Rousseff : robuste femme aux cheveux courts... Le dernier sondage du quotidien brésilien Agora, lui accorde 47% d'intentions de vote au premier tour. Il faut se rappeler qu'en janvier, elle dépassait à peine la barre des 20% d'opinions favorables. Sa remontée au fil de l'année est d'autant plus remarquable que Dilma Rousseff n'a pas été aidée par la presse brésilienne. Le Courrier International décrit le paysage médiatique du pays : quatre grandes familles se partagent le contrôle des journaux et des télévisions. Et elles penchent toutes plutôt à droite. La campagne électorale a été pavée de calomnies, de Unes agressives, décrivant Lula comme un "poulpe qui étend ses tentacules sur le pays" et Dilma Roussef comme "une redoutable dame de fer". Bruno DUVIC : Dilma, moyennement populaire dans la presse brésilienne... Lula, superstar des journaux français... "Allelula !", pouvait-on lire sur le site de Marianne cette semaine. C'est "le Mandela du Brésil", pour La Croix. "L'homme qui incarne un moment-clé, résume Alain Frachon dans Le Monde : l'accès du Brésil au statut de grande puissante émergente". « Lula, écrit Jean-Marc Vittori dans Les Echos, c'est un François Mitterrand qui aurait réussi. Ils sont les deux seuls élus sur une étiquette socialiste. Mais Lula, lui, a réduit la pauvreté ». Vous trouverez des études détaillées dans les hors-série que Le Monde Diplomatique et Le Monde tout court publient sur le sujet. Le défi maintenant, pour La Croix, c'est l'éducation. L'élan est encore fragile. Reste que le Brésil est aujourd'hui un acteur de ce que La Tribune appelle "le grand basculement du monde". Les pays émergents prennent le relais de l'Occident et du Japon pour tirer la croissance économique mondiale. Guyonne de MONTJOU : Et il y en a un qui ne l'aurait pas compris : c'est Barack Obama… Le chroniqueur du New York Times décrypte le dédain de Washington pour Rio de Janeiro. Roger Cohen affirme que le Président américain n'a pas du tout pris la mesure des émergents : il est comme coincé dans l'ancienne grille de lecture, plutôt Est-Ouest que Nord-Sud. Effrayés de perdre leur hégémonie sur le monde et la région, les Etats-Unis font l'autruche. De leur côté, les hommes d'affaires brésiliens ne s'en portent pas plus mal. ils trouvent en Chine et en Asie tous les investisseurs qu'ils veulent. Un banquier sud-américain confie au NY Times que, contrairement aux Américains, au moins les Asiatiques ne lui font pas de leçons de morale. Bruno DUVIC : Et que nous dit Lula à nous, Européens ? Y a-t-il un "lulisme", un style de gouvernement ? Réponse de Politis en quelques mots : recherche du consensus, pragmatisme, charisme, simplicité... C'est aussi l'homme qui a su cumuler orthodoxie financière et lutte contre la pauvreté. Bref, dans l'Europe coincée entre les marchés et la crise, il y a des leçons à prendre. Guyonne de MONTJOU : Oui... Pas de répit dans l'Europe en crise… Ce matin, l'Irlande est en manchette de la presse économique européenne. L'ancien tigre celtique est à la Une du Financial Times, du Herald Tribune, du Wall Street Journal... J'arrête là, Bruno ? Bruno DUVIC : Oui. Parce que Le Figaro est déjà au bord de l'apoplexie : "L'Irlande est saignée par ses banques". Un nouveau plan de sauvetage est mis en place. Il fait exploser le déficit du pays à un tiers de la richesse nationale. "L'Europe est sonnée". L'Irlande, mais aussi l'Espagne : "Dans le rouge", selon Le Parisien-Aujourd'hui. Le Portugal, "qui baisse les salaires de 5% pour calmer les marchés", dixit Le Figaro. Et en France ? Manifestations contre la réforme des retraites demain. Y aura-t-il des jeunes dans les cortèges ? C'est l'un des enjeux. "Les jeunes sont au bord de la révolte", pour L'Humanité Dimanche. C'est "la génération sacrifiée", selon Le Monde. Le nombre des moins de 25 ans à la recherche d'un emploi depuis un an et plus a augmenté de 72% depuis 2008. Patrick COHEN : Après l'Europe, direction l'Inde à présent... Guyonne de MONTJOU : Oui ce grand pays s'est réveillé dans un climat lourd d’angoisses : celles de voir ressurgir un conflit inter-religieux au nord, à Ayodhya. Vous vous en souvenez peut-être : en 1992, des extrémistes hindous y rasaient une mosquée. En une journée, 2000 personnes avaient été tuées. C'est donc un sujet sensible, en Inde, que ce site d'Ayodhya... Ce lieu est sacré pour les Hindous, qui croient que le Dieu Rama y est né, et pour les Musulmans, présents sur le site depuis le 16ème siècle. Le grand quotidien Times of India consacre quatre pages entières au sujet ce matin, décrivant le climat dans la région très lourd... comme une veillée d'armes. Car hier, la Haute Cour a décidé que le site sacré serait divisé en trois parties : deux pour les Hindous et une pour les Musulmans. Le verdict ne satisfait personne et inquiète beaucoup les commentateurs indiens. La police a déjà arrêté 10.000 agitateurs potentiels autours d'Ayodhya. Elle a contraint 100.000 Indiens religieux à signer un papier d'engagement dans lequel ils promettent de ne pas semer le trouble après la décision. Les deux communautés religieuses ont annoncé qu'elles feraient appel. Bruno DUVIC : A la Une de la presse française : "Contador a-t-il triché ?" : c'est le titre du Parisien. Du clenbutérol dans les urines du triple maillot jaune... C'est un anabolisant qui sert à fabriquer du muscle. Le cycliste plaide la contamination alimentaire. "Contador dopé à la viande", titre Libération. Est-ce que sa position est crédible ? Débat d'experts dans les colonnes de Libé. Tout cela donne de l'appétit à Chenez, le dessinateur de L'Equipe... "Contador : contamination alimentaire ?". Il croque un cochon bien dodu, avec un tatouage "I love Contador" sur le jambon. Et le cochon chipote du groin, vexé : "Pour une fois qu'on s'intéresse au sport...". L'Equipe qui, par ailleurs, laisse entendre ce matin que Laure Manaudou pourrait reprendre la compétition... Tout autre sujet, Guyonne : scoop à la Une du Wall Street Journal... Guyonne de MONTJOU : Oui, c'est un scoop qui nous vient directement de Corée du Nord, une fois n'est pas coutume... Un journal de Pyongyang a publié la photo du dictateur en herbe Kim Jong-un. Jusqu'à maintenant, on se contentait d'un cliché flou pris il y a dix ans. A présent, le visage joufflu et plein de promesses de ce garçon de 27 ans apparaît au grand jour, avec une absence sidérale d'informations à son sujet. Ce qu'on sait simplement, c'est que l'héritier présumé du pouvoir nord-coréen ne gouvernera pas seul : si le site de l'ancienne patronne de Vanity Fair, The Daily Beast, dit vrai, alors sa tante diabolique devrait l'aider dans sa nouvelle charge. Kim Jong-hui est la soeur de l'actuel homme fort. Alcoolique notoire, elle aurait conduit sa fille unique jusqu'au suicide il y a quatre ans. Cette tante terrifiante et ce neveu resté flou malgré la photo pourraient, très bientôt, avoir les ongles à proximité du bouton de la bombe atomique. Patrick COHEN : Et pour finir, Bruno DUVIC, hommage à deux disparus, dans la presse française... Bruno DUVIC : "Eternellement nôtre"... "Tony Curtis est passé du chaud au froid", titre Libération. Gérard Lefort en fait l'archétype de l'hétéro folle. Curtis : six épouses officielles et moultes escapades, dont Marilyn. Mais Lefort le voit comme une icône crypto-gay dans la série "Amicalement Vôtre". Et puis il y a "Certains l'aiment chaud", évidemment. "On peut être un tombeur de filles et triompher au box-office travesti en poule de bastringue". Tony Curtis... et Georges Charpak... "Physicien populaire", titre Le Monde. Dans le contexte politique, l'histoire de Georges Charpak résonne dans la presse... Petit Juif arrivé en France à l'âge de 7 ans... "Mais il y a quelques années, raconte son fils dans Le Parisien, il a failli se retrouver apatride : l'administration lui demandait de prouver qu'il était Français en amenant des papiers. Or, son village d'origine n'existait plus, évidemment. Mon père était extrêmement en colère". Le mot de la fin à Daniel Ruiz, dans La Montagne... "Georges Charpak, physicien français, immigré, Polonais, Juif, résistant, interné, Prix Nobel : c'est toute la richesse et la diversité de notre pays, toute la fertilité de la France. Juste notre Histoire"...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.