Souvent, quand on écoute des parents qui discutent avec leurs enfants...

Dans le train, dans le métro, dans la queue à la boulangerie – on entend des phrases du genre : « C’est pas beau de montrer du doigt ! », « C’est pas beau de faire des grimaces ! », « C’est pas beau de dire des gros mots ! », « C’est pas beau de dire que la dame, elle est très moche et elle est vieille ! » Aux gosses, on explique ce qui n’est pas beau, mais rarement, on s’attarde à leur montrer l’inverse : leur montrer, donc, ce qui est beau. La rosée du matin sur les fleurs du jardin… Le coucher du soleil – regarde, le ciel est tout rose… Ou alors une sculpture, une photo, un tableau…

Pourtant, si l’on en croit Jean-Pierre Changeux, l’un des plus grands neurobiologistes contemporain, le contact avec les œuvres d’art serait bénéfique pour le cerveau. Lui-même collectionne les peintures anciennes, et dans son dernier livre, « La beauté dans le cerveau », il réfléchit au mécanisme qui se met en place quand on est en situation de contemplation… « Le cerveau produit l’art, et l’art agit sur cerveau », explique-t-il dans les colonnes du mensuel BEAUX ARTS… Et le neurobiologiste d’insister sur l’importance de l’éducation artistique dès le plus jeune âge, car une éducation au geste, à la culture et à l’histoire est aussi, selon lui, « une éducation à la citoyenneté : en découvrant les œuvres d’art, on fait l’expérience des autres »… Avant donc d’apprendre à nos enfants ce qui est laid, il suggère de leur faire découvrir ce qui est beau.

Mais encore faut-il savoir ce que c’est que la beauté. Qu’est-ce que la beauté aujourd’hui ? C’est précisément la question que pose le magazine ! Dossier riche et très éclairant, qui s’appuie même sur une enquête : « le beau vu par les Français »… Où l’on apprend que pour les sondés, la peinture idéale est celle d’un paysage… Loin devant celle d’un visage ou bien celle d’un nu… A une large majorité, les personnes interrogées estiment également que la beauté d’une œuvre est liée au plaisir qu’elle procure, et que la beauté rend heureux, même si elle est de plus en plus absente du monde actuel.

De plus en absente, tout en étant partout, analyse pour sa part le philosophe Yves Michaud… C’est toujours dans BEAUX-ART, il faut lire ce qu’il écrit, c’est vraiment passionnant. Il explique que l’on est entré dans une période où « la beauté se pose dorénavant partout, mais sans adhérer nulle part » et il décrit ce qu’il appelle « l’esthétisation du monde »… Les vêtements doivent être beaux, les objets doivent être beaux, les hommes, les femmes doivent être beaux… « Paradoxe à peine surprenant, dit-il, même le terrorisme est devenu esthétique quand on voit ses mises en scène »…

De fait, oui, les terroristes se mettent désormais en scène. Le tueur Mohamed Merah s’est même filmé lors de ses crimes. Et demain, c’est le procès de son frère qui va s’ouvrir à Paris. Abdelkader Merah, qui comparaîtra pour complicité d’assassinat… En l’occurrence l’assassinat de sept personnes il y a cinq ans : trois militaires, un père de famille et trois enfants juifs… Pour la première fois depuis la fin de la seconde guerre mondiale, des enfants étaient tués en France parce qu’ils étaient juifs…

Et, pour la première fois, un homme se mettait donc en scène pour se présenter comme un soldat de Dieu, revendiquant ses crimes au nom du groupe Al-Qaïda… En cela, il était « précurseur », note LE PARISIEN DIMANCHE. Précurseur d’un nouveau terrorisme… Le tueur ne pose pas de bombe, il s’approche de ses victimes, une sorte de « terrorisme du contact », explique Xavier Crettiez, spécialiste de l’islam et de la violence radicale… « Mohamed Merah est allé jusqu’à se filmer, et ce narcissisme terroriste était une vraie nouveauté », dit-il. Ensuite il sera imité. Il annonçait la vague d’attentats dont l’Europe est devenue la cible, cette fois au nom du groupe Etat Islamique.

Mais pour revenir à son frère, au procès de son frère, lisons ce que nous dit Elise Vincent dans LE MONDE… Elle évoque un avant-goût d’inachevé… « C’est un procès historique à l’avant-goût d’inachevé qui va s’ouvrir devant la cour d’assises spéciale de Paris… Avant-goût d’inachevé, car il a ce handicap majeur amené à devenir la règle avec les profils kamikazes : l’absence de l’auteur principal, tué par le RAID dans son appartement lors de l’assaut lancé contre lui, au terme de 32 heures de siège, le 22 mars 2012… Juger Merah sans Merah, donc. » Et c’est le titre du papier : « Le procès Merah sans Merah », papier qui revient sur les charges pesant sur son frère, lequel aurait été l’acteur-clé de sa radicalisation…

Mais, comme on peut le lire sur le site MEDIAPART, ce procès sera aussi celui de la lutte antiterroriste, le procès des failles de l’antiterrorisme… Pourquoi n’a-t-on pas détecté la dangerosité de Merah ? Pourquoi ne s’est-on pas inquiété de sa radicalisation ? « Il ne faudrait pas, estime Matthieu Suc, que la mort du tueur exonère les politiques de leurs responsabilités »…

Lire également sur le sujet les mots d’une psychanalyste et d’un sociologue dans les pages de PHILOSOPHIE MAGAZINE… Ils évoquent « les racines du mal », c’est-à-dire ce qui pousse les jeunes gens à s’engager dans le djihadisme… Il ne s’agit pas d’excuser, plutôt d’analyser… La première évoque la disparition de la pulsion de vie et la disparition du lien avec autrui… Le second évoque un renversement de la haine, la victimisation rancunière de jeunes qui se sentent malaimés par la société… Des jeunes auxquels on n’a sans doute pas assez montré la beauté du monde.

Le référendum en Espagne fait aussi les gros titres d’une partie des journaux. Le référendum sur l’indépendance de la Catalogne… Un référendum interdit, mais qui devrait bien avoir lieu… Hier, la moitié des bureaux de vote ont été fermés par les autorités, et les unionistes ont manifesté dans les rues. Mais, ainsi que l’explique LA DEPECHE DU MIDI, la détermination des indépendantistes reste totale… « Epreuve de force en Catalogne », c’est le titre à la Une… « Journée de vote sous haute tension », commente pour sa part MIDI LIBRE, tandis que LA PROVENCE évoque un « référendum de tous les dangers ». Grande photo d’un défilé pour l’indépendance à la Une du bien nommé L’INDEPENDANT CATALAN… Le titre : « El dia clau »… Traduction : « le jour clé »… Autrement dit, « le jour J ». Hier soir, les partisans du référendum occupaient toujours des écoles de Catalogne, afin de pouvoir y installer des bureaux de vote…

Question, sur le HUFFINGTON POST : « Comme la Catalogne, la Corse pourrait-elle organiser un référendum sur son indépendance ? » Et le site de rappeler que l’Assemblée de Corse a voté une motion pour soutenir la démarche des indépendantistes catalans… Mais la Corse n’est pas la Catalogne… En comparaison, c’est même un « nain économique », et il est peu probable que les Corses aient un jour à se prononcer sur une question de la sorte…

Dans LE JOURNAL DU DIMANCHE, un autre dossier politique : « Macron dans le piège », c’est le titre à la Une… Et l’hebdomadaire d’expliquer que l’exécutif est aujourd’hui fragilisé par les attaques sur la réforme de l’ISF… Des attaques venues de la gauche, mais aussi de la majorité… Cela dit, dans le journal, le n°2 du Medef lance ce qu’on peut appeler un vibrant appel : « Monsieur le président, ne cédez pas ! » Pour Geoffroy Roux de Bézieux, l’allègement de la taxation sur les revenus du capital est de nature à lutter contre l’exode fiscal, et il appelle tous les patrons qui se sont exilés à rentrer en France…

Dans la politique également dans LE PARISIEN… Une longue interview de la maire de Paris, Anne Hidalgo… La propreté, les bouchons, le coût des Jeux Olympiques : elle répond aux questions des lecteurs du journal, et je vous laisse lire les réponses. Vraiment rien d’explosif.

Une fois n’est pas coutume, c’est un accident qui fait la Une de L’EQUIPE… L’accident survenu hier soir au stade d’Amiens, lors de la rencontre face à Lille… Après un quart d’heure de jeu, la barrière de sécurité du parcage lillois s’est effondrée… On compte près de 30 blessés, dont cinq dans un état grave… Du côté d’Amiens, on met en cause les supporters lillois, qui se seraient précipités sur la barrière… Mais d’autres voix mettent en cause la sécurité du stade. Quoi qu’il en soit, pour L’EQUIPE, c’est inacceptable, et c’est le titre à la Une.

Plus léger, cette info insolite à la Une de NORD LITTORAL : « La drôle de pêche d’un Calaisien »… A deux pas de la ville, dans la mer du Nord, donc, un homme a pêché un saumon… du Pacifique. Le monde ne tourne vraiment pas rond.

Mais il y a, malgré tout, des choses qui tournent bien… La chanteuse Anne Sylvestre sera sur scène cette semaine à Paris… Elle est rare et c’est peut-être aujourd’hui notre plus grande chanteuse… Mais oui… Soixante ans de carrière, 22 albums et des chansons pas seulement pour enfants… LIBERATION revient sur certaines d’entre elles : « Non, tu n’as pas de nom », « Les gens qui doutent », « Juste une femme »… Des chansons engagées – il n’y a pas que ses Fabulettes. Cela dit, dans ses Fabulettes, je conseille d’aller écouter « La complainte de Coco le geai », c’est une chanson magnifique… Ecouter, ou réécouter les chansons d’Anne Sylvestre, voilà sans doute ce qui peut nous donner une idée de ce qu’est la beauté…

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.