Un vieux chinois se souvient de son père et des morts duvillage, quand les réformes communistes tuèrent des millions de paysans affamés, New York Times. Une ville congelée dans le maoïsme, les Echos. Le courage d’un Mauritanien réfugié chez nous, la Croix. Splendides vieux catcheurs retraités sur la Côte, Nice-Matin.

On parle d'un trou noir...

Un objet céleste dans lequel la lumière et la matière s'évanouissent, celui ci serait de la taille d'une petite boule de bowling, un rond de 9 centimètres de diamètre qui s'affichera sur votre écran d'ordinateur, si vous allez cliquer sur le site Numérama, 9 centimètres de diamètres, mais sa masse serait entre 5 et 15 fois la masse de notre terre... Une concentré de puissance donc mais surtout, ce trou noir se trouverait dans notre système solaire, autant dire me dit l'Obs sur son site "dans notre proche banlieue" , donc "à portée de sondes spatiales..." Et voilà un parfum de science fiction dans l'actualité et même de poésie, car ce trou noir n'est pour l'instant qu'une hypothèse dans une hypothèse c'est expliqué dans l'Obs... En 2016, des savants, constatant que des astéroïdes évoluaient bizarrement au-delà de Pluton, ont supposé l'existence d'une planète, baptisée Planète 9; en 2019, d'autres savants reprennent le dossier et de force équations publiés sur un site scientifique, ArXiv supposent que planète 9 serait en réalité un trou noir primordial, contemporain du big bang. Nous en sommes là mais pouvons nous rêver à ces objets que les mathématiques devinent quand nous ne les voyons pas.

Sur notre pauvre planète, les trous noirs ne sont que les destins des hommes oubliez la poésie.

A la une de la Croix, vous verrez un homme beau juste sorti d'un trou noir. Il se nomme Mohamed Cheikh Mkheitit, il est de Mauritanie,  pays taraudé par l'islamisme et qui reste marqué par l'esclavage, il avait dénoncé sur internet l'utilisation de la religion pour justifier une société de castes et de racisme. Il a été condamné à mort, comme traitre à la foi, il a finalement passé 5 ans et 7 mois en prison,  sans pratiquement bouger avant de sortir et de venir chez nous. A 17 ans  il avait compris qu'il ne pensait pas comme le reste de la société...

Dans le New York Times édition européenne, je vois un vieux chinois Wu Yongkuang, 75 ans, devant le monument aux morts qu'il a construit lui-même dans son village de Gaodadian, 120 habitants dans la province rurale du Hunan. On y lit 72 noms dont celui de son père, tous morts dans la famine que provoqua une collectivisation forcée au temps du grand bond en avant, les paysans chinois mouraient par millions broutaient de l'herbe et qui mangeaient parfois des cadavres déterrés...  

C'est l'un des deux articles à lire ce matin quand on célèbre les 70 ans de la Chine communiste... L'autre article est dans les Echos, il est une fable politique sur une petite ville figée dans le passé, Nanjie, où comme sous Mao, on se lève le matin au son de  « L'Orient est rouge. Le soleil se lève. La Chine a engendré Mao »,on travaille dans des usines municipales et on loge gratuitement dans dans des appartements de la municipalité...  Dans les années 80, quand Pékin a lancé ses réformes économiques, Nanjie a eu peur. "La décollectivisation a provoqué une fragmentation des coeurs", dit le secrétaire du parti local et la ville s'est reconstituée une bulle maoïste, mais qui ne survit économiquement qu'en empruntant aux banques... Est ce une amère poésie que cette illusion?

On parle de la colère à Rouen...

Où après l'incendie de l'usine Lubrizol , je lis dans Paris-Normandie, une réunion du Préfet avec les élus s'est mal passée hier, manifestation au dehors de citoyens et répression policière, et dans la réunion, des élus sur le qui-vive. "Nos concitoyens sont inquiets et leur peur devient colère »,  dit  le président PS de la Métropole Yvon Robert... « Dans les conditions actuelles, il n’est pas question que Lubrizol rouvre, l’écoquartier Flaubert est en réflexion »...  Mais l'Opinion fustige les politiques qui feraient du populisme, voire du complotisme, en épousant les peurs et en exigeant une vérité qu'ils récusent si elle n'est aps assez catastrophique.... Le doute s'étend à la région voisine des Hauts-de-France, l'interdiction de vendre des produits agricoles est tombée sur la tête des paysans dit le Courrier picard,... « Il a beaucoup plu, la plaine est lavée », dit un éleveur du Pas-de-Calais dans la Voix du Nord. Lui veut qu’on le rassure.

Peut-on se sauver seul, a-t-on le choix; dans Libération, chouette et triste reportage, Fanta Macalou et d’autres mamans sillonnent les cités du quartier du Plateau à Villeneuve-Saint_Georges, pour empêcher les mômes de s'entretuer encore;  il y a eu trois morts  en un an dans ce quartier populaire... Parfois Fanta pleure en pensant qu'aux pauvres, on ne laisse pas le choix. Dans le Parisien, je lis que chaque nuit, 400 familles dorment dans la rue à Paris.

Je lis dans le Monde qu'à  Châteauneuf-sur-Loire, près d'Orléans, des citoyens ont entrepris de conjurer la fin du monde dans un « café associatif et culturel »,  la Baleine, on boit une bière locale, et le café bio,  et surtout on apprend à coudre, à réparer les vélos s'entraider, à faire pousser les légumes,  trouver les moyens d'une autosuffisance quand viendra la fin du pétrole et de la croissance... Se sauveront-ils, ils ont au moins la grace d'être ensemble, ce n'est pas rien.

Et on parle de solidarité pour finir...

Et de liens indissolubles, ceux des frères Lavillenie, perchistes de leur état, émouvants dans l'Equipe et le Parisien. L'ainé Renaud, grand favori, a raté la finale du concours de la perche aux mondiaux de Doha que le cadet Valentin va disputer, lui aussi revient d'un trou noir,;  en 2018, il s'était blessé à la cheville, il vit et saute avec dix vis dans le pied et pendant sa convalescence, en peine de coeur en plus, s'était réfugié chez renaud, "Renaud a été l'épaule sur la quelle j'ai pu pleurer"...

Dans la Voix du Nord, je vous deux amoureux, c'est aussi bien, Elsa et David d'Armentières, elle est infirmière et il est pompiers, comme dans les rêves de cours d'école, et sportifs, ils sont allés ensemble en suède disputer la Swim run, une épreuve qui fait traverser, en courant et nageant, un archipel de la baie de Stockholm elle courait devant lui pour l'encourager...

Dans Nice Matin, je vois un pack de solides vieillards qui furent dans nos enfance, des vedettes du catch français, au temps de l'ange blanc et de Chéri-Bibi, ils reposent leurs corps cassés sur la Côte d'Azur, ils ont connu Lino Ventura, je ne m'y fritterai pas...

(Ils ont ces catcheurs la force collective que je suppose aux confrères de la société des journalistes du Figaro qui ne veulent plus être associés aux débordement d'Eric Zemmour, « rentier de la polémique » disent-ils drôlement, ils interpellent leur direction pour  en finir, on parle avec mesure au Figaro, avec une situation ambigüe... Il n'y a pas qu'au Monde qu'une Société des rédacteurs nous rend un peu fiers du métier.) 

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.