Est-ce que vous avez un tire-bouchon sur vous, Nicolas ? Bon, ça va, vous pouvez circuler... Mais je vous ai à l'oeil... Les studios de France Inter sont dans le XVIème arrondissement de Paris... Et dans le XVIème, on peut se faire arrêter pour port d'arme si on se balade avec un tire-bouchon, doté d'un couteau en plus... C'est l'une des aberrations de la politique du chiffre, en matière de sécurité... "Délinquance : flagrant délit d'échec"... C'est la Une de Libération, qui donne la parole à un officier de police d'Ile-de-France... Vingt ans d'expérience... Il témoigne de manière anonyme... "Qu'on ne vienne pas me dire que la délinquance baisse : c'est de la flûte... Sur le terrain, nous sommes toujours confrontés à la même merde... Il existe toujours des zones de non-droit"... Il détaille l'effet de la fameuse politique du chiffre... "L'administration, explique l'officier, calcule des ratios, comme le nombre moyen d'interpellations par fonctionnaire... On en revient au tire-bouchon... Dans des secteurs calmes, manifestement, les policiers n'ont pas grand-chose à se mettre sous la dent... Alors va pour le tire-bouchon-couteau... Un jeune qui fume un joint dans le Vème arrondissement de Paris sera embarqué, alors qu'un zy-va avec cinq barrettes de cannabis à Saint-Denis ne le sera pas"... A côté de ce témoignage, Patricia Tourancheau donne les détails... "Oui, les atteintes aux biens, autrement dit les vols en tous genres qui représentent les trois-quarts des infractions enregistrées, ont chuté de 22% en six ans... Mais les vols commis avec une arme explosent : +25... Et les cambriolages montent en flèche : +12 en un an"... Le ministre de l'Intérieur le reconnaît : les chiffres de la délinquance sont mauvais... Hier, il organisait une table-ronde pour renouer le dialogue entre les différents acteurs de la sécurité... Nouvelle réunion aujourd'hui, cette fois-ci à l'Elysée... Nicolas, vous n'avez pas de tire-bouchon... En revanche, je suis à peu près certain que vous avez un portable à proximité... Je vous présente un camarade : Paul... Il a 15 ans et deux poches de pantalon... Dans la première, un portable qui sonne... Dans la seconde, un portable qui vibre... Paul envoie 200 SMS par jour... Il s'est déjà fait confisquer l'un de ses téléphones 30 ou 40 fois... Bon, pas fou, une fois il a réussi à enlever la puce avant de se faire avoir... Une autre fois, il a donné un appareil cassé à la principale... Et ça ne la fait pas rire du tout, Eve Langlois, qui a en charge les 500 gamins du collège George-Sand, dans le XIIIème arrondissement de Paris... Elle voit bien que le règlement intérieur, qui interdit le mobile, est totalement bafoué... Presque tous les élèves ont un appareil, dès la 6ème... "La guerre entre SMS et tableau noir"... C'est un reportage de Maryline Baumard, dans Le Monde... Témoignage de la prof de physique : "Ils peuvent s'en passer une heure... Mais à partir de plusieurs jours, c'est l'angoisse"... Explication d'une sociologue : "Le téléphone, c'est un objet identitaire... C'est le symbole du passage au collège... Mais il conforte les adolescents dans un mode de fonctionnement pulsionnel"... C'est aussi le reflet du mal-être à cet âge-là... A George-Sand, une collégienne recevait des menaces par SMS... Après enquête, le conseiller d'éducation a découvert qu'elle se les envoyait elle-même... Et il y a pire que les portables pour la vie des profs : les parents d'élèves Cohabitation de plus en plus difficile... Natacha Polony a recueilli les témoignages d'enseignants dans Le Figaro... Tel parent voit dans une mauvaise note une discrimination... Pour tel autre, la leçon à apprendre le soir est un harcèlement... Une troisième mère explique sans ciller à un professeur que si son enfant casse mille fois le nouveau matériel installé dans les toilettes de l'école, eh bien le rôle de l'administration c'est de le remplacer mille et une fois... Les parents attendent tout de l'institution... tout, y compris de faire l'éducation des gamins à leur place... Mais ils sont bien armés... Les déboires des professeurs, explique Natacha Polony, sont le plus souvent causés par des parents qui ont lu et relu les programmes et brandissent les bulletins officiels... Et les enseignants sont souvent seuls face à une administration qui a intégré cette évolution et prend le parti des usagers contre les supposés dérapages... Vous l'aurez compris : en ce jour de rentrée des enseignants, l'institution école est passée au crible dans la presse... La Croix détaille les questions-clés pour la rentrée... Passée au crible aussi : la conférence de presse du ministre Luc Chatel, hier... Et depuis l'opération de communication sur les prix de la rentrée scolaire dans un Intermarché, il n'a pas bonne presse... La plupart des éditorialistes l'ont trouvé très timoré... Exemple : Olivier Picard, dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... "Le préjugé était extrêmement favorable... Cet homme décontracté, ouvert et plutôt clair a été apprécié d'emblée pour sa simplicité... Mais hier, il a un peu déçu, il faut bien le dire... Le porte-parole du gouvernement a eu tellement peur de faire une faute éliminatoire qu'il s'est bridé"... Mauvaise presse aussi pour le ministre du Budget, Eric Woerth, et son message lancé aux 3.000 contribuables qui auraient de l'argent en Suisse... Ils ont jusqu'à la fin de l'année pour se signaler et échapper aux poursuites... Dans MédiaPart, Laurent Mauduit y voit "une amnistie fiscale qui ne dit pas son nom"... Avant cela, il y a eu l'abandon de la réforme, pourtant promise, des niches fiscales... A quelques jours d'intervalle, cela fait de formidables cadeaux pour les contribuables les plus fortunés... La Provence invite le ministre à aller chercher les fraudeurs ailleurs... Enquête sur "l'explosion du travail au noir"... 850 contrôles ont été réalisés dans les Bouches-du-Rhône cet été... 78% des entreprises sont en infraction... Le secteur de l'hôtellerie-restauration reste, avec le BTP et le gardiennage, l'un des plus problématiques... La baisse de la TVA pour les restaurateurs n'a produit aucun effet sur les embauches... Et la journaliste de La Provence, Sophie Manelli, a le sens de la formule : "Le travail au noir, écrit-elle, c'est comme les cheveux blancs : plus on en cherche, plus on en découvre"... Alors je vous rassure, il n'y a pas que le gouvernement que l'on critique ce matin dans la presse : dans Libération, sur la taxe carbone, le PS est accusé de démagogie... Les socialistes ont multiplié les attaques contre ce nouvel impôt, le week-end dernier à La Rochelle... "En juillet, relève Guillaume Launay, le PS était bien plus nuancé... Et surtout, le PS attaque à l'avance sur des éléments non tranchés... Pour l'instant, il n'y a qu'une base de préconisations : c'est le rapport Rocard"... L'ancien Premier ministre résume la situation et répond à ses camarades du PS : "On gueule avant de savoir comment le gouvernement va présenter l'ours"... Et après la police et l'école tout à l'heure, d'autres institutions passées au crible Institution publique... "Scandale au coeur de l'Imprimerie Nationale"... C'est à la Une du Parisien-Aujourd'hui en France... La justice vient d'ouvrir une enquête pour "corruption"... Elle soupçonne l'entreprise d'avoir versé des pots-de-vin pour obtenir des marchés à l'étranger... Institution économique... "21 suicides chez France Télécom depuis février 2008"... L'Humanité donne la parole à sept employés... Citation à la Une du journal : "J'ai vu des collègues venir au boulot en pleurant"... La direction récuse tout lien entre les suicides et le management... Institution du photojournalisme enfin... Alors que se tient actuellement le festival "Visa pour l'image" à Perpignan, vous trouverez, notamment dans Le Monde, des articles sur l'agence de presse Gamma, en grandes difficultés... Les treize photographes de l'agence risquent d'être licenciés... Alors un des meilleurs moyens de défendre le photojournalisme, eh bien c'est de parler des reportages-photos publiés dans la presse... Et par exemple dans Polka Magazine : un trimestriel consacré au photojournalisme... Dans le dernier numéro : série sur les visages de femmes en Iran... Le photographe Abbas les a saisies en différentes situations... Magnifique image d'une actrice en train de se faire maquiller sous son voile... Etonnant cliché encore d'une adolescente : jean, grosses chaussures et l'inévitable foulard... Au milieu du visage, un pansement : elle vient de se faire refaire le nez... Dans Polka, vous trouverez également ce reportage intitulé "Baignade surveillée", sur les bords de la Caspienne, toujours en Iran... A la plage, les hommes et les femmes sont répartis de part et d'autre d'un immense rideau bleu qui s'enfonce loin dans la mer... Mais les baigneurs parviennent à déjouer la surveillance des gardiens, ou à les narguer... Dans le texte qui accompagne les photos, Sabine Bougoin montre ces femmes qui se promènent devant les miliciennes vêtues de noir de pied en cap... Elles, elles sont en mini-maillot, voire en string... Allez, puisqu'on parle de femmes... Pour finir, l'histoire la plus kitsch du jour, racontée dans Le Parisien... On a encore attrapé Geneviève de Fontenay en train de tirer les cheveux d'une autre fille... Elle est poursuivie par Luce Auger, Miss France 1961... On ne va pas rentrer dans les détails du crêpage de chignon, mais enfin Geneviève a traité Luce de "salope", publiquement et deux fois... Ca se règle cet après-midi au Tribunal correctionnel... Citation d'un des défenseurs de Luce à propos de la dame au chapeau (attention, ce n'est pas gentil) : "Quand on gratte la peinture, on trouve la marchande de poisson"... Bonne journée...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.