(Patrick Cohen)

Dans la presse ce matin, on veut "nettoyer la place"

(Bruno Duvic) Il y a 4 ans, le colonel Kadhafi avait planté sa tente dans les jardins de l'hôtel Marigny, juste à côté de l'Elysée. Aujourd'hui, exactement au même endroit, une autre tente accueillera des participants au sommet de Paris sur la reconstruction de la Libye. La photo est dans Le Parisien .

Faire place nette à Tripoli et dans la réputation de la France. Double enjeu de ce sommet. "Sarkozy célèbre le réveil de la diplomatie française" titre Le Figaro à proposa de la conférence des ambassadeurs hier. Et aujourd'hui, autre titre du même journal "La nouvelle Libye s'échafaude à Paris".

Cela n'empêche pas, au contraire, de penser business. "Pétrole, l'accord secret entre le Conseil national de Transition et la France". C'est à lire dans Libération . Le 3 avril dernier, en échange de sa reconnaissance, le C.N.T. a attribué à la France l'exploitation de 35% du pétrole brut libyen dans les années à venir. L'application de cet accord dépendra du nouveau bureau du C.N.T. qui vient d'être élu.

Faire du business avec la Libye nouvelle pourquoi pas, avec la Libye de Kadhafi, c'est plus compromettant. Une société d'informatique d'Aix en Provence est mise en cause dans La Provence et sur le site owni.fr . Entre 2009 et février 2011, cette société, Amesys, aurait vendu à Tripoli un système permettant d'espionner les e-mails d'éventuels opposants. C'est le Wall Street journal qui a sorti l'affaire le premier. Dans les locaux des services de renseignement à Tripoli, on a trouvé des manuels de formation et une affichette au logo de l'entreprise.

(P.C.) Nettoyer la place à Tripoli : Paris Match a visité les palaces de la famille Kadhafi.

(B.D.) Palaces abandonnés dans la fuite...

Dans Match , vous découvrirez le trône en or en forme de sirène où s'est assise la fille le jour de son mariage, les niches climatisées des chiens de Saadi, l'un des fils, ou encore l'hôpital secret que s'était fait construire le colonel : portes blindées de 15 centimètres d'épaisseur, salle d'opération ultra moderne, scanner, appareil de dialyse et une seule chambre, la sienne.

Commentaire d'un rebelle : « et dire qu'il nous expliquait depuis des années qu'il vivait sous la tente, comme un bédouin. »

(P.C.) Faire place nette : c'est le travail des femmes de ménage

(B.D.) Des femmes de ménage massées devant le tribunal de New York au passage de Dominique Strauss Kahn. Cela restera l'une des images marquantes de ce feuilleton de justice-réalité.

Sans lien direct avec les audiences de Manhattan, Le monde diplomatique s'intéresse à ces domestiques, soudain sorties de leurs chambres de bonnes à l'occasion de cette affaire. A New York, Paris, ou ailleurs, ces « éternelles invisibles » concentrent les questions épineuses posées à nos sociétés.

(P.C.) Le reportage central du dossier se déroule entre Hong Kong et Manille.

(B.D.) Leonora Santos Torres travaille à Hong Kong pour un couple franco belge aux vêtements bien repassés. Pour 450 Euros par mois, elle a accepté de quitter sa Philippine natale. Ménage, cuisine, garde des enfants, "Lennie" est partout, c'est une perle, "c'est dans ses gênes", dit sa patronne.

C'est plutôt la spécialité de son pays. L'exportation de bonnes est devenue une industrie nationale aux Philippines. 364 écoles de « super bonnes » existent aujourd'hui aux Philippines. Chaque année, près de 100.000 femmes prennent la route de l'exil pour travailler dans le secteur des services. Sur 35 ans, cela représente près d'un quart de la population en âge de travailler.

Et ça ne se passe pas toujours bien : chaque année 10% portent plainte pour violence, sous-paiement, exploitation, etc.

"Profession domestique", quand un pays fait le ménage chez les autres, c'est à lire dans Le Monde diplomatique .

Quant à l'affaire Strauss Kahn, elle n'est toujours pas nettoyée. C'est encore la Une de VSD , de France Soir avec ce titre "Est-il un malade mental ?" et du Figaro. « Le PS s'inquiète du vote des femmes » ajoute Le Parisien/Aujourd’hui-en-France

(P.C.) Autre affaire dans la presse, l'affaire Bettencourt...

(B.D.) On en a beaucoup parlé hier dans cette revue de presse. Nettoyer la place, ou faire un sort aux scandales politiques…

Enormément de commentaire ce matin après les propos de la juge Prévost-Desprez sur la remise d'argent liquide à Nicolas Sarkozy.

L'Elysée et l'UMP démentent formellement et évoquent une manipulation à l'approche des élections.

Cette affaire Bettencourt, c'est "un volcan sur la République" pour l'édito de L'Alsace , ou "une écume de campagne" pour Paris Normandie.

Libération , qui a lancé la bombe hier, résume les enjeux. Selon Madame Prévost-Desprez, c'est l'ancienne infirmière des Bettencourt qui aurait évoqué ces remises d'espèces, devant sa greffière, hors procès verbal. Si elle veut aller au fond des choses, la justice française n'a plus qu'à convaincre ces deux femmes de passer du off au on, de propos officieux à des propos officiels.

Sur le site de Marianne , l'infirmière dément les déclarations qui lui sont prêtées. Quant à la juge, selon le président de l'Union syndicale des magistrats dans Le Parisien , elle est prête à s'expliquer et même à dire bien d'autres choses.

Ceux que la chronique politique intéresse suivront un match Sarkozy/Hollande, dans deux hebdomadaires. A la Une du Point , photo du président : "Et si c'était encore lui ?"

Dans Le Nouvel Observateur , les bonnes feuilles de la biographie de François Hollande signée Serge Raffy. Titre du dossier "L'Homme Tranquille"...

(P.C.) Quoi d'autre dans la presse, Bruno ?

Nettoyer la place ou changer de vie. Dans Le Point , confession d'un gagnant du Loto. Il tirait le diable par la queue. En 2006, 7 millions d'Euros lui sont tombés du ciel.

Il raconte la peur de perdre le chèque, la première semaine passée dans un palace. "Je mettais des chemises à manches longues pour cacher mes tatouages et puis j'ai découvert que les très riches sont souvent habillés n'importe comment."

Il raconte le Papa, ouvrier à la retraite, méfiant face à cette soudaine richesse. Il raconte aussi la solitude : "Je n'ai rien dit à mon gamin. Il pense que mes affaires marchent bien. Comment lui expliquer qu'il faut travailler en classe, sinon ? "

Solitude des riches et des princesses. Selon Closer Kate Middleton se sentirait déjà très seule dans sa nouvelle vie. A la Une de Gala , au contraire elle a un grand sourire : c'est « la princesse qui révolutionne le look royal ».

Le filon Middelton toujours exploité... Même le Financial Times s'interroge sur le succès de Pippa, la soeur. C'est à lire dans Courrier International . Elle n'a rien de si terrible cette Pipa, c'est une fille comme tant d'autres. Et c'est là son intérêt. Son succès est le résultat imprévu de son apparition à un mariage historique dans une robe très bien coupée, écrit le F.T. Robe blanche, page blanche sur laquelle on peut refléter nos rêves... Si j'étais un tout petit plus mince, je pourrais être comme elle...

Chute de reins, chute de Kadhafi. Dans la presse ce matin, l'envie de tout recommencer, de nettoyer la place.

A demain !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.