(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : entre deux eaux

(Bruno Duvic) Ce sont de jolis confettis sur la carte. Moins de 100 kilomètres carrés, seulement une centaine d'habitants pour les moins peuplées.

Belle Ile en mer, les Glénan, Molène, Bréhat et les autres... Y'aura-t-il des habitants sur les iles Bretonnes dans 20 ans. Le magazine Bretons y consacre son dossier ce mois-ci.

En un siècle, l'Ile de Groix a perdu la moitié de sa population. "J'ai connu Ouessant avec 400 marins, dit un vieil habitant, aujourd'hui, il doit y en avoir une vingtaine."

Comme des phares qui s'éteignent à petit feu, elles sont le signe d'un monde qui change.

La pêche et l'agriculture ont quasiment disparu, les services publics se réduisent au fil du départ des habitants. Logique comptable et implacable. Installer une entreprise dans ces lieux relève d'un acte militant. En fonction des bateaux, Il faut parfois passer 2 nuits sur le continent pour honorer un simple rendez vous de travail.

Reste le tourisme, à la fois une chance et un piège. Sur l'île de Hoedic dans la baie de Quiberon, les résidences secondaires représentent plus des 3/4 du parc immobilier. Le prix a flambé : 10.000 Euros le mètre carré bâti.

Le curé d'Ouessant a beau défendre son île, les habitants sont inquiets. "C'est une chance de vivre ici, dit le père Jaouen. La mer et les tempêtes... les éléments te remettent à ta place. Y'a personne qui joue au cador"

Une chance, c'est ce qu'a pensé Nikos et sa femme Maria qui ont débarqué en août dernier avec deux valises et un petit garçon à Ouessant, la sentinelle de l'Europe. Ils venaient d'Athènes et voulaient tourner le dos à la crise. Nikos écrit des romans policiers.

Les régions qui meurent et celles qui revivent : dossier dans L'Expansion

La logique comptable, dont il était question à l'instant, et qui peut se défendre en temps de crise, était au cœur du gigantesque déménagement des services publics orchestrés ces dernières années. Casernes, tribunaux, hôpitaux, centre des impôts... L'Expansion dresse le bilan, par département de la révision générale des politiques publiques. Les perdants sont en rouge, il y en a beaucoup à l'Est. Un rapport sénatorial a même parlé de "désaménagement du territoire". Les zones éloignées des préfectures de région souffrent le plus.

En Moselle, 5400 soldats ont fait leur paquetage. C'est l'équivalent de deux fois l'usine de Florange. Ajoutez à cela 4 tribunaux d'instance et deux conseils des Prud'hommes fermés. Et quand les soldats partent, leurs enfants ne vont plus à l'école et leurs familles ne font plus marcher les commerces.

Cette nouvelle carte des services publics a aussi ses gagnants. L'Expansion cite la ville d'Evreux un hôpital tout neuf, un tribunal en pleine expansion et des soldats tout frais.

Des échos de campagne dans la presse ?

A propos de Nicolas Sarkozy, l'Arlésienne de cette campagne, son programme ! Le Figaro , dans un article assez bien informé mais non signé, nous l'annonce pour jeudi ou après le week-end de Pâques sous la forme d'une conférence de presse. Il est question d'un document de campagne.

Dans sa chronique de Libération , Daniel Schneidermann cogne comme un sourd sur Le Figaro et sur Nicolas Sarkozy. Le Figaro de ces jours-ci comparé à la presse de l'Occupation pour son côté propagandiste. Nicolas Sarkozy accusé de joueur sur la peur. "Jugez de sa joie quand apparut miraculeusement un tueur d'enfants et de militaires", écrit Schneidermann. Mais selon lui, il n'y a pas eu d'effet réel dans la campagne électorale.

Mais c'est François Bayrou qui est à la Une de Libé . Le journal résume les difficultés du centriste avec cette mise en scène en première page. Trois petites lignes noyées au centre d'un immense rectangle orange, couleur du Modem : "Bayrou (est) perdu au milieu"

Cette campagne que beaucoup jugent décevant se traduira-t-elle par un taux d'abstention important ? Le Parisien-Aujourd'hui en France fait sa Une sur le risque de l'abstention.

En marge de l'actualité politique, Rue89 croit connaître celle qui aurait la préférence de Bernard Thibault pour prendre sa suite à la tête de la CGT. Une femme, donc, Agnès Naton, aujourd'hui à la tête du journal de la CGT.

Et puis Le Figaro , encore. Dans les pages "Opinions", on trouvera une tribune d'Alain Juppé que l'on peut lire comme l'anti discours de Dakar, sur l'homme africain pas assez entré dans l'Histoire. Ce texte là est intitulé "Nouvelle frontière africaine". Le chef du Quai d'Orsay a la conviction que l'Afrique sera la puissance émergente du XXIème siècle.

Et c'est en Afrique que nous allons maintenant

Géo nous présente un lieu entre deux eaux dans les bouleversements économiques et climatiques. Faut-il laisser mourir le lac Tchad ?

D'un côté, ce lac, qui alimente en eaux plus de 20 millions de personnes sur 4 pays subit un assèchement dramatique. Surface divisée par dix en cinquante ans, manque de pluie, sécheresse, déboisement, surexploitation.

D'un autre côté les terres qui se dévoilent ainsi sont extrêmement fertiles. Les population riveraines y développent des cultures très rentables et s'opposent à la remise en eau. Un projet a tout de même été lancé fin 2010.

Région entre deux eaux dans les flots de la mondialisation, la ville de Détroit aux Etats-Unis. Après avoir été saignée par la crise ces dernières années, la capitale de l'automobile retrouve quelques couleurs. Mais il reste beaucoup de friches industrielles. Et à en croire le magazine Glamour de ce mois ci, ces friches sont investies par des dizaines d'artistes et Détroit est en train de devenir le lieu le plus branché des Etats-Unis. Un peu à l'image de Berlin en Europe après la chute du mur.

Et retour à Géo pour finir, encore un lieu entre deux époques. La mythique route de la soie est-elle en train de renaître ?

Aujourd'hui l'essentiel du commerce entre l'Europe et la Chine, si important, passe par la mer. Mais en Europe de l'Est et en Asie centrale, la Turquie, la Géorgie, l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan se disent qu'ils ont une carte à jouer. Tous ces pays, l'Azerbaïdjan, en particulier, ont quelques pétrodollars à faire valoir. Alors ils investissent dans des ports, des lignes de chemin de fer, des pipelines et des bateaux, pour être les cadors de demain.

Bakou, en Azerbaïdjan, c'est une ville de nouveaux riches, des commerces éclairés nuit et jour, de vieilles façades baroques voisinent avec des tours modernes et des commerces à néon.

Mais la nouvelle route de la soie n'est qu'à moitié construite.

On traverse la Caspienne et voici le Kazakhstan, les yeux sont fendus, les pommettes plus hautes. La ville d'Aktau est censée devenir une plate forme incontournable. Pour l'instant, c'est une cité grise avec son avenue Lénine.

Et pour continuer vers la Chine, on retrouve l'antique route de la soie. En quelques jours on est passé des quatre voies ultra modernes aux pistes de caravaniers. Pour Géo , Pierre Delannoy et Pascal Maitre terminent dans un caravansérail au bord de la route où les chauffeurs dorment quasiment les uns sur les autres.

Alors que la nuit est tombée, coup d'œil à la fenêtre. "Une lune rousse s'est levée. Deux chameaux blatèrent dans le froid." Ils parlent peut être de la fortune qui viendra.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.