(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : A la recherche du modèle

(Bruno Duvic) Quel est le pays où 10.000 ponts auraient besoin d'être remplacés, où les routes desservant le plus grand port de commerce sont dans un état lamentable, où l'un des plus grands canaux donne régulièrement des signes de défaillances ? Ce pays c'est l'Allemagne. Tiens donc.

« Le naufrage annoncé du modèle allemand ». Dossier dans la revue Books . Le fil rouge tient en une phrase : l'Allemagne ne prépare pas l'avenir. Moyenne d'âge, 46 ans, la plus élevée d’Europe. "Notre pays, dit un journaliste économique allemand se comporte comme un homme d'un certain âge qui se demande si cela vaut la peine d'acquérir de nouvelles compétences."

Déficit d'investissement, le fait est connu. Moins peut-être, les failles dans le système d'éducation.

L'apprentissage à l'Allemande fait moins recette, au plus bas depuis la réunification. Moins d'un quart de la population active possède un diplôme de l'université. L'université allemande la mieux placée dans le classement de Shanghai est 49ème.

Des nuages à l'horizon, même en économie : salaires sous pression, productivité faiblarde, dépendance à l'industrie, innovation insuffisante. Pas d'équivalent à Google en Allemagne.

Books interroge le démographe Emmanuel Todd. Son propos tient en une thèse radicale. Si l'Allemagne a privilégié la réduction des déficits sur l'investissement, c'est qu'elle a privilégié la puissance sur le bien-être. Ses excédents commerciaux lui permettent de tenir l'Europe. Mais c'est un leader fragile. Todd pointe l'atonie de la culture allemande. Le leader de l'Europe, dit-il, « n'a pas de cerveau ».

Tout doux bijou, l'Allemagne fait encore largement plus envie que pitié, à en croire les chiffres donnés hier par l'OCDE, qui regroupe les grands pays industrialisés. « L'Allemagne première terre d'immigration en Europe » titre Le Figaro . 400.000 entrées permanentes en 2012 - 250.000 en France. Beaucoup d'Européens de l'Est. Mais l'Allemagne, ajoute le quotidien « s'interroge sur l'intégration ». Quelques signes de défiance envers la communauté musulmane.

Pourtant, l'héroïne du moment dans le pays, c'est une jeune femme d'origine turque. Frédéric Lemaitre raconte son histoire sur lemonde.fr . Tugce Albayrak est venue en aide à deux jeunes filles qui se faisaient agresser dans un fast-food près de Francfort, personne d'autre ne réagissait, elle l'a payé de sa vie. Photo dans la presse et rassemblements en son honneur à travers le pays. Elle pourrait recevoir l'ordre du mérite à titre posthume.

L'agresseur était fan d'un rappeur aux titres assez violents. Il se trouve que le rappeur connaissait la famille de victime. "Je dois réfléchir, dit-il, si je peux continuer à faire cette musique"

A la recherche d'un modèle dans l'éducation

Faut-il regarder devant ou derrière ? D'un côté la Finlande privilégiera bientôt le clavier pour l'apprentissage de l'écriture à l'école, d'un autre côté, aux Etats-Unis, les classes unisexes font un petit retour. 850 écoles où on ne trouve que des filles ou des garçons. Il n'y en avait que 34 il y a dix ans. Article du New York Times relevé par Mediapart .

Et en France, Le Figaro lance la guerre contre la suppression des notes. C'est le grand sujet de Une. Rapport du conseil supérieur des programmes qui propose de remplacer l'actuel système sur 20 par un système qui évaluerait des niveaux de maitrise de connaissance. L'évaluation bienveillante plutôt que l'évaluation sanction. Autant vous dire qu'on n’aime pas ce prurit pédago au Figaro . Titre de l'édito d'Yves Thréard : « Tout faux ». Interview de l'ancien ministre Luc Ferry, « c'est stupéfiant de niaiserie. Idéologie gentillette selon laquelle les notes chiffrées seraient traumatisantes. On a besoin, qu'on le veuille ou non d'une évaluation objective des élèves. Vital pour eux et pour leurs parents. Casser le thermomètre ne va rien arranger. »

A la recherche du modèle économique et social... A la Une de La Croix , le travail le dimanche. Le débat sur l'ouverture plus large des commerces est très vif à Nantes, terre à la fois sociale et chrétienne, raconte le journal. Et lui aussi regarde ailleurs, pour essayer de mesurer les effets de l'ouverture plus large des commerce. Au Danemark, la loi date d'il y a deux ans. Bilan, les petits magasins ont perdu du terrain. Les grandes surfaces et les enseignes à bas prix en ont gagné. Elles ont plus de force de frappe pour payer, souvent à temps partiel les salariés le dimanche.

Du côté des petits commerces, entre la concurrence d'Internet, la crise et cette loi, beaucoup de boulangeries, d'épiceries, de magasins de vêtements ou d'électronique mettent la clé sous la porte. Un an après l'entrée en vigueur de la loi, les boutiques et supérettes de Copenhague et sa banlieue avait enregistré 30 à 50% de baisse de chiffre d'affaires.

Quoi d'autre dans la presse ?

  • Jérôme Kerviel, première interview depuis sa sortie de prison sous bracelet électronique le 8 septembre. « Dur d'être libre ». C'est dans Nice Matin . Et le trader le plus célèbre de France raconte qu'il a eu du mal avec la liberté. « Compliqué de réapprendre à vivre. J'avais vécu pendant 6 ans avec l'épée de Damoclès de la case prison. J'ai eu de gros problèmes de réadaptation. Crises d'angoisse, comme si la prison me manquait, du mal à oser me promener dans des lieux publics, au point de faire un malaise en pleine rue le deuxième jour après ma sortie. »

  • Modèle et contre-modèle. A propos des médias, on s'amusera en lisant le papier de Libération consacré au stagiaire d'i-télé. Sous ce nom générique, adopté par les réseaux sociaux, on désigne les petites mains des chaines d'infos continue qui rédigent les bandeaux de texte en bas de l'écran ou identifient les personnes qui apparaissent à l'image. Conditions de travail pas luxueuses pour affronter le déferlement des infos. Et donc des boulettes qui font le délice de Twitter.

    Belle image du pape identifié comme… Jean-Claude Mailly secrétaire général de Force Ouvrière. Jean-François Copé rebaptisé Kev Adams, acteur. Beaucoup plus gênant et très drôle à la fois, un témoin au Libéria à propos d'Ebola avec cette légende : « Survivant, premier secrétaire du PS ». Il y a encore cet accident de train à « Jean-Jacques » de Compostelle.

Pour leur défense, les responsables de chaines d'info continue, ceux qui acceptent de parler, assurent que davantage de moyens sont mis sur ce poste de travail.

  • Que signifie la popularité d'un homme politique sur Facebook ? Sur ce critère, Nicolas Sarkozy écrase la concurrence. Le cap du million de fans sur Facebook franchi hier. Le millionième a gagné une journée en compagnie de l'ex président. Sur le podium suivent Marine le Pen et François Hollande au-delà des 500.000.

  • L'idée du journal L'Equipe pour saluer une dernière fois Thierry Henry. L'ex attaquant de l'Equipe de France prendra certainement sa retraite à la fin de l'année après quatre ans passés à New York. Rappel de son palmarès en bleu : un but de la main face à l'Irlande pour qualifier la France au mondial sud-africain, il était dans le bus comme les autres lors de cette coupe du monde. Mais surtout : 123 sélections, 51 buts - record - champion du monde, champion d'Europe. Cela fait plus de 4 ans qu'il n'a pas été sélectionné chez les bleus.

Alors l'Equipe suggère ce matin une petite faveur pour Henry. Une dernière sélection symbolique, une Marseillaise, quelques minutes sur le terrain et bye bye sous vos applaudissements. Fin mars au stade de France en amical face au Brésil, ça aurait de la gueule. Ca rappellerait de bons souvenirs…

A demain !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.